CNACO Interview : NOGBOU Miessan André (2ème Responsable Adjoint de la Zone Sud) :

« La Caravane mimos vise à préparer déjà la saison prochaine »

Chef d’orchestre de la Zone Sud, en l’absence de la Responsable KOUADIO Suzanne, malade, NOGBOU Miessan André se bat pour mobiliser et organiser les supporters mimos de la Zone Sud. Initiateur d’une caravane qui démarre ce samedi 11 juin 2022 à Anoumambo, il dévoile les motivations et les objectifs de cette activité phare de ladite Zone.

Vous organisez une caravane en fin de saison. N’est-ce pas tard?

C’est vrai que nous sommes en fin de Ligue 1. Mais nous avons décidé, en nous appuyant sur notre invincibilité dans l’édition de cette saison, de lancer cette caravane afin de mieux préparer les futures batailles dont la Ligue des champions 2022-2023 pour laquelle, grâce à Dieu, la qualification est presque acquise. L’Actionnaire est de plus en plus lent à réagir. Alors il faut commencer maintenant pour espérer en mobiliser un grand nombre pour la saison prochaine.

 

Qu’est-ce que cette caravane apportera de particulier à la Zone, au CNACO et à l’ASEC Mimosas?

Nous espérons que notre caravane mimos permettra de mobiliser davantage, d’augmenter le nombre de comités dans notre Zone et d’attirer plus d’adhérents au CNACO. Et quand on sait qu’une affluence de plus en plus forte des Actionnaires dans les stades est susceptible d’encourager, voire d’attirer les annonceurs et les partenaires, on comprend que cette caravane pourra faire beaucoup de bien à l’ASEC Mimosas.

 

Qu’est-ce qui explique le choix de Marcory-Anoumambo pour démarrer cette activité?

Nous avons des points focaux dans toutes les localités de notre Zone. Et c’est en fonction de l’évolution de leurs activités sur le terrain que nous orientons nos initiatives. Pour cette caravane, nous avons onze localités ciblées. Et Marcory-Anoumambo est la plus prête à recevoir la caravane dans l’immédiat. Un mois après, précisément le 17 juillet, nous serons à Treichville. Chaque mois, une étape sera franchie. Mais en dehors du programme de la caravane, les Actionnaires poursuivront leurs actions dans leurs différentes localités.

 

Parlons à présent de vous-même. Vous avez été nommé en août 2021. Un an après, comment jugez-vous votre bilan?

Il ne m’appartient pas de me juger. Mais je pense que mon bilan est acceptable même si je sais qu’il nous reste des choses à parfaire. Voilà pourquoi nous nous battons notamment avec des projets comme la caravane mimos pour rebâtir la popularité de l’ASEC Mimosas et prouver ainsi à nos responsables qu’ils ne se sont pas trompés en portant leur choix sur ma modeste personne. C’est un grand défi. Une mission difficile d’autant plus que nous devons lutter contre plusieurs facteurs dont certains sont extérieurs. Mais la mission est tout de même exaltante et motivante. Nous parcourons les villes et villages à la recherche des Actionnaires. Souvent, nous sommes bien accueillis. Parfois, nous le sommes moins. Mais, la fibre ASEC Mimosas triomphe toujours.

 

Avez-vous le sentiment d’avoir apporté votre touche dans le fonctionnement et la gestion de la Zone Sud?

Oui, un peu quand même ! À ce niveau, je suis reconnaissant à ma Responsable KOUADIO Suzanne pour la confiance qu’elle m’a accordée en me nommant responsable de la mobilisation. Avec son accord, j’ai fait confectionner des polos et des t-shirts à l’effigie de la Zone Sud. Une sorte de tenue officielle qui n’existait pas. Nous avons conçu des badges pour les membres de la Zone. J’ai proposé et obtenu l’assentiment de tous pour l’organisation de déjeuner-causeries avec les dirigeants des comités. Nous avons aussi réussi la déconcentration des activités de la Zone Sud en nommant Anatole Zita GUESSAN BI comme superviseur et créateur en chef des comités à l’intérieur du pays et Mr COULIBALY Penatien dans la banlieue d’Abidjan. Des responsables que je remercie au passage pour la qualité de leur travail.

 

Comment comptez-vous pérenniser les actions de ces personnes?

Nous savons que les seules actions de ces deux responsables ne suffiront pas. Nous avons donc décidé de la formation de Commandos chargés de sillonner, durant une année, toutes les communes d’Abidjan, sans interruption et aussi les villes de l’intérieur. Nous formons aussi des membres pour répondre à toutes les préoccupations à chaque fois qu’ils sont sollicités. Afin de créer une émulation entre les Actionnaires, nous avons aussi, en collaboration avec RJN, initié le prix du meilleur auditeur. Nous travaillons actuellement sur un autre prix du meilleur comité qui viendra récompenser ceux qui se ferontt remarquer sur le plan mobilisation, de leur présence et leur participation aux activités et à la vie du club.

 

Êtes-vous satisfait de la réaction actuelle des supporters?

Pas tout à fait. Nous ne le serons que quand ils accepteront de sortir nombreux pour confirmer la popularité de l’ASEC Mimosas. Nous avons espéré une telle réaction à l’approche du match retour contre LYS Sassandra. Malheureusement ce ne fut pas le cas. Pour dire que je suis très loin d’être satisfait de la réaction des Actionnaires à nos appels.

 

Que faut-il pour améliorer les choses?

Nous devons continuer de lancer les appels, de poursuivre la mobilisation, sans répit. Et nous pensons que nous devons aller vers ces supporters pour les sensibiliser à revenir encore plus nombreux dans les gradins pour pousser leur équipe, notre équipe, à la victoire. C’est tout le sens des campagnes comme la caravane que nous démarrons, ce samedi 11 juin, à Marcory-Anoumambo.

 

Comment expliquez-vous ce recul des Actionnaires?

Chacun donne ses raisons. Mais pour moi, il n’y a pas de raison qui tienne. Pour certains, le jeu n’est plus attrayant. Pour d’autres, les joueurs sont vendus très jeunes, etc. Pourtant, ceux qui font cette dernière remarque vous répondront qu’ils n’hésiteront pas à laisser partir leurs progénitures si ceux-ci jouaient à l’ASEC Mimosas et qu’ils recevaient de meilleures offres à l’étranger. Paradoxe. Un vrai supporter doit aimer son club et savoir apprécier les décisions de ses dirigeants. Car, aucun dirigeant n’acceptera de poser un acte susceptible de causer du tort à son club.

 

 

Quels sont vos rapports avec les autres organes du CNACO?

Il y a une bonne collaboration entre les différents organes du CNACO. Grâce à la politique mise en œuvre par le Président du CNACO qui consiste à réunir tous les organes (CNACO, Mur jaune, Zones, Pôle Numérique et comités), nous sommes très souvent en contact. Ce qui ne peut que renforcer nos liens. Nous sommes vraiment unis et solidaires. Et j’ai foi en cette solidarité qui nous permettra de réussir notre mission qui est de reconstituer le peuple de l’ASEC Mimosas.

 

Quel message pouvez-vous lancer pour mobiliser les Actionnaires à la cause du club?

Je voudrais inviter chaque Actionnaire à jouer pleinement son rôle. Si l’ASEC Mimosas a pu rayonner entre 1990 et 2022, c’est en grande partie grâce à la grande mobilisation des Actionnaires. Car les joueurs donnent toujours le meilleur d’eux-mêmes quand ils se savent soutenus et poussés. Pour le reste, je tiens à remercier le PCA, Me Roger OUÉGNIN, le président de CNACO, TAYORO Franck Timothée et ma Responsable de Zone KOUADIO Suzanne, pour l’honneur qu’ils m’ont fait en me permettant de servir l’ASEC Mimosas à un si haut niveau. J’ai aussi une pensée spéciale pour ma Responsable, Suzanne, malade depuis quelque temps. Fasse Dieu qu’elle recouvre rapidement la santé pour le bonheur de l’ASEC Mimosas.