Interview...Julien CHEVALIER (Entraîneur principal) :

« Travailler avec force pour réussir ensemble»

C’est officiel depuis mercredi 12 juin 2019. Julien CHEVALIER est le nouvel entraîneur principal de l’ASEC Mimosas. Les médias du club ont rencontré ce technicien qui a déjà servi au sein de la maison « Jaune et Noir » de 2011 à 2017, pour recueillir ses impressions. Interview.

Bonjour Coach, pouvez-vous vous présenter aux Actionnaires?

Connaissant la passion des Actionnaires pour leur club, je pense que nombreux me connaissent déjà. J’ai souvent pu apprécier leur soutien lors de nos compétitions avec les jeunes de l’Académie MimoSifcom dont j’ai eu la charge durant plusieurs saisons. Et leur soutien a toujours été une source d’énergie pour mes jeunes  et moi. J’ai ensuite poursuivi mon parcours d’entraîneur en allant m’aguerrir dans l’encadrement des pros, auprès d’un coach de référence comme Claude LE ROY, et des joueurs de grande envergure tels Sheyi ADEBAYOR, Mathieu DOSSEVI, Djene DAKONAM et tant d’autres… J’en profite pour les saluer tous, car je n’ai pas pu le faire avant de quitter le Togo et les remercier aussi, car ces moments avec eux sont une grande expérience pour moi. Et maintenant, je reviens à Sol Béni comme entraîneur principal pour poursuivre notre histoire commune.

 

Après avoir dirigé l’Académie MimoSifcom pendant plus de 5 saisons, vous venez d’être nommé Entraîneur Principal de l’ASEC Mimosas. Peut-on y voir une forme de continuité?

Oui et non… En effet, notre passé commun a joué et les réussites partagées ont évidemment participé à nous rapprocher de nouveau. J’ai toujours suivi le club avec un œil particulier depuis mon départ. Et j’en profite pour féliciter les coachs Traoré Siaka et AMANI Yao pour les très bons résultats de ces dernières saisons. Mais maintenant, je reviens dans un rôle différent et avec une équipe à relancer après une saison plus difficile. Alors, oui, je connais la maison. Mais les joueurs, qui sont les véritables forces d’un club, ont évolué et bon nombre de « mes » jeunes les plus talentueux ont déjà éclos et pris leur envol… Donc on doit s’atteler, et on y réfléchit déjà depuis un moment avec toutes les forces du club, à réformer une équipe compétitive pour relever les défis qui nous attendent.

 

Votre premier passage à l’ASEC Mimosas vous sera-t-il utile dans votre nouvelle mission?

Il l’est déjà. Cela va me permettre de gagner énormément de temps dans la mise en route de la mission qui m’est confiée. J’ai déjà une bonne vision des forces et structures du club. Je connais les hommes qui composent le club, et j’ai gardé un œil attentif à tout ce qui s’est fait depuis mon départ au Togo. Maintenant, on l’a vu la saison passée, même dans la continuité d’une saison où les titres ont été empilés, le succès n’est pas garanti. On a pu passer directement aux choses concrètes, car c’est vers l’avenir que tous les regards sont tournés.

 

En quoi, votre expérience acquise auprès de Claude LEROY au sein de la Sélection Nationale du Togo pourrait-elle vous servir pour réussir votre mission à l’ASEC Mimosas?

Le fait d’avoir pu côtoyer un tel monument du football est déjà une chance énorme. Et cette période à ses côtés sera une source d’inspiration importante. C’est une personne très exigeante sur le terrain et en dehors, mais qui garde toujours une simplicité et une humilité exceptionnelle. Et ce sont des valeurs essentielles pour réussir dans ce métier. Une bonne école. Et avoir pu évoluer au contact de joueurs de très haut niveau et chercher à répondre à leurs attentes sera aussi un repère dans le travail à fournir à l’ASEC Mimosas.

 

Qu’est-ce qui a motivé votre retour à l’ASEC Mimosas?

Quand les dirigeants m’ont contacté, il était impossible pour moi d’ignorer leur proposition. Ce ne fut pas une décision facile à prendre. Et malgré la déception de la non-qualification pour la CAN 2019 avec le Togo, il restait du travail à effectuer et il a fallu quitter un groupe de qualité, sur les plans humain et sportif. J’aurais aimé participer à la CAN et je ne serais sûrement pas là aujourd’hui. Mais, c’était peut-être justement le moment pour moi de franchir un nouveau cap et cet appel a contribué à éveiller cette ambition. Je remercie le « Coach » LE ROY pour tout, et sa compréhension de mon envie de relever le défi Jaune et Noir. Me voilà donc de retour pour cette nouvelle aventure qui sera tout sauf facile, mais passionnante.

 

Pendant votre mission au Togo, avez-vous continué à suivre la Ligue 1 ivoirienne et l’actualité de l’ASEC Mimosas?

Bien sûr. Déjà par l’affection gardée pour l’ASEC Mimosas. Mais grâce à la couverture de Canal + Afrique, je pouvais aussi suivre les performances de quelques éléments togolais, comme Komlan AGBEGNIADAN, mais également de nombreux garçons issus de l’Académie MimoSifcom lors de mon passage qui évoluent dans les différentes équipes du championnat.

 

 

L’effectif de l’ASEC Mimosas pour la saison prochaine sera composé de certains joueurs que vous avez formés à l’Académie MimoSifcom. Est-ce un avantage de connaître déjà certains joueurs de cet effectif?

Il y en aura sûrement. Et, cela ne pourra pas être un handicap, en tout cas. Mais il ne faut pas non plus attendre un baby-boom au sein de l’effectif professionnel. Notre objectif sera d’être performants chaque semaine et sur la durée de la saison. Pour cela, mêler la jeunesse et l’expérience dans notre effectif sera intéressant, car la variété des compétences est un atout pour un coach, et chacun de ces profils à des qualités à apporter à un groupe au quotidien.

 

Peut-on espérer voir venir à l’ASEC Mimosas la saison prochaine des joueurs que vous avez supervisés au Togo?

Pour le moment, nous restons discrets et on travaille à la construction de l’effectif avec les différentes composantes du club. Et chacun apporte son réseau et ses observations. Mon passage au Togo m’a permis de suivre ce championnat et côtoyer des joueurs de qualité en sélection nationale avec qui j’ai eu de très bonnes relations. Mais, maintenant, ils seraient les bienvenus… mais je ne pense pas que cela suffira pour parvenir à amener Sheyi ADEBAYOR dans mes bagages. Plus sérieusement, il y a déjà des joueurs de qualités dans notre effectif, et pour le renforcer nous irons chercher des joueurs, d’où qu’ils soient, qui nous sembleront les plus aptes à combler nos besoins, selon nos moyens. Ensuite ce sera le travail sur le terrain au quotidien, qui devra nous permettre de former un groupe de compétiteurs pour aller chercher nos objectifs.

 

Les Actionnaires attendent beaucoup de vous pour reconquérir le titre de champion de Côte d’Ivoire perdu la saison dernière. Souhaitez-vous leur adresser un message pour conclure cet entretien?

Je voudrais déjà, les remercier pour les messages d’accueil et d’encouragements reçus ou relayés. On perçoit tout de suite la passion pour leur club et leurs espoirs. Cela est une motivation supplémentaire pour travailler avec force afin que l’on vive de grands moments et qu’on réussisse ensemble.