ÉDITORIAL :

Changer la vie !

Les débats en réaction au transfert de notre jeune joueur DIAKITÉ Oumar vers l’Autriche et son champion Red Bull SALZBURG ont été très riches et posent, en filigrane, la question de la stratégie et des objectifs d’un club comme le nôtre : quels sont les missions et les objectifs d’un club de football comme l’ASEC Mimosas? Est-ce avant tout de gagner des titres, en Côte d’Ivoire et en Afrique? Est-ce plutôt d’éduquer, former et promouvoir de jeunes joueurs en équipe professionnelle, puis à l’étranger au risque de s’affaiblir dans la quête du premier objectif cité? Est-ce de rendre fiers ses sympathisants par les saines pratiques adoptées et la bonne image qu’il véhicule dans la société? Toutes ces réponses sont pertinentes et toute notre association est tournée vers l’atteinte de tous ces objectifs à la fois. Ce qui n’est pas simple à réaliser, car, parfois, des arbitrages nous obligent à privilégier l’un au détriment de l’autre. On ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs, dit l’expression et l’exemple maintes fois rappelé par Me Roger OUÉGNIN, de la conquête de la Ligue des Champions en 1998 rendue en partie possible, par les transferts (et donc les ressources correspondantes) de ses deux meilleurs joueurs à la fin de la saison 1997, Bonaventure KALOU et ZONGO Mamadou, montre qu’il n’est pas impossible de gagner des titres en transférant l’un de ses meilleurs joueurs.

 

Puisque l’une de nos missions est d’éduquer, former et promouvoir, revenons sur quelques histoires fortes vécues ces derniers jours par certains jeunes ivoiriens dont la vie a radicalement changé grâce à l’ASEC Mimosas.

 

Commençons par celle d’un jeune joueur qui est arrivé à Sol Béni dans le courant du mois de novembre 2021 pour un test et qui, lors de son premier match, s’est blessé grièvement au genou. Après les examens d’usage (Radiographie, Image à Résonnance Magnétique (IRM)…), notre staff médical et les spécialistes de traumatologie des membres inférieurs ont décelé une rupture des ligaments croisés. Terrible blessure pour un jeune joueur! Bien que nos encadrants n’aient pas pu juger son niveau ni évaluer son potentiel pour intégrer un jour l’Académie MimoSifcom, il en allait bien évidemment de notre responsabilité de le soigner et c’est ainsi que le 28 décembre 2021, ce jeune garçon a subi une arthroscopie du genou à la PISAM afin de lui greffer un nouveau ligament. Il entame actuellement sa rééducation à l’internat de Sol Béni qui durera de longs mois, y restera jusqu’à sa récupération totale et à son retour sur le terrain pour être finalement évalué. Cette histoire illustre l’attachement que notre club porte à respecter les engagements tant légaux que moraux vis-à-vis des jeunes sportifs dont nous avons la charge. Bonne guérison à lui et cette histoire n’est peut-être que le début d’une beaucoup plus belle, s’il réussit à faire de cette épreuve une force pour renverser les montagnes qui se dresseront devant lui.

 

Le jeune OUATTARA Mohamed Aziz (21 ans) a connu cette semaine une nouvelle étape dans sa carrière après une belle saison avec son club suédois de Hammarby. Il a en effet été recruté par l’un des plus grands clubs belges, le RCK Genk qui fût le premier club européen de l’ancien Mimos Didier ZOKORA. Beau parcours pour ce jeune joueur arrivé très jeune à l’ASEC Mimosas et qui suit les traces de son ami, l’international ivoirien KOSSOUNOU Odilon, passé par Hammarby, puis la Belgique avant de signer en juillet dernier au Bayer LEVERKUSEN et de participer à sa première CAN en ce moment.

AMANE Akoua Roméo est aujourd’hui peu connu des Actionnaires, car, comme OUATTARA Aziz ou KOSSOUNOU Odilon (mais aussi comme Yaya TOURÉ, Salomon KALOU ou GERVINHO), il n’a pas évolué en équipe professionnelle de l’ASEC Mimosas, quittant directement le centre de formation pour un club européen, BK Häcken (1ère division suédoise) en ce qui le concerne. Il y retrouvera ses amis TRAORÉ Bénie et ADJOUMANI Yannick. Souhaitons-lui la même carrière que ses prédécesseurs, pour son bien à lui, celui de sa famille, de l’ASEC Mimosas et de la Côte d’Ivoire.

 

«Last but not least» : l’évènement le plus récent, la vie de DIAKITE Oumar a elle aussi basculé hier avec son transfert définitif dans le club autrichien de Red Bull Salzburg après 7 années passées à Sol Béni, à s’y entraîner, suivre ses cours, se soigner… Nous vous présentons en page centrale de ce numéro son parcours en jaune et noir, de 11 à 18 ans, en passant par son recrutement, l’obtention du baccalauréat et ses premiers pas en équipe professionnelle. Le plus dur commence pour lui, mais notre club peut être fier de l’avoir accompagné tout au long de ces années vécues à SOL BENI, pour faire de lui un Homme prêt à affronter de nombreux challenges, loin des siens.

 

Ces quelques exemples suivent de près ceux de TRAORÉ Bénie, Salifou DIARRASSOUBA, SAMAKÉ Gaoussou, TAPSOBA Abdoul Fessal… Et en précèderont d’autres. Ainsi va la vie d’un club de football aujourd’hui et bien évidemment, les départs de ces jeunes talents ont leurs revers pour la compétitivité de notre équipe professionnelle et l’attractivité de notre championnat.

 

Nous restons cependant convaincus qu’il est possible de suivre cette stratégie et de continuer à gagner comme nous le faisons depuis de nombreuses années. Mais ce n’est possible que si notre institution reste solide, forte de ses Hommes, de son organisation, de ses infrastructures et de ses nombreux projets.

 

Vive l’ASEC Mimosas!

 

Benoît YOU