ÉDITORIAL :

Être Actionnaire : une lourde responsabilité

Le Président du CNACO a eu la brillante idée d’organiser, à l’attention des Actionnaires, ce samedi à Sol Béni, un séminaire d’appropriation des instruments juridiques de l’ASEC Mimosas et du CNACO.

 

J’ai eu l’honneur d’animer l’un des sous-thèmes à l’ordre du jour qui portait sur les « attitudes et comportements des Actionnaires dans les stades : quelles conséquences sur le club ? » et ce fut un réel plaisir de m’exprimer devant les Actionnaires au cours de cet échange riche et convivial.

 

La très récente sanction financière infligée à la Fédération Ivoirienne de Football suite à l’envahissement du terrain de Japoma, par des supporters ivoiriens, à la fin du match Côte d’Ivoire/Algérie lors de la CAN 2021 qui se déroule au Cameroun, montre la nécessité de sensibiliser les supporters aux règles qui régissent notre football face à la sévérité croissante (et justifiée) des autorités du football vis-à-vis des comportements interdits des supporters dans les stades.

 

Tout d’abord, il nous a semblé essentiel de revenir à l’origine du mot « supporter » que nous employons pour désigner celles et ceux qui portent un club dans leur cœur. Il s’agit d’un faux-ami anglais qui signifie en réalité « soutenir » plus que « supporter » au sens initial de « endurer ». Cette terminologie nous semble mieux à même de qualifier la mission des sympathisants d’une équipe ou d’un club en ce sens que sans soutien, une maison ne peut tenir debout. De même, on ne peut soutenir une équipe et dans le même temps agir contre ses intérêts !

 

Les bonnes pratiques dans les stades sont bien connues et passent par une présence la plus nombreuse possible dans les tribunes, par des encouragements sonores, des chants dans les moments forts comme dans les moments difficiles… Ce genre de comportement positif agit à plusieurs niveaux et tout d’abord sur la motivation des joueurs à donner le meilleur d’eux-mêmes pour leurs couleurs. Mais cela agit également pour consolider la bonne image de notre club vis-à-vis de l’extérieur et en particulier de nos partenaires fiers d’accompagner un club disposant d’une base populaire nombreuse et disciplinée. Depuis quelques années, le Mur jaune s’emploie à jouer ce rôle en tant que cellule officielle d’animation et la charte du Mur Jaune (ci-jointe) précise d’ailleurs très bien l’esprit de fair-play et de responsabilité qui doit guider les Actionnaires dans leurs comportements. Et ce, en toutes circonstances !

 

Les pratiques prohibées (Jets de projectiles sur le terrain, bagarres dans les tribunes, attaques physiques des arbitres, joueurs ou adversaires, envahissement du terrain, fumigènes…) sont, quant à elles, dommageables à plusieurs niveaux pour un club comme le nôtre.

 

Il y a bien évidemment le volet règlementaire qui prévoit ce qui est autorisé et ce qui est interdit. Les textes de la CAF ci-dessous sont assez clairs à ce niveau !

 

Code disciplinaire de la CAF :

 

Article 82 PRINCIPE DE CONDUITE

 

Les associations nationales, les clubs, leurs officiels et membres ainsi que les joueurs doivent respecter les principes de loyauté, d’intégrité, d’esprit sportif et d’éthique.

 

Article 83 RESPONSABILITÉ

 

  1. Les associations nationales, les clubs et les officiels sont

                 responsables de s’assurer que le jeu n’est pas discrédité

                de quelque façon que ce soit par le comportement de leurs

                 joueurs, officiels, membres, supporters ou spectateurs

                (notamment concernant l’usage des objets dangereux et/

                ou des lasers) ainsi que de toute autre personne chargée

                par une association ou un club d’exercer une fonction lors

                d’un match.

 

  1. L’association organisatrice ou le club organisateur

                  répondent de l’ordre et de la sécurité dans l’enceinte du

                 stade et dans ses abords immédiats avant, pendant et

                 après le match. Ils sont rendus responsables de tout

                 incident et sont passibles de mesures disciplinaires.

 

Article XII du règlement de la Coupe de la Confédération de la CAF :

 

  1. Si l’arbitre est obligé d’arrêter le match avant sa fin

                  réglementaire à cause d’un envahissement du terrain

                  ou d’une agression contre l’équipe visiteuse, l’équipe

                  hôte sera considérée comme perdante et sera disqualifiée

                 de la compétition, nonobstant les sanctions prévues par

                    les statuts et règlements.

 

À ce sujet et en vertu de ces articles cités précédemment, souvenons-nous que notre club avait été sanctionné par le jury disciplinaire de la CAF, lors de sa réunion tenue au siège de la CAF au Caire, le 5 octobre 2017, pour « les jets de projectiles par les supporters du club ASEC, envers les arbitres du match » ASEC Mimosas/CF Mounana, disputé le 16 avril 2017 au Stade Robert CHAMPROUX dans le cadre de la Coupe de la Confédération, « lors de leur entrée aux vestiaires à la fin du match ». La condamnation s’était élevée à 5.000 US Dollars, soit environ 2 800 000 FCFA.

 

Outre des sanctions financières (qui peuvent être beaucoup plus importantes que celles sus-indiquées), des sanctions sportives sont régulièrement prononcées comme des matchs perdus, des points retirés, l’élimination d’une compétition ou encore la suspension pour plusieurs saisons.

 

D’autres conséquences, tout aussi graves ou plus graves encore, peuvent émaner de mauvais comportements de quelques-uns dans les stades. En cela, la notoriété de toute institution acquise au fil des années demeure très fragile, car elle peut être à la merci de comportements répréhensifs de quelques individus inconscients, irresponsables ou malintentionnés. Ainsi, chaque rouage d’une institution se doit de jouer son rôle et de savoir raison garder au moment d’agir. Celle du CNACO est bien d’instruire les Actionnaires aux conséquences de leurs actes et de les préparer à ne pas réagir brutalement face à des décisions qu’ils pourraient juger injustes lors d’un match. Une défaite, même injuste, peut toujours être rattrapée par de bons résultats futurs. Pas une suspension ou une exclusion !

 

C’est cette image de clubs organisé et sérieux qui colle à l’ASEC Mimosas et qui attire tant de partenaires soucieux de se montrer à nos côtés que nous devons cultiver. Chaque jour, lors de chaque match ! Ainsi va la lourde responsabilité qui pèse sur les épaules des Actionnaires qui soutiennent un grand club comme le nôtre !

 

Avec la décision de la CAF de ne pas approuver le Stade Robert CHAMPROUX pour les phases de groupes de la Coupe CAF, les vaillants Actionnaires ne seront malheureusement pas en mesure de montrer ce sens de la responsabilité qui les caractérise… sauf à faire le déplacement à Cotonou !

 

Benoît YOU