EDITORIAL :

Football ivoirien : au fond du trou !

Dans notre Editorial du jeudi 10 Janvier 2019 publié dans le magazine Mimosas n°1412, nous alertions les acteurs du football ivoirien sur la fragilité de la présence de la Côte d’Ivoire dans le TOP 12 du classement des Nations basé sur les résultats dans les compétitions interclubs de la CAF.

En attribuant des points aux équipes et aux nations en fonction de leurs résultats dans les phases de groupe de la Ligue des Champions et de la Coupe de la Confédération au cours des 5 dernières saisons, la CAF établit un classement chaque saison. En fonction de ce classement, la CAF définit les équipes « têtes de série » lors des tirages au sort de ses compétitions mais attribue également le nombre de places par fédérations dans ses compétitions interclubs. Ainsi, les 12 premières nations peuvent inscrire 4 équipes en Coupe d’Afrique (2 en Ligue des champions et 2 en Coupe de la Confédération). Les suivantes ne peuvent en inscrire que 2 (le champion national en Ligue des champions et le vainqueur de la Coupe Nationale en Coupe de la Confédération).

Nous rappelions dans cet article que l’ASEC Mimosas avait participé à 14 phases de groupes au cours des 22 dernières saisons quand « au cours de la même période, la présence des autres équipes ivoiriennes a été très maigre puisque toutes équipes et toutes compétitions confondues, le total s’élève à 5 participations (2 fois en Ligue des Champions pour l’AFRICA SPORT d’Abidjan (2000 et 2004), 2 fois pour le SEWE SPORT de San Pedro (en 2013 en Ligue des Champions et en 2014 en Coupe de la Confédération) et une fois pour le Williamsville Athletic Club (en 2018 en Coupe de la Confédération) ».

Nous ajoutions  que « par ses performances africaines, l’ASEC Mimosas œuvre pour elle-même mais également pour les autres clubs ivoiriens et le rayonnement de tout le football ivoirien ». C’est ce qu’elle a encore fait cette saison en étant le seul club ivoirien à glaner des points pour son pays. Malgré ces résultats lors de la saison 2018-2019, notre pays n’a pas pu se maintenir dans le TOP 12 du fait des excellents résultats du club tanzanien de SIMBA FC qui, en se qualifiant pour les ¼ de finale de la Ligue des Champions, a engrangé à lui seul 15 points sur les 18 de son pays. Du côté ivoirien, au terme de cette saison, nous totalisons 15 points dont 11 ont été remportés par l’ASEC Mimosas et 4 par le WAC au cours de la période prise en compte (2015 à 2019).

A QUI LA FAUTE ?

A l’ASEC Mimosas qui a participé à 3 phases de groupe au cours des 4 dernières saisons et a ainsi récolté le plus grand nombre de points pour la Côte d’Ivoire sur cette période et depuis la création de la Ligue des Champions ?

Aux autres clubs ivoiriens qui accompagnent si peu souvent les jaune et noir dans les derniers tours des joutes continentales et qui, pour la plupart, sont contraints de se satisfaire des compétitions nationales et des subsides versées par une Fédération sans vision pour notre football ?

A la Fédération Ivoirienne de Football qui n’a aucun plan pour le football national des clubs et qui brandit comme seul trophée, les droits TV de Canal plus ? Quelle coïncidence ! Le classement de la Côte d’Ivoire n’a jamais été aussi bas que depuis la mise en place de ces droits TV.

A cette même Fédération qui après avoir fait tomber l’équipe nationale à la 65èmeplace mondiale, voit ses clubs sortir du TOP 12 ?

A celle qui refuse un audit de la FIFA et qui, par bravade ou par peur de voir ses malversations démasquées, préfère voir ses financements bloqués au détriment de tous ses acteurs ?

A celle qui fait honte au football ivoirien en se présentant au Tournoi International de Montaigu en retard et en offre une image désastreuse ?

Rien n’est dû au hasard et ce classement n’est que la conséquence d’une gestion du football ivoirien par un Comité Exécutif totalement incompétent et dont le premier des soucis n’est certainement pas le développement de notre sport.

Quel dommage ! Faut-il continuer ainsi pour « crever le trou » ?

Maître Roger OUEGNIN

 

 

Barème d’attribution des points en fonction des résultats obtenus en Coupe d’Afrique

 

——————————————————————————————

Classement des nations de la CAF au 23/04/2019 utilisé pour déterminer le nombre de places attribuées à chaque fédération pour les compétitions interclubs de la CAF lors de la saison 2020-2021 en fonction des résultats de leurs clubs au cours des 5 dernières saisons (entre 2015 et 2019).

Les chiffres précédés du signe « ≥ » indiquent que des équipes de ces pays sont encore qualifiées dans les compétitions de la saison 2018-2019 et sont susceptibles d’avoir un nombre de point plus élevés à la fin de la saison. Cela n’affectera pas le classement de la Côte d’Ivoire puisque seuls 5 des 6 premiers pays ont encore des équipes qualifiées (Tunisie, Maroc, Egypte, RD Congo et Afrique du Sud).

 

 

Classement des clubs au 23/04/2019 en fonction des résultats obtenus au cours des 5 dernières saisons (entre 2015 et 2019).

 

 

Lors de chaque saison, des points sont attribués en fonction des résultats obtenus par les clubs dans les phases de groupes. Ces points sont ensuite multipliés par un coefficient de 1 à 5 en fonction de la saison pour donner plus de valeurs aux derniers résultats obtenus. Ainsi, les résultats obtenus lors de la saison 2018-2019 sont multipliés par 5 quand ceux obtenus lors de la saison 2015 ne sont multipliés que par 1. Ex : L’ASEC Mimosas a été éliminé lors des phases de groupes de la Ligue des Champions en 2016 et s’est vu attribué un point pour ce parcours. Avec un coefficient 2 pour cette saison, l’ASEC obtient 2 points. S’ajoutent 4 points pour la saison 2018 (1 point multiplié par le coefficient 4) et 5 points pour la saison 2018-2019 (1 point multiplié par le coefficient 5), soit un total de 11 points (2+4+5) sur les 5 dernières saisons.