ÉDITORIAL :

Les chiffres de Noël

En cette veille de Noël et en guise de cadeau, nous vous offrons quelques chiffres marquants de l’actualité récente. Tout d’abord, le plus beau, car parfait : 5 sur 5 ! Comme le nombre de victoires et de matchs joués en Ligue 1 depuis le début de cette saison. Chaque match a son histoire, ses rebondissements mais pour cette entame, chaque rencontre s’est terminée par 3 points empochés par les Mimos.

L’histoire de la dernière en date, contre LYS Sassandra, avait plutôt mal commencé par un but encaissé très tôt mais la force collective que dégage notre équipe tout comme l’excellente condition physique de nos joueurs ont permis de renverser la tendance. Inéluctablement ! Que cette belle série se poursuive le plus longtemps possible, voilà le plus beau des cadeaux à faire aux Actionnaires, notamment lors du prochain match prévu ce vendredi, quelques heures avant la naissance du Christ !

 

17, comme le nombre de jours nous séparant du début de la Coupe d’Afrique des Nations qui se déroulera au Cameroun à partir du 9 janvier 2022. Si tout se passe bien ! Comme tous les sportifs ivoiriens, notre club est concerné par cet évènement même si de nombreuses interrogations persistent sur notre degré d’implication. Certains joueurs de notre effectif seront-ils sélectionnés ?  La Ligue sera-t-elle interrompue pendant la compétition ? Voilà les questions qui nous concernent directement. Mais indirectement, un autre chiffre nous interpelle. 4,7 ! Comme le nombre de Milliards de FCFA qui auraient été alloués par l’Etat ivoirien pour couvrir les frais de participation de notre équipe nationale à cette compétition. Loin de nous l’idée de nier l’importance d’une telle compétition pour le football ivoirien et la nécessité de mettre les joueurs et le staff dans les meilleures conditions pour représenter dignement le maillot national. Cependant, un tel chiffre montre bien l’existence de plusieurs footballs ivoiriens : celui de l’équipe nationale et celui des clubs. L’un attire la lumière, les foules et les fonds qui vont avec. L’autre, qui alimente le premier et sans lequel il ne peut exister, est relégué sur le bas-côté, disputant la majorité des matchs de son championnat national d’élite sur un seul stade doté d’une pelouse synthétique. Quel contraste !

 

 

Puisque nous parlons de stade, nous évoquions la semaine dernière dans cet édito la possibilité que notre équipe ne puisse pas disputer ses matchs de groupes de Coupe d’Afrique en Côte d’Ivoire, faute de stades homologués par la CAF. En effet, si l’instance continentale avait accepté exceptionnellement que nous puissions disputer nos matchs des tours préliminaires au stade Robert Champroux, les critères d’homologation pour les matchs de groupes sont beaucoup plus stricts. L’un d’entre eux que le stade Robert Champroux ne remplit pas est le suivant : « Les Sièges pour les spectateurs doivent être individuels fixés (p. Ex. Au sol), séparés les uns des autres, moulés, numérotés, faits d’un matériau incassable et non inflammable, et ont un dossier d’une hauteur minimale de trente (30) cm lorsqu’il est mesuré à partir du siège ».

 

 

Nous ne mesurons pas le coût des travaux pour remplir cette exigence (et les autres) de la CAF mais nous pensons qu’au regard des efforts financiers accomplis pour nos pachydermes lors de la CAN, l’on pourrait aussi éviter des voyages fatigants et couteux au seul représentant de clubs ivoirien en phase de groupes de Coupe d’Afrique en décidant rapidement de la mise aux normes de ce stade.

 

Joyeux Noël à tous !

 

Benoît YOU