Éditorial  :

Un rythme d’enfer !

Sol Béni était bien vide le week-end dernier puisque notre équipe professionnelle a effectué un long déplacement à San Pedro dans le cadre de la 22e journée de Ligue 1 et dans le même temps, une grande partie de nos jeunes de l’Académie MimoSifcom entamaient un périple à travers le monde en se rendant d’abord au Maroc, puis en Espagne avant de terminer leur séjour en France et en Allemagne.

 

 

Après avoir remporté le Tournoi International de l’Académie Royale Mohamed VI, la saison dernière, nos jeunes Mimos n’ont pu mieux faire qu’obtenir la 5e place lors de cette édition en remportant 3 victoires et en concédant 2 défaites. Au final, le résultat est mitigé. Les deux adversaires marocains des FAR et du FUS  ont été leurs bourreaux, ce qui sera la leçon à retenir et qui leur montre le chemin à parcourir pour rivaliser avec ce type d’adversaires nord-africains dont nous connaissons les qualités et qu’ils rencontreront certainement un jour dans les joutes continentales.

 

La participation à ces matchs internationaux a pour objectif de mettre nos joueurs face à des problèmes inconnus jusque-là afin qu’ils trouvent des solutions par eux-mêmes. Ainsi, lorsqu’ils les rencontreront de nouveau au cours de leur carrière future, ils seront mieux armés.

 

Après les équipes marocaines et françaises lors du Tournoi International au Maroc, ont suivi deux matchs contre les jeunes de leur catégorie des équipes de 1ère division espagnole du Rayo Vallecano (victoire 4 buts à 1) et d’Alaves (match nul 1-1). Suivront, la semaine prochaine, les jeunes français du Racing Club de Strasbourg et enfin les Allemands de SV Sandhauser (2e division allemande). Difficile de proposer un meilleur programme quand, en plus des qualités et spécificités de chacun de nos adversaires, s’ajoutent d’autres éléments à maîtriser et peu rencontrés jusqu’ici comme le froid, le vent, la pluie et l’enchaînement rapide des matchs (7 en 7 jours).

 

Tout est en place pour faire de la relève Mimosas de jeunes joueurs aptes à jouer contre tous types d’adversaires et dans des conditions très différentes où la capacité d’adaptation rapide est un critère essentiel de performance. 

 

Le match disputé par notre équipe professionnelle à San Pedro, dimanche dernier, est l’illustration même des qualités qu’il faut avoir pour remporter des matchs et des championnats en Côte d’Ivoire et dans le monde entier. Si ce match nul a pu décevoir certains Actionnaires qui rêvaient de voir notre club revenir sur le podium, les observateurs avertis savent qu’il s’agissait d’un match piège très compliqué à manœuvrer. Certains diront que nous y avons perdu 2 points, d’autres, plus sages, y verront un point de gagné. À chacun sa lecture.

 

 

La victoire contre Lys Sassandra de mercredi ne doit, quant à elle, rien à personne et fut un autre exemple des qualités qu’il faut détenir pour réussir au plus haut niveau. Du courage dans la difficulté liée à la répétition des matchs, l’abnégation quand un joueur dispute peu de matchs et qu’il doit entrer en jeu après plusieurs rencontres sur le banc et la détermination pour atteindre un objectif fixé. 7 points pris lors des 3 derniers matchs est un bon rythme, car il faut y ajouter une victoire supplémentaire en Coupe Nationale. Si nous arrivons à poursuivre sur cette cadence, nul doute que nous dépasserons certaines équipes qui nous précèdent au classement. 

 

 

Pour ces raisons, mais aussi et surtout parce qu’il s’agit du derby national, la victoire contre l’Africa Sports d’Abidjan, dès dimanche prochain, est indispensable.

 

 

Benoît YOU