Éditorial :

Sur un nuage…

Que cette semaine fut agréable, pleine de félicitations de toutes parts et de sourires ! Près de 10 jours après l’explosion de joie au coup de sifflet final de la Ligue 1, l’on continue de se sentir tout léger, délesté du poids de la pression avec laquelle nous vivions depuis plusieurs semaines.

 

Quel plaisir également de voir toute la joie que procure ce titre dans les cœurs des membres de la grande famille Mimosas ! Donner de la joie et du plaisir, se sentir utile, y a-t-il mission plus importante et plus noble pour notre association ?

 

Si elle a apporté du bonheur, la conquête de ce 27e titre de champion de Côte d’Ivoire a été particulièrement difficile ! Plus difficile que les autres ? Impossible de répondre tant nous manquons de recul, mais ce qui est certain, c’est que les circonstances étaient vraiment particulières et le résultat indécis comme rarement dans le passé !

 

Avant de passer trop vite à autre chose et afin de continuer à voguer sur notre nuage, attardons-nous sur les acteurs principaux de cette consécration : les joueurs. Ils sont 34 champions, certains ayant disputé la quasi-intégralité des matchs quand d’autres n’ont pas eu l’opportunité de fouler la pelouse une seule minute. Pourtant, ce titre leur appartient à tous et ils pourront dire à leurs enfants et petits-enfants : « J’ai été champion de Côte d’Ivoire » ! Ce n’est pas donné à tout le monde et nombreux sont les joueurs à ne jamais avoir remporté de titre national durant toute leur carrière. Cela doit donc être apprécié à sa juste valeur.

 

Deux d’entre eux ont eu le malheur de se blesser au cours de la longue période de préparation. Ils ont vécu cette saison sur le côté tout en poursuivant leur rééducation avec l’espoir de regoûter aux joies du terrain lors de la prochaine saison.

 

Douze ont très peu joué. Ils ont été cependant présents à tous les entraînements et ont su, par leur présence, participer à l’émulation du groupe pour le tirer vers le haut !

 

Enfin, un groupe d’une vingtaine de joueurs a été beaucoup plus utilisé par le staff technique au cours des 18 matchs officiels.

 

Ainsi va la vie d’un groupe et particulièrement d’une équipe de football. Rien n’est jamais acquis et chaque joueur se doit d’être prêt, à tout moment, pour répondre aux besoins de l’équipe. En ce sens, l’histoire du jeune joueur formé à l’Académie MimoSifcom, FOFANA Halassane, est assez édifiante. Blessé avant même le début de la saison et pendant de longs mois, il a repris les entraînements collectifs pendant les matchs de poule et a intégré l’équipe pour la 1ère fois lors de la 1ère journée de la Superdivision pour ne plus jamais la quitter. Belle histoire qui illustre l’absolue nécessité d’avoir un groupe élargi et soudé à la disposition du staff tout au long de la saison, mais aussi pour les joueurs, de ne jamais se décourager, de croire en leur étoile et de faire preuve de persévérance.

 

Qu’ils soient tous remerciés ici encore une fois avant de nous projeter inexorablement vers l’avenir et la saison prochaine, qui approche à grands pas. Tel le ballon qui roule et ne s’arrête jamais, les saisons se succèdent, laissant peu de temps à la jouissance du moment présent… car il faudra être de nouveau champion la saison prochaine et bien figurer lors des compétitions africaines…

 

 

Benoît YOU