ACADÉMIE MIMOSIFCOM Interview Pascal THÉAULT (Directeur de l’Académie MimoSifcom) :

« La vidéo, utile pour le coach et ses joueurs »

Récemment les encadrants techniques de l’ASEC Mimosas ont participé à un stage de formation vidéo dispensé par Kévin LIOT, le préparateur physique et analyste vidéo à l’Académie MimoSifcom. Une formation « au service de tous les techniciens du club ». Pascal THEAULT, le Directeur de l’Académie MimoSifcom, nous explique l’importance de cet outil dans le football.

Quelle place accordez-vous aux séances vidéo inscrites dans vos programmes d’activité ?

« Pour gagner plus de matchs et former mieux les joueurs, la progression passe par l’élévation du niveau de chacun d’entre nous, les coachs.  La vidéo et son utilisation aide fortement à cela. La vidéo est efficace car après un visionnage, on parle sur du réel et pas simplement sur des «impressions ». En direct, on ne voit vraiment pas grand-chose, moins de 15% de la réalité. Les 85 ou 90% restant nous sont apportés par la vidéo. C’est en revoyant l’action plusieurs fois (et ce, depuis le départ) qu’on peut TOUT voir et ainsi se rendre compte exactement de ce qui s’est passé. On peut, dès lors, comprendre le pourquoi et le comment d’une action. Après l’avoir analysé, on peut l’expliquer. Expliquer au joueur la réalité, c’est garder et entretenir sa crédibilité vis-à-vis du joueur. Avec le support de la vidéo, nous arrivons à identifier les raisons ou les causes de ce qui fonctionne ou ne fonctionne pas. Lors de la première mi-temps du dernier match U16, le week-end dernier, nos attaquants ont été pris 6 fois en position de hors-jeu. Le visionnage, image par image, a permis de savoir exactement pourquoi nos joueurs s’étaient fait piéger. Nous avons pu leur faire voir en apportant une explication, puis programmer un travail précis à accomplir afin de progresser dans ce domaine.  Une certitude : le (bon) travail finit toujours par rapporter un jour ou l’autre.

Également, grâce à l’image, un seul et même langage s’instaure au sein d’un staff. Ce qui permet, entre coachs, de se comprendre facilement et rapidement. 

 

On a remarqué que tous les coachs de l’Académie MimoSifcom avaient à leur programme ce genre de séances. Est-ce à dire qu’une connaissance en montage vidéo est requise pour être coach à l’Académie MimoSifcom ?

Tous nos matchs sont filmés, sans exception. Le caméraman a pour objectif de filmer en « plan large »de façon à voir en permanence les 20 joueurs de champ. Tout ce qui se passe (placements-déplacements) autour du porteur du ballon est primordial. Dès la fin de son match, le coach repart chez lui avec sa vidéo. Il visionne sereinement chez lui et de son analyse du match, il peut être amené à ressortir un ou plusieurs thèmes de travail. Certaines actions seront ainsi ciblées, un montage sera fabriqué et présenté aux joueurs en début de semaine.

Personnellement, revoir (à froid) le match m’apporte à chaque fois une opinion différente et généralement un jugement beaucoup plus mesuré par rapport à ma première impression, à chaud et remplie d’émotions. Ce recul sur l’événement et cette vision de la stricte réalité des faits me sont depuis très longtemps devenus indispensables.

Revoir les matches en vidéo me renseigne exactement sur les besoins des futurs contenus d’entrainements à effectuer. Par exemple, sur les forces du joueur à améliorer ou sur ses manques à résorber.

 

La progression passe donc par le travail vidéo et le visionnage de matchs de haut niveau. Ce travail consacré à la vidéo nécessite beaucoup d’heures de travail. Un engagement fort (passion) du technicien est alors nécessaire. Mais comme on dit si bien : « quand on aime, on ne compte pas…».