LIGUE DES CHAMPIONS Interview de Julien CHEVALIER (Entraîneur principal de l’ASEC Mimosas) :

« L’ambition est de continuer à gagner »

À l’orée de la nouvelle saison de football en Côte d’Ivoire, Julien CHEVALIER, l’entraîneur principal de l’ASEC Mimosas, évoque, à travers cette interview, l’actualité du club en parlant de la préparation d’avant-saison, des recrues, du match de la Ligue des champions contre Teungueth FC, ce samedi et de ses objectifs d’entraîneurs. Voici ce qu’il nous a confié.

 

La pré-saison a débuté depuis le lundi 2 août dernier. Quels sont les grands axes du travail effectué depuis lors ?

C’était déjà une satisfaction de retrouver des garçons qui ont bien récupéré pendant les vacances. On a fait une préparation normale jusqu’ici en commençant par un travail athlétique qui a augmenté progressivement en intensité. Il nous fallait retrouver le plus vite possible le rythme de compétition pour mieux aborder la saison et tout d’abord le premier tour aller des préliminaires de la Ligue des champions contre le représentant sénégalais, Teungueth FC.

 

Pourriez-vous nous faire le point des départs et des arrivées au sein de votre équipe ?

Comme à chaque intersaison, notre effectif a connu quelques changements en vue de l’améliorer en qualité. Ce n’est pas un travail aisé. Malgré notre titre de champion, tout n’était pas parfait dans notre jeu. On a essayé de tirer des enseignements des difficultés rencontrées la saison passée. On a fait un point et on a gardé pratiquement tous les joueurs qui ont disputé la Superdivision à l’exception de ZÉBRÉ Yann Wilfred. C’est la seule perte majeure de notre effectif. On a cherché à se renforcer avec de bons joueurs ayant du vécu, en fin de contrat ou des joueurs libres. On a cherché les meilleures opportunités avec nos moyens.

 

Êtes-vous satisfait des recrutements effectués pour renforcer le secteur défensif de l’équipe ?

On est content des joueurs recrutés dans ce secteur parce qu’ils ont montré de belles qualités la saison dernière et ont des profils adaptés aux postes à combler en taille et en agressivité. Mais on sait qu’on va devoir les faire travailler pour les perfectionner afin qu’ils répondent aux exigences de notre jeu.

 

Des jeunes de l’Académie MimoSifcom seront-ils promus en équipe professionnelle la saison prochaine ?

Comme chaque année, il y aura quelques promotions notamment celle du jeune attaquant Karamoko SANKARA qui a un profil semblable à ceux de TAPSOBA Abdoul Fessal et KONATÉ Karim. La saison dernière, on avait 11 joueurs de l’effectif formés à l’Académie MimoSifcom, mais il y en aura moins dans la nouvelle cuvée de l’ASEC Mimosas. Parce qu’ils ne sont pas tous prêts et parce qu’on avait besoin de renforcer l’équipe professionnelle avec des joueurs aguerris dans la perspective de la Coupe d’Afrique. Les jeunes qui sortent de l’Académie devront passer par l’équipe réserve où on ira piocher de temps en temps en cas de besoin pour remplacer des joueurs indisponibles.

 

Vous êtes maintenant dans votre cinquième semaine de préparation. Avez-vous aujourd’hui votre équipe type ?

Je dis toujours à mes joueurs qu’une équipe qui commence la saison est rarement celle qui la termine. Il y a des éléments qui ont besoin d’un temps d’adaptation avant de se révéler, il y a également des jeunes qui montent et qui se font une place. Si on participe à plusieurs compétitions telles que la Ligue 1, la Coupe nationale et la Ligue des champions, on aura forcément besoin d’un maximum de joueurs pour répondre à toutes ces exigences. Tous les joueurs de l’effectif auront leurs chances. Il n’y a rien d’écrit à l’avance. C’est le travail sur le terrain qui comptera.

 

Votre équipe a disputé plusieurs matchs amicaux durant cette intersaison. Quel bilan faites-vous de ces rencontres de préparation ?

On ne dispute pas ces matchs amicaux avec des obligations de résultat, mais plutôt avec d’autres objectifs de préparation. Le premier, comme je l’ai dit tantôt, c’est de se préparer physiquement aux efforts de la compétition en se rapprochant progressivement de notre meilleur niveau pour tenir pendant 90 minutes et même durant les prolongations. Le deuxième, c’est d’intégrer de nouveaux joueurs, de les tester pour obtenir les meilleures associations possibles afin d’avoir à la veille des compétitions le plus d’atouts, d’informations et de repères possibles entre eux et nous, pour tirer le meilleur d’eux à chaque fois qu’on les utilisera pour défendre les couleurs du club dans n’importe quelle compétition. On a mis en place plusieurs dispositifs. Ce sera à nous de choisir le meilleur. On a fait en sorte, tout au long de la préparation, que chaque jour de matchs, tout le monde ait le même temps de jeu. On organise ainsi deux matchs dans la même journée, l’un après l’autre, pour que tout le monde bénéficie de la même préparation, des mêmes chances et soit observé de la même manière afin que mon staff et moi tirions le maximum d’informations pour faire les meilleures associations et constituer notre équipe. À partir de là, on ne peut pas parler pour le moment d’équipe type.

 

La première compétition de la nouvelle saison pour l’ASEC Mimosas, c’est la Ligue des champions de la CAF et l’adversaire, c’est le Teungueth FC de Rufisque que notre équipe va affronter, ce samedi 11 septembre à Thiès. Avez-vous une idée de cette formation ?

On a pu avoir des images des matchs de la saison écoulée de Teungueth FC tant en Ligue 1 du Sénégal qu’en Ligue des champions. On sait que ce ne sera pas facile. Il faut qu’on soit réaliste et qu’on ait suffisamment d’humilité. On est champions de Côte d’Ivoire, mais inexpérimentés sur la scène continentale. Le club a de l’expérience à ce niveau par son histoire, mais pas les joueurs et moi. Il faut qu’on soit très vigilant et qu’on se prépare bien pour ce premier match. On aura un adversaire très relevé avec de sérieux atouts, pas mal de puissance, beaucoup de vitesse, un bon jeu offensif et une belle solidité. Ils en ont fait preuve la saison passée pour éliminer de grandes équipes et se qualifier pour la phase de poules de la Ligue des champions. Pour notre premier rendez-vous contre cette formation, on ira défendre vigoureusement nos chances à Thiès au Sénégal. Il faudra pour cela beaucoup de concentration et de rigueur.

 

Quel est l’état d’esprit de vos joueurs à quelques jours de cet important rendez-vous ?

On est dans un bon état d’esprit avec des joueurs qui ont beaucoup et bien travaillé dans la bonne humeur. Les nouveaux se sont très vite intégrés. On avait un groupe qui vivait bien la saison passée. C’est ce qu’on veut maintenir. C’est très important parce qu’il y a des moments difficiles dans une saison où il faut rester unis. L’aspect collectif doit prendre le dessus. On a su le faire durant la saison écoulée. On va essayer de le refaire.

 

En tant qu’entraîneur principal de l’ASEC Mimosas quelle est votre ambition dans cette Ligue des champions ?

C’est tout donner, chercher le mieux possible. On a l’ambition de se qualifier pour la phase de poules. Il faut maintenant la réaliser sur le terrain et tout le groupe est motivé et déterminé à atteindre cet objectif.

 

Il vous restait un an de contrat à l’ASEC Mimosas et vous avez prolongé pour trois années supplémentaires. Quels seront vos objectifs pour les saisons à venir ?

On a pris goût aux trophées en gagnant tout ce qui était possible la saison dernière. L’ambition est de continuer à gagner. C’est l’attente dans la maison jaune et noir. Il faut pouvoir bien travailler au sein de la Section football pour continuer à faire progresser l’équipe et le club. Si j’ai prolongé mon contrat, c’est parce que le Président Roger OUÉGNIN me l’a proposé et j’ai pris cela comme une belle marque de confiance de sa part. J’apprécie de travailler avec les gens d’ici. Je me sens bien à l’ASEC Mimosas qui est un club où l’on peut bien travailler et obtenir de bons résultats si l’on est motivé et qu’on s’investit comme il faut. J’ai découvert Sol Béni il y a une dizaine d’années avec mon passage au centre de formation. Aujourd’hui, je dirige l’équipe professionnelle. J’aimerais participer à l’avenir de ce club à travers le projet de Gboro-Gbata, le nouveau centre d’entraînement. Pour cela, il faudra se donner les moyens de relever les défis au quotidien et chaque saison.

 

La saison dernière vos joueurs et vous avez bénéficié du soutien inconditionnel des Actionnaires, notamment du Mur Jaune. Avez-vous un message pour ceux-ci ?

Je les remercie encore pour leur soutien de la saison passée. Les inconditionnels qui se rendent régulièrement au stade pour nous supporter vivent les réalités des matchs et voient les efforts des joueurs. On les attend le 19 septembre à l’occasion du match retour contre Teungueth FC, puis tout au long de la saison prochaine pour vivre ensemble des moments merveilleux comme celui qu’on a connu lors de la « finale » de la Ligue 1 contre le FC San Pedro.

 

Votre mot de fin ?

On va continuer de travailler pour se donner de grandes chances de passer ce tour préliminaire.