Editorial :

L’Union fait la force

Voir près de 150 Actionnaires réunis à Sol Béni autour de leur Président, voilà une belle image pour lancer cette nouvelle année. De vrais échanges autour de l’animation et de la coordination des actions du CNACO ont animé cette matinée et il est heureux de voir cette famille unie au service de l’ASEC Mimosas malgré les difficultés liées à l’absence de compétition.

 

Comme dans toute famille ou communauté, des points de vue différents existent certainement sur la manière de faire pour mobiliser au mieux les amoureux du club Jaune et Noir. Il serait d’ailleurs étrange qu’il en fût autrement. Mais l’image que nous garderons de cette journée est celle du rassemblement de tous les responsables du CNACO, certains pour écouter le message de leur Président, d’autres pour faire part de leurs préoccupations ou de leurs griefs.

 

L’Union, un des piliers de la Nation ivoirienne au même titre que le Travail et la Discipline, est une valeur sacrée qu’il faut se faire fort de cultiver et d’entretenir chaque jour avec amour et courage. « L’Union fait la force » dit l’adage signifiant que l’association de compétences et de savoir-faire poussant dans la même direction a obligatoirement un effet multiplicateur. Les amateurs de football et de sport collectif le savent et c’est d’ailleurs le plus grand défi à relever pour un meneur d’hommes : une équipe unie sera toujours plus forte que la somme des individualités qui la composent.

 

Si notre club est régulièrement montré en exemple pour la qualité de son organisation et ses résultats, l’unité qui règne en son sein en est certainement l’un des secrets de sa réussite. Les problèmes ou les divergences qui ont pu surgir au cours des 30 dernières années ont toujours été réglés en interne, au sein de la famille, n’en déplaise à certains qui font régulièrement leurs choux gras sur les divisions réelles ou supposées en prenant un malin plaisir à souffler sur les braises. Un bref regard chez nos voisins Vert et Rouge en est l’illustration patente.

 

Alors que le football ivoirien n’a jamais été autant divisé, la mise en place par la FIFA d’un Comité de normalisation au sein de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), composé de personnes étrangères au football et détachées des querelles internes pour gérer les affaires courantes et surtout mettre en place un processus électoral clair et transparent, pourrait être un moyen de ramener un peu de sérénité dans cette grande famille du football. En sera-t-il ainsi, rien n’est moins sûr mais il faut l’espérer, à plus ou moins long terme, car des échéances importantes pour le football ivoirien sont en ligne de mire, avec notamment l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2023. Le temps est plus que jamais venu pour que les acteurs du football ivoirien s’unissent autour d’un projet ambitieux pour son développement. Sachons saisir cette opportunité au vol pour repartir de l’avant !

 

Benoît YOU