Éditorial :

Un grand serviteur du football, de la jeunesse et de l’ASEC Mimosas

Le coach Boukaré BAMOGO, l’un des piliers, que nous pensions indéboulonnables, de l’Académie MimoSifcom, s’en est allé le jeudi 25 juin 2020, laissant ses familles biologiques et sportive orphelines et inconsolables.

 

Ce numéro tentera de retracer en quelques textes et photos le parcours de cet infatigable serviteur du football, de la jeunesse et de l’ASEC Mimosas, sa famille sportive, pléthorique et inconditionnelle qu’il a contribué à bâtir avec amour et conviction, pendant près de 40 années de vie passées au bord des terrains de football à s’occuper de jeunes joueurs.

 

Lors d’une cérémonie célébrant récemment son 65ème anniversaire (le 22 Octobre 2019), son épouse avait eu la belle idée de convier bon nombre d’anciens joueurs qu’il avait eu sous ces ordres tout au long de sa carrière d’éducateur. Force fut de constater pour les plus jeunes d’entre eux qu’ils ne sont pas les premiers à être passés entre ses mains et que le football ivoirien a eu la chance de disposer d’un éducateur comme lui, totalement dévoué à sa tâche et ce, jusqu’à son dernier souffle.

 

Décoré de l’Ordre du Mérite de l’ASEC Mimosas par Me Roger OUÉGNIN lors de l’Assemblée Générale Ordinaire du 27 août 2017, son amour pour notre club était incommensurable. Il fallait le voir, courant, de-ci, de-là, sur les terres de Sol Béni, haranguant ici celui qui osait jeter un papier par terre, asticotant là un encadrant qui se comportait mal ou dont l’équipe arrivait en retard. Très souvent, le premier arrivé, « Zagalo » comme l’appelaient affectueusement les jeunes de l’Académie MimoSifcom, était également le dernier à quitter Sol Béni, ne ménageant jamais sa peine, lui qui avait choisi d’emménager avec sa famille dans le village de M’Pouto afin d’être au plus proche de l’ASEC Mimosas et de pouvoir répondre immédiatement à toute sol- licitation. Tout le monde savait où le trouver et sa porte était ouverte à tous, joueurs, encadrants ou personnel de Sol Béni.

 

Son départ laisse un immense vide dans notre cœur et dans notre organisation. La vie veut bien évidemment que nous essuyions nos larmes et poursuivions l’œuvre à laquelle il a fortement contribué. C’est ainsi qu’il aurait voulu que les choses se passent et qu’elles se passeront dès que la règlementation le permettra.

 

Malgré la peine, nous nous consolons de savoir qu’il est parti en vivant sa passion jusqu’au bout avec le sens devoir accompli. Nous le revoyons encore, quelques jours avant son décès s’occuper des jeunes joueurs de l’Académie MimoSifcom qui venaient à Sol Béni pour … se faire soigner. Drôle de coïncidence qui montre qu’il se souciait certainement plus des autres que de lui-même et de sa santé. Ainsi en va-t-il souvent de tous les passionnés pour lesquels leur mission, plutôt que d’être un travail, est avant tout un sacerdoce.

 

Nous garderons de Boukaré BAMOGO, l’image d’un Homme formidablement vrai et bon qui a passé sa vie à tenter de transmettre des valeurs telles que la loyauté, la fidélité et le don de soi à la jeunesse ivoirienne. Y a-t-il vie et action plus louable ?

 

Lors de l’observation d’une minute de silence à Sol Béni ce lundi avec le personnel présent et quelques élèves de l’Académie MimoSifcom, l’émotion fut vive et nous rêvions tous de voir débarquer « coach BB » dans la salle, comme à son habitude, avec son franc sourire. Ce ne fut malheureusement pas le cas tout comme nous ne l’entendrons plus conclure, comme chaque lundi, les réunions hebdomadaires de l’Académie MimoSifcom, de son célèbre et tant attendu : « Bonne semaine à tous ».

 

A nous de te dire, « bon repos à toi » et surtout « Merci pour tout », coach Boukaré, nous ne t’oublierons jamais !

 

Tes amis reconnaissants