Éditorial  :

La tête à l’endroit !

ASEC Mimosas/Société Omnisport de l’Armée était le match à l’affiche dimanche dernier au stade Félix HOUPHOUËT-BOIGNY. Le leader actuel de la Ligue 1 face au 6e. Rien de surprenant à première vue sauf que le leader n’est pas l’équipe à laquelle on pense. En effet, pour la 1ère fois de son histoire, la SOA est en tête du championnat à 5 journées de la fin et est en passe de conquérir son 1er titre.

 

Battus sur le score de 3 buts à 0 par les Militaires lors de la manche aller, les Mimos sont entrés sur l’aire de jeu «le couteau entre les dents» pour ce match retour avec une occasion franche dès la 1ère minute. La suite ne s’est pas fait attendre avec un match plié dès la 35e minute sur un score à notre avantage de 3 buts à 0. Assistait-on vraiment à une opposition entre le leader et le 6e? Une véritable leçon infligée au futur champion par le tenant du titre qui avait à cœur de remettre les pendules à l’heure. Le football du pays des ÉLÉPHANTS marchait vraiment sur la tête cette saison et voilà qu’il retombait enfin sur ses pattes. Pour le bonheur des Actionnaires en tout cas. Est-ce un signe que les choses iront désormais dans le bon sens… à tous les niveaux? Nous voulons y croire maintenant que nos joueurs sont libérés de leurs obligations continentales épuisantes tant pour les organismes que pour les esprits!

 

18 mois sans relâche pour nos joueurs et notre staff, à jouer plusieurs fois par semaine des matchs accrochés, tant sur le plan national qu’international sur toutes sortes de terrain. Cela épuise un homme et un groupe.

 

Puisque nous parlons des terrains, le match de grande qualité disputé par nos joueurs au stade Félix HOUPHOUËT-BOIGNY nous oblige à poser une nouvelle question qui fâche. Combien de temps allons-nous encore jouer sur ces trop nombreux terrains impraticables? Et les statistiques sont encore une fois fort utile pour mieux comprendre la réalité. L’analyse des résultats obtenus par la SOA et l’ASEC Mimosas au cours des 21 premières journées de Ligue 1, en fonction des terrains sur lesquels se sont disputées les rencontres, est très instructive. 

 

Il en ressort que la SOA a pris 2,27 points par match disputé sur des terrains «impraticables» quand notre club a eu beaucoup de mal à en engranger (0.66 point par match). À l’inverse, lorsque les matchs se disputent sur des terrains de meilleure qualité, les ratios changent et notre club fait mieux que ses adversaires. 

 

Que nous disent ces chiffres et pourquoi en faisons-nous mention particulièrement cette saison où la roue n’a pas tourné en notre faveur

 

Que le «futur» champion sera l’équipe qui aura le mieux joué sur des terrains impraticables! C’est tout à l’honneur de cette équipe d’avoir su négocier au mieux ces rencontres, mais est-ce un bon signe pour notre championnat et pour l’image qu’il souhaite véhiculer? Quel sera le niveau de compétitivité de ces équipes en Coupe d’Afrique lorsqu’il faudra savoir jouer et gagner sur de bons terrains? Les résultats de l’AS Tanda en Coupe d’Afrique après ses titres de champion de Côte d’Ivoire (saison 2014/2015 et saison 2015/2016) ne sont pas très encourageants sur ce plan. 

 

Si ce phénomène (le mauvais état des terrains) n’est pas nouveau et s’il faut se féliciter de la pose d’une pelouse synthétique à Gagnoa, on ne peut se satisfaire de l’homologation de certains stades (Abengourou, Yamoussoukro et Bondoukou notamment) tout comme l’absence de rénovation de la pelouse synthétique du Stade Robert CHAMPROUX. Certains voudront voir dans nos propos la recherche d’une excuse quant à notre classement cette saison alors que cela ne nous a pas empêchés de glaner 26 titres de champions de Côte d’Ivoire au cours de notre histoire. Libre à eux, mais cela signifie-t-il pour autant que ce que nous dénonçons n’est pas exact

 

À la lecture de ces données, le match de ce dimanche contre le FC San Pedro sur la «pelouse» du Stade Auguste DENISE ne s’annonce pas comme une partie de plaisir, mais la victoire de nos valeureux joueurs est plus qu’indispensable face à ce concurrent direct pour une place africaine. C’est donc le moment pour eux de sortir les crocs et de démontrer qu’ils sont en mesure de gagner en toutes circonstances.

 

Benoît YOU