Éditorial :

L’union fait la force

La bataille fait rage parmi les acteurs du football européen sur la réforme de la Ligue des champions, véritable vache à lait des clubs du vieux continent, et pour laquelle chacun veut avoir droit à la plus grosse part. Ainsi voit-on les grands clubs européens, déjà fondateurs de l’ECA (Association des Clubs Européens) en 2009, se considérant comme ceux qui produisent le spectacle et donc la richesse de cette compétition, à la manœuvre pour transformer le format actuel de la Ligue en une compétition où leurs énormes gains sont garantis quel que soit le résultat sur le terrain.

 

De leurs côtés, les petits clubs ne veulent pas être en reste, protestent et s’accrochent pour obtenir quelques miettes du gros gâteau, mais leur voix porte peu, malgré leur nombre. Après 10 années de combat, les clubs européens, unis dans la défense des intérêts des clubs face aux fédérations, à l’UEFA et à la FIFA, sont en train de se diviser dès lors que leurs intérêts, longtemps communs, commencent à diverger (les grands contre les petits).

 

Nous abordons ce sujet car il concerne la Ligue des Champions de l’UEFA à partir de la saison … 2024 ! Ces changements importants sont donc envisagés longtemps à l’avance afin de laisser le temps à tous les acteurs de négocier et de les prendre en compte dans leurs prévisions budgétaires, sportives et financières. Nous l’abordons ici car, au même moment, la Confédération Africaine de Football (CAF) semble avoir décidé unilatéralement de modifier certaines règles des compétitions interclubs avec effet immédiat et de lourdes conséquences rétroactives.

 

En effet, depuis de nombreuses années, les règles étaient claires : chaque pays connaissait le nombre d’équipes qualifiées pour les compétitions interclubs de la CAF avant le début de la saison précédente (au début de la saison 2016-2017, chacun connaissait le nombre d’équipes qualifiées pour les Coupes d’Afrique de la saison 2017-2018). Ainsi, en entamant la nouvelle saison, les objectifs peuvent être fixés, car l’on sait quelles places sont qualificatives pour une compétition interclub de la CAF.  C’est d’ailleurs ainsi que fonctionne l’UEFA pour les Coupes d’Europe.

 

En annonçant dans sa note du 3 Juin 2019 que la Côte d’Ivoire, à l’issue de la saison 2018/2019, ne figurait plus parmi les 12 meilleures nations africaines au niveau des clubs, elle n’a surpris personne puisque le Président du Conseil d’Administration de l’ASEC Mimosas avait déjà attiré l’attention sur ce point dans ces colonnes. Cependant, ce qui semble nouveau, c’est d’annoncer que ce classement est désormais pris en compte pour déterminer les équipes qualifiées pour les Coupes d’Afrique 2019-2020. Selon les règles en vigueur jusqu’à maintenant, ce classement aurait dû être pris en compte pour la compétition 2020-2021.

 

Notre club et tous les clubs africains se sont battus toute la saison pour obtenir une qualification en Coupe d’Afrique et ce ne serait qu’après la bataille que l’on indiquât les règles du jeu ? Pour mieux comprendre ce que cela implique pour notre club, revenons quelque peu en arrière:

               

         – Dans l’esprit de tous, depuis le début de la saison, la Côte d’Ivoire avait droit à 4 places en Coupe d’Afrique pour la saison 2019-2020 comme suit :

             o Les 2 premiers de la Ligue 1 étaient qualifiés pour la Ligue des Champions,

               o Le 3eet le vainqueur de la Coupe nationale, en Coupe de la Confédération.

             – A quelques journées de la fin de la saison, notre club se battait pour accrocher une place qualificative pour la Coupe de la Confédération et pouvait l’obtenir de 2 façons au regard de son classement :

              o Par la 3eplace de la Ligue 1, que nous avons réussi à conserver, 

              o Par une victoire en Coupe Nationale.

                – Alors que notre club occupait la 5eplace de la Ligue à 4 journées de la fin avec 4 points de retard sur le 3e, notre club a concentré tous ses efforts sur l’obtention de cette 3eplace qualificative. Avec un match nul (2-2) obtenu le 5 Mai 2019 contre BOUAKÉ FC lors de la dernière journée de la Ligue 1, notre club arrachait la 3eplace du podium. Et le site officiel de la FIF d’annoncer en date du 5 Mai 2019 :« Leader de la MTN Ligue 1, la SOA obtient son ticket pour la prochaine Ligue des champions. Les Militaires seront en compagnie du FC San Pedro. L’Asec Mimosas, 3eau classement, disputera la prochaine Coupe de la Confédération. L’identité de la deuxième équipe en Coupe de la Confédération sera connue le 19 mai, à l’issue de la finale de la Coupe nationale »(https://www.fifciv.com/?q=ligue-1-26%C3%A8-j-soa-rca-2-3-la-soa-re%C3%A7oit-son-troph%C3%A9e-de-champion-rca-g%C3%A2che-la-f%C3%AAte)

                – Restait alors la Coupe Nationale dont les ½ finales se sont disputées le 12     

                Mai 2019 contre l’AFAD. Si la volonté de glaner un nouveau titre était grande, la pression sur les épaules de nos joueurs était moindre puisque la qualification en Coupe d’Afrique était validée par la Ligue 1. 

Nous ne voulons pas croire qu’une telle décision soit possible et c’est pourquoi nous avons écrit à la CAF afin d’obtenir des éclaircissements sur cette situation. 

La décision de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) de publier, telle quelle, la note de la CAF sur son site Internet officiel, sans aucune observation, a eu de quoi nous surprendre alors que ses clubs perdraient injustement 50% de ses places. 

Après les incidents qui ont eu lieu à l’occasion de la finale retour de la Ligue des Champions de la CAF à Tunis le 31 mai 2019, cette note qui n’a ému personne, apparait, selon nous, comme une nouvelle démonstration de la faiblesse des clubs africains au niveau du football du continent. C’est bien dommage quand l’on voit leur puissance lorsqu’ils s’unissent.

 

Benoît YOU