Éditorial :

Un coup d’œil dans le rétro !

À l’occasion de ce premier éditorial de l’année 2021, permettez-moi de vous adresser tous mes vœux pour cette nouvelle année. Par l’intermédiaire de cette rubrique, nous avons pu communiquer tout au long de l’année 2020 sur les évènements qui l’ont jalonnée. Telle est sa mission, et plus généralement des médias de notre club : informer et éclairer.

 

Pour clôturer définitivement cette année si particulière, autorisons-nous à regarder dans le rétroviseur pour se remémorer ces 12 derniers mois si riches en évènements en ayant une pensée pour nos chers disparus en 2020.

 

Tout d’abord, revenons sur le premier éditorial de l’année 2020, publié le 2 Janvier 2020 dans le magazine 1463 et signé de Me Roger OUÉGNIN, avec pour titre : « La FIF au révélateur ». Dans la suite logique de ses combats menés au cours des années précédentes, l’éditorial de notre président, avait pour objectif de mettre en lumière le caractère mensonger des propos du 1er Vice-Président de la FIF au sujet de la politique du Comité Exécutif de la FIF de l’époque sur la formation des jeunes footballeurs et les sélections nationales de jeunes. Les derniers résultats obtenus par l’équipe nationale U20 lors du tournoi UFOA B disputé au Bénin, qualificatif pour la CAN U20 (en Mauritanie), avec une défaite contre les U20 du Burkina Faso ne sont qu’une illustration supplémentaire (si besoin en est) de l’absence totale de vision dans ce domaine de la part des dirigeants fédéraux récemment déchus, et en place depuis septembre 2011. À ce sujet, il serait intéressant de connaître les raisons pour lesquelles le meilleur espoir de la Ligue 1 de la saison précédente (TRAORÉ Bénie Adama) n’a pas été retenu pour cette compétition.

 

Puisque nous abordons la question des jeunes joueurs, nous serions également curieux de savoir où en est le projet C-JEUNE, annoncé avec fanfare et trompettes comme faisant partie du grand projet révolutionnaire du Comité Exécutif déchu pour la formation des jeunes joueurs de football en Côte d’Ivoire.

 

Évidemment, à compter de Mars 2020, la pandémie de COVID-19 a pris le dessus et a occupé les esprits pendant plusieurs mois. Notre magazine a poursuivi son travail d’information et a rempli sa mission de sensibilisation en appelant sans cesse à la « précaution et à la responsabilité » (Numéro 1474 du 19 Mars 2020). Le combat contre le virus n’est toujours pas fini et il convient de rester très prudent pour éviter que la situation ne s’aggrave alors qu’il a déjà fait de si nombreux dégâts en Côte d’Ivoire et dans le monde.

 

L’autre feuilleton qui nous a tenus en haleine (et nous y sommes toujours) tout au long de l’année 2020 est celui des élections à la Présidence de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) puisque le mandat du Comité Exécutif précédent est arrivé à échéance en février 2020. Depuis dix mois donc, la communauté du Football de notre pays attend son nouveau Président. La mise en place d’un Comité de normalisation par la FIFA a clôturé cette année et remis certainement à plusieurs mois l’élection d’un nouveau président.

 

Dans le même temps, malgré l’autorisation des autorités politiques et sanitaires pour la reprise des activités sportives de compétition, les championnats nationaux de football en Côte d’Ivoire sont toujours à l’arrêt. Après avoir posé la question « JUSQU’À QUAND? » dans notre éditorial du magazine n°1500 du 20 Novembre 2020, est venu le temps du « POURQUOI ? » dans celui du magazine n°1502 du 4 Décembre 2020. Cette dernière interrogation a suscité un vif débat parmi les acteurs du football ivoirien pour savoir si l’interruption du processus électoral par la FIFA était réellement la raison pour laquelle les championnats ivoiriens n’avaient pas repris. Chacun a pu se faire son opinion sur le sujet et c’est bien le principal.

 

À défaut de compétitions officielles, c’est un tournoi amical (Tournoi de la Fraternité) qui clôtura l’année sportive et nous aura permis de renouer avec des considérations sportives pour le dernier éditorial de l’année (n°1505 du 24 Décembre 2020) en voyant dans la qualité du jeu produit et des résultats obtenus par notre équipe, « des signes encourageants » pour la saison qui viendra.

 

Finissons cet éditorial en émettant le vœu de voir beaucoup plus de matchs de football en Côte d’Ivoire en 2021. Il s’agit en effet de la raison d’être première de notre Association et plus largement de celle du monde du football ivoirien.

 

Benoît YOU