Éditorial  :

Courage, discipline et foi inébranlable

Puisque les déplacements sont restreints, que les entraînements et les matchs sont interrompus, nous avons moins l’occasion de nous rencontrer et si nous échangeons avec certains au téléphone ou par messages, l’obligatoire distanciation sociale nous pèse tous. C’est donc par le biais de notre « Bible » que je viens vers vous pour conserver ce lien qui nous unit depuis tant d’années. Un jour, nous nous retrouverons à Sol Béni, au stade ou ailleurs pour reprendre la vie d’avant, celle que nous connaissons et que nous aimons, faite de joie comme de peines, d’échanges et de désaccords, de victoires et de défaites. Ce temps d’avant, pas si lointain (qu’est-ce qu’un ou deux mois dans une vie ?), semble pourtant une éternité.

 

Cette pandémie s’arrêtera bien un jour, dans un mois, six mois, un ou 2 ans par la découverte d’un vaccin ou d’une autre solution. Mais dans quel état seront le monde, notre pays, notre football, notre club et chacun d’entre nous ? Grande incertitude, mais l’on peut déjà prédire que nous serons tous bien amochés. Certains de nos proches auront peut-être disparu pour des raisons sanitaires quand de nombreuses entreprises, associations ou clubs de football auront disparu, quant à eux, pour des raisons économiques.

 

Fort d’une expérience de plus de 3 décennies à la tête de l’ASEC Mimosas, nous voyons poindre d’exceptionnelles difficultés au cours des prochains mois et années. Les crises précédentes qui se sont succédé de 2000 à 2011 ont été particulièrement difficiles et ont touché notre pays et notre club en plein coeur. Avec patience, passion, courage et abnégation, nous avons réussi à les surmonter et à reconstruire, tous ensemble malgré les nombreuses cicatrices qu’elles ont laissées jusqu’à aujourd’hui dans notre club et son organisation.

 

Néanmoins, à la différence de ces crises précédentes, il n’aura échappé à personne que celle-ci est mondiale, touchant, sans exception, tous les pays de la planète Terre. Ainsi, si notre pays avait pu compter sur la bonne santé relative du monde lors des crises précédentes pour rester à flot, il y a moins de chances que cela soit le cas cette fois-ci. Chacun étant empêtré dans une situation si complexe à l’intérieur de ses frontières, qu’il cherche d’abord sa propre voie de sortie avant de s’occuper de celle des autres.

 

Une certitude : cette crise sanitaire sera suivie d’une crise économique mondiale terrible qui nous touchera tous de plein fouet, notre pays, notre football et notre club. Ce dernier, véritable PME ancrée dans la mondialisation, souffrira inéluctablement d’un ralentissement de l’activité économique internationale et nationale.

 

Gouverner, c’est prévoir, tâche bien difficile face à tant d’incertitudes ! Et c’est le rôle de tout dirigeant de rechercher les moyens adéquats pour sauvegarder l’outil de travail. Nous serons amenés à faire des choix douloureux pour notre club. Indéniablement, avec humanité, mais aussi en toute responsabilité. Il en va de la survie de notre association qui, à l’image de l’économie mondiale, est en danger malgré ses fondations solides.

 

Avec vous, Actionnaires, dirigeants, athlètes, salariés, mais aussi grâce à notre organisation, à notre expérience et à notre patrimoine, je suis certain que nous surmonterons cette nouvelle épreuve. Pour cela, nous aurons besoin de toutes les forces vives de notre club.

 

Avant tout, engageons-nous tous à la discipline et au respect des consignes données par les autorités sanitaires de notre pays.

 

 

 

 

Maître Roger OUEGNIN