EDITORIAL :

La véritable raison d’être de l’Association

Les Hommes ont toujours eu besoin de s’associer. Ainsi retrouve-t-on, en Egypte à l’époque de la construction des pyramides, des structures qu’on peut considérer comme les ancêtres des associations de secours mutuel.

Une association se définit aujourd’hui comme une convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d’une façon permanente et pour une durée déterminée ou non, leurs connaissances ou leurs activités dans un but autre que de partager les bénéfices. Il s’agit bien là de la différence entre l’association et la société privée puisque dans le cas de cette dernière, son objet est, in fine, la redistribution des bénéfices aux actionnaires. Ce n’est donc pas le cas de l’association dont les éventuels bénéfices sont réinjectés dans l’association pour renforcer son action.

Avec ses millions de bénévoles et salariés, le monde associatif est l’une des forces vives les plus puissantes d’un pays. Sur tous les fronts, sur l’ensemble des territoires et à l’international, au plus près des besoins, les associations agissent et innovent chaque jour dans l’intérêt général. Actrices de l’économie, elles créent de l’emploi, génèrent de l’activité, impulsent des projets. Organisées en réseaux, fédérations, unions aux différents échelons territoriaux, elles sont des interlocuteurs des pouvoirs publics. 

Les associations s’appuient en très grande partie sur des bénévoles (du latin « benevolus » signifiant « bonne volonté ») qui « s’engagent, de leur plein gré, sans toucher de rémunération au sens monétaire du terme, dans une action au service d’un tiers ou de la communauté ». C’est le plus souvent le besoin de se sentir utile pour la communauté et de participer  à l’amélioration du vivre-ensemble qui motive la plupart de ces hommes et femmes qui donnent de leur temps au service des autres.

 

Le monde du sport (avec la santé, l’action sociale, la défense des droits, la défense de l’environnement, l’éducation ou encore  la culture) est l’un des plus importants secteurs associatifs, la plupart des clubs et des fédérations étant constitués en association sportive dont l’objet est de développer la pratique du sport. C’est la loi n°60-315 du 21/09/1960 relative aux associations qui définit les règles de ces structures juridiques.

 

L’Association Sportive des Employés de Commerce (ASEC Mimosas) dispose de ce statut depuis 1990 et si elle compte plus d’une centaine de salariés, la plupart de ses acteurs sont des bénévoles, amoureux du sport en général et du football en particulier, dénommés « Actionnaires » unis autour d’objectifs communs figurant dans ses statuts :

  • de susciter et promouvoir l’amitié et la fraternité entre ses membres ;
  • de soutenir, encourager, accompagner et participer à toutes les initiatives visant à favoriser le développement et la pratique professionnelle des sports de compétition, collectifs et individuels ;
  • de participer aux compétitions sportives à caractère national et international ;
  • d’organiser et favoriser la pratique et la promotion du sport à l’intention de ses membres amateurs et des tiers ;
  • de participer à des initiatives visant à la mise en place d’établissement destiné aux programmes combinés de sport et d’études ;
  • de participer à l’éducation et à l’épanouissement des jeunes par le sport, en vue notamment de favoriser leur insertion sociale ;
  • d’œuvrer à l’encadrement des sportifs en activité ou en fin de carrière ;
  • de contribuer au rayonnement sportif de la Côte d’Ivoire.

 

 

Il est toujours utile de revenir aux origines de ces associations d’hommes et de femmes pour pouvoir déterminer ce qui les relie. Sans aucun doute,  « être  Actionnaire », c’est tout d’abord adhérer aux objectifs indiqués ci-dessus. Ainsi, si remporter le titre de champion de Côte d’Ivoire ou d’Afrique est un objectif important chaque saison, vous noterez qu’il n’apparaît nulle part dans les missions de notre association. Ce n’est pas sa raison d’être première ! Sinon, après chaque défaite, elle pourrait être dissoute ! Le ciment qui unit les Actionnaires doit être plus fort. Ainsi, les récentes décisions du Président du Conseil d’Administration de l’ASEC Mimosas d’impliquer et de responsabiliser les actionnaires dans l’organisation des matchs et de redistribuer aux zones et pôles, les recettes des matchs officiels de notre club, sont des actes forts qui vont dans le sens  de redonner à nos supporters bénévoles les moyens de mieux se mobiliser autour de nos objectifs.

 

 

Actionnaires, notre association a besoin de toutes ses forces vives pour aborder les défis à venir. Vous en êtes la principale.

 

 

 

Benoit YOU