ÉDITORIAL :

Toutes les victoires valent-elles 3 points ?

Depuis le milieu des années 1990, une victoire lors d’un match de championnat national ou d’une compétition internationale rapporte 3 points. Avant cela, elle ne rapportait que 2 points. Cette nouvelle règle s’est imposée afin d’encourager les équipes à aller chercher la victoire pour empocher ce point supplémentaire alors que le nombre de buts par match n’avait cessé de diminuer au fil des années. Près de 30 ans après l’instauration progressive de cette règle, le bilan n’est pas exceptionnel en termes de nombre de buts marqués, mais il n’est pas pour autant d’actualité de la changer. Cependant, certaines victoires peuvent rapporter plus que 3 points. On parle parfois de match à «6 points» lorsque 2 équipes au coude à coude au classement se rencontrent. Et puis il y a bien évidemment les matchs à élimination directe ou les finales qui n’attribuent pas de points, mais qui ouvrent la voie vers la suite de la compétition ou le titre.

 

Mais tout n’est pas comptable dans le football ni dans la vie et certaines rencontres revêtent d’autres enjeux. Ainsi, en est-il, bien évidemment, des derbies dont l’enjeu principal demeure la démonstration de force face à un rival régional ou historique. Dès lors, peu importe le nombre de points qu’il rapportera ou le classement qu’occupent les équipes. Ce qui importera, ce sera uniquement la victoire, peu importe d’ailleurs la manière.

 

Au cours de cette saison de Ligue 1, nous ne connaîtrons malheureusement pas de derby ASEC/AFRICA, en raison de la relégation des vert et rouge en Ligue 2. On ne s’attendait donc pas à avoir à suivre de match avec d’autres enjeux que celui de progresser dans le classement pour remporter notre 28e titre de champion de Côte d’Ivoire. C’était méconnaître la faculté des Ivoiriens à créer des évènements là où il n’y en avait pas de prévu. Les élections de la FIF sont passées par là, le 23 avril dernier avec tout son lot de passion et d’excitation.

 

Ainsi, le match de la 18e journée de la saison, opposant notre équipe à celle du Lys Sassandra, était devenu l’attraction inattendue. Le promu, actuellement 7e au classement, s’étant découvert subitement une pléthore de supporters digitaux. Et de fait, malgré les 17 points qui séparaient les deux équipes avant le match (avec 3 matchs en retard pour les Mimos), on sentait certains Actionnaires fébriles face au déferlement de messages virulents, menaçant et agressifs sur la toile. Les vrais Actionnaires ne se reconnaissant pas dans ce flot de haine préféraient se taire, laisser passer l’orage, confiants dans la capacité de leurs poulains à surmonter cette adversité. Mais il est certain que la victoire était essentielle pour calmer les esprits surchauffés et ramener un peu de sérénité dans le monde du football ivoirien.

 

Ce fut fait, non sans frayeur ni sans dégâts déplorables. Espérons que chacun saura revenir à la raison, acceptant les règles du fair-play qui doivent régir les comportements, en tout temps et en tous lieux, dans les stades et désormais sur les réseaux sociaux. À ce titre, notons le comportement exemplaire des Actionnaires pendant ce match suivant en cela à la lettre les règles fixées dans la charte éthique du CNACO et la charte du Mur Jaune.

 

C’est à cela aussi que l’on reconnait un grand club!

Benoît YOU