ÉQUIPE PROFESSIONNELLE / Interview : Wonlo COULIBALY (Défenseur central de l’ASEC Mimosas) :

« Physiquement, je me sens prêt »

3 ans après avoir quitté l’ASEC Mimosas pour une aventure professionnelle en République Démocratique du Congo (RDC), le défenseur central Wonlo COULIBALY, élu meilleur joueur du championnat de Ligue 1 de Côte d’Ivoire en 2019, est de retour à l’ASEC Mimosas pour de nouvelles ambitions dont il nous parle dans cette interview.

Pourquoi as-tu décidé de revenir à l’ASEC Mimosas?

Après la résiliation de mon contrat avec le TP Mazembe, j’avais informé le PCA de ma volonté de retourner à l’ASEC Mimosas même si je recevais des propositions d’autres clubs. Malgré cette intention, j’ai tenté deux autres expériences qui, hélas, n’ont pas été à la hauteur de mes espérances. J’ai donc décidé de rentrer au bercail, à l’ASEC Mimosas.

 

Quel a été ton parcours après avoir quitté l’ASEC Mimosas en 2019?

De l’ASEC Mimosas, j’ai été transféré au TP Mazembe, en République Démocratique du Congo. Durant ma 2e saison dans ce club, j’ai contracté une blessure qui m’a éloigné des terrains de jeu. Après ma guérison, j’ai pu revenir à mon meilleur niveau. Malheureusement, le nouveau coach avait décidé de se séparer de moi parce qu’il avait déjà constitué son groupe. J’ai alors pris la direction de l’Irak où j’ai eu une proposition qui n’a pas été concluante et je me suis rendu à Oman dans le club d’Al Suwaiq. Là encore, l’aventure a tourné court parce qu’après la signature de mon contrat, je m’attendais à disputer mon premier match la semaine suivante. Mais à la veille de la rencontre, les dirigeants m’ont informé que je n’avais pas pu être qualifié et que je devais attendre le mois de janvier 2022. Et pendant ce temps, je ne percevrais aucune rémunération. Face à cette situation, j’ai décidé de résilier le contrat. Je n’ai passé que dix jours dans ce club.

 

Quel est ton état d’esprit aujourd’hui, après près d’un an sans compétition officielle?

C’est vrai que cette période creuse a été très difficile pour moi. Mais tant qu’il y a la vie, l’espoir demeure. Dieu m’a fait grâce de signer à nouveau à l’ASEC Mimosas, cette année. C’est une exhortation au travail pour rebondir.

 

Te sens-tu physiquement capable de te faire une place de titulaire comme par le passé dans cette équipe de l’ASEC Mimosas qui est bien en place depuis l’entame de la saison?

Tout va dépendre du travail à accomplir. Physiquement, je me sens prêt et je me mets à la disposition du coach et du club pour atteindre les objectifs de la saison.

 

Quelles sont tes nouvelles ambitions avec l’ASEC Mimosas?

Elles sont les mêmes que celles du club, à savoir remporter la Ligue 1 et réaliser un bon parcours en Coupe de la Confédération.

 

Comment ont été les retrouvailles avec ton ancien club?

L’ASEC Mimosas est ma maison. Le coach Julien CHEVALIER est arrivé quand je partais. Mais j’avais pu effectuer quelques séances d’entraînement avec lui. Je connais pratiquement tous les joueurs de l’effectif actuel. J’ai été très bien accueilli et l’ambiance au sein du groupe est très bonne. Je sens une vraie famille. Je souhaite que le Bon Dieu facilite le reste.

 

Qu’est-ce qui a manqué, selon toi, à l’ASEC Mimosas pour accéder à la phase de poules de la Ligue des Champions?

Je n’ai pas pu suivre les matchs préliminaires de la Ligue des Champions, parce qu’ils n’étaient pas télévisés. L’équipe a été éliminée de cette compétition, mais elle s’est qualifiée pour la Coupe de la Confédération. C’est bon à prendre. Il faut maintenant poursuivre le travail pour faire de très bonnes prestations à ce niveau. 

 

L’ASEC Mimosas a-t-elle les moyens de réussir son pari de remporter le championnat et réussir un bon parcours en Coupe de la Confédération?

Généralement, on s’engage dans une compétition pour la gagner. Nous avons une équipe de qualité qui, avec un peu de volonté et de réussite, pourrait relever ces deux défis.

 

Que penses-tu de la méthode de travail du coach Julien CHEVALIER?

Julien CHEVALIER est un jeune coach que j’apprécie bien. Il a cette grande qualité de communiquer constamment avec ses joueurs. Il est très ouvert et travailleur.

 

Que peux-tu dire aux Actionnaires qui, dans l’ensemble, apprécient ton retour à l’ASEC Mimosas?

Je peux leur dire que le Wonlo COULIBALY de 2022 essaiera d’être meilleur que celui de 2019 qu’ils ont connu. Je vais travailler dur pour leur procurer autant sinon plus de plaisir que j’ai pu leur donner lors de mon premier passage à l’ASEC Mimosas. Pour cela, je demande leur soutien inconditionnel.

 

Que penses-tu du parcours des Éléphants à la CAN 2022?

Notre équipe nationale a réalisé un bon parcours dans le Groupe E et a pu se qualifier pour les 8es de finale. Elle méritait d’aller plus loin. Malheureusement à ce stade, elle a été éliminée par les Pharaons d’Égypte dans les tirs au but.