NOUGBELE Christian (Milieu offensif de l’ASEC Mimosas) :

« J’entrevois le bout du tunnel »

Blessé le dimanche 19 mars 2017, contre la formation d’APEJES du Cameroun, au Stade Ahmadou AHIDJO de Yaoundé, lors des seizièmes de finale retour de la Coupe de la Confédération, puis opéré le dimanche 23 avril 2017, à Rabat, au Maroc, NOUGBELE Christian, le milieu offensif de l’ASEC Mimosas, privé de compétition depuis 10 mois environ, prépare activement son retour. Nous l’avons rencontré. Voici ce qu’il nous a confié. Interview.  

– Comment te sens-tu aujourd’hui?

– Je vais bien. Je remercie le magazine ASEC Mimosas de ne pas m’avoir oublié. Je suis content que vous m’ouvriez vos colonnes. Je vais très bien puisque je suis dans la dernière phase de ma remise en forme à l’issue de laquelle je pourrai réintégrer le groupe. Je ne ressens plus de douleur et tout se déroule normalement.

 

– Depuis combien de temps n’as-tu plus participé à une compétition?

– Depuis 10 mois environ. Et ce n’est pas du tout facile à supporter. Je suis en train d’entrevoir le bout du tunnel. Je souhaite que les choses continuent d’évoluer rapidement dans le bon sens.

 

– Sur quoi travailles-tu?

– Le préparateur physique, ASSOUMOU Jimmy, engagé exceptionnellement par le club pour s’occuper de moi, me fait faire beaucoup d’exercice de vitesse et de travail devant les buts. Chaque jour qui passe voit ma santé s’améliorer et je monte un peu plus en puissance.

 

– Comment se passent tes séances quotidiennes?

– Elles commencent très tôt le matin, à 6h30. Car il nous faut finir avant le début des entraînements de l’équipe professionnelle. Les séances durent entre 1h45 et 2h00. Le préparateur physique me fait commencer généralement en salle par des exercices de réveil, de renforcement musculaire et de prévention. Il me fait faire de la musculation. Ensuite nous nous rendons sur le terrain Laurent POKOU pour des exercices avec le ballon. Nous terminons souvent nos séances à la piscine intérieure de Sol Béni.

 

– Peut-on savoir quand tu reprendras les entraînements avec le groupe?

– Je ne le sais pas encore, mais ça ne saurait tarder. Je suis très confiant et j’espère recouvrer totalement la santé et rejoindre le groupe le plus rapidement possible.

 

– Sais-tu que les dirigeants et les Actionnaires attendent ton retour avec impatience?

– Je le sais. Le PCA, Me Roger OUEGNIN ; le premier Vice-président, Francis OUEGNIN ; le Responsable de la Section football professionnel, Baky KONE et l’entraîneur AMANI Yao suivent avec beaucoup d’intérêt ma remise en forme. Ils m’appellent souvent pour s’enquérir de mon état de santé ou ils en parlent avec le Dr KOUAME Narcisse. Je reçois aussi beaucoup d’appels téléphoniques des Actionnaires qui veulent savoir comment évolue mon état de santé. Ceux qui me reconnaissent, m’abordent dans la rue et me souhaitent un prompt rétablissement. Tous ces soutiens de mes dirigeants et de nos supporters me font plaisir et me motivent à travailler sérieusement pour reprendre la compétition.

 

– Échanges-tu souvent avec l’entraîneur AMANI Yao Lambert César?

– Oui, beaucoup. Le Coach AMANI Yao arrive très tôt, tous les jours, à Sol Béni. Il assiste à presque toutes mes séances de remise en forme avec le Coach Jimmy. Il suit de près ma préparation. Le fait de savoir qu’il fonde beaucoup d’espoir sur mon retour me motive encore plus.

 

– Comment as-tu trouvé le comportement de tes coéquipiers durant les matchs aller de la Ligue 1?

– Ils ont été impressionnants. Ils ont pris un mauvais départ. Ensuite, ils ont su redresser la barre pour aligner 11 victoires d’affilée et terminer les matchs aller avec 12 points d’avance sur le poursuivant direct qui est l’AFAD. C’est une très belle performance. C’est la preuve que le Coach AMANI Yao Lambert fait du très bon travail et que son message passe très bien auprès des joueurs. Je souhaite que nous prolongions cette performance durant la seconde partie de la Ligue 1 ainsi que dans les autres compétitions nationales et en Ligue des champions de la CAF. Ce qui nous permettra de remporter notre 26e titre de champion de Côte d’Ivoire, de tout remporter au niveau national et de disputer au moins une demi-finale de Ligue des champions 12 ans après celles de 2006.

 

– En parlant de la Ligue des champions, l’ASEC Mimosas disputera les matchs aller du Tour préliminaire, le dimanche 11 février, à partir de 16h00 GMT au Stade Mathieu KÉRÉKOU de Cotonou contre le Buffles FC du Borgou. Comment vois-tu cette rencontre?

 

– Je souhaite que tout se passe bien pour nous, le dimanche, à Cotonou. Nous avons un groupe de qualité qui possède les arguments pour négocier un bon résultat lors de ce match aller contre les champions du Bénin. Je reconnais que la partie ne sera pas facile pour nous face à des adversaires qui seront très motivés et qui joueront leur va-tout devant leur public. C’est pourquoi nous devrons être à cent pour cent et jouer avec beaucoup de détermination, d’application et de concentration pour arracher un bon résultat qui va augmenter nos chances de qualification au match retour au Stade FHB.

 

– Que peux-tu dire pour clore cet entretien?

– Je voudrais dire MERCI du fond du cœur au PCA, Me Roger OUÉGNIN, au Président Francis OUÉGNIN et à tous leurs collaborateurs pour leur soutien constant depuis le jour de ma blessure au Cameroun et aussi pour la confiance qu’ils ont en moi. Je remercie au passage l’entraîneur AMANI Yao, tout son Staff et tous les Actionnaires qui ne cessent de m’encourager et de prier pour moi. Je prépare activement mon retour pour apporter ma contribution à notre club dans toutes les compétitions qu’il disputera cette année.