Éditorial  :

LE PACTE SE BRISE-T-IL ?

La 2ème journée de la phase de groupe de la Ligue des champions a donné son verdict et notre équipe a su réagir avec orgueil en l’emportant contre son homologue nigérian, ce qui lui permet de se repositionner au classement à la hauteur de ses 3 autres adversaires.

 

Il reste 4 matchs pour se départager et atteindre les ¼ de finale. Les compteurs sont remis à 0 et tout est possible pour les 4 équipes. Cette belle et courageuse victoire a été obtenue dans un contexte particulier. En effet, si lors du match décisif face au Stade Malien, nos joueurs avaient pu bénéficier du soutien d’un « bon petit public » (malgré le petit nombre d’entrées payantes : 2.342), il en fut bien autrement face à Lobi Stars puisque moins de 2 000 inconditionnels (1.605 entrées payantes exactement) se sont rendus dans les travées du Stade Félix Houphouët-Boigny.

 

Que s’est-il passé entre le 23 décembre 2018 et le 19 janvier 2019 pour en arriver là à l’heure où notre club en a le plus besoin ? Pour tenter de trouver une explication (s’il en existe une) à cette énigme, il est utile de rappeler le contexte :

 

              – L’ASEC Mimosas se qualifie pour les phases de groupe de la Ligue des champions après avoir effectué la saison précédente un triplé (Ligue 1, Coupe Nationale et Supercoupe) et remporté  pour la deuxième saison d’affilée le titre de champion de Côte d’Ivoire,

 

              – L’ASEC Mimosas est le seul club ivoirien qualifié pour les phases de groupe d’une compétition africaine et au cours des 22 dernières années, elle s’y est qualifiée à 14 reprises contre 5 fois pour tous les autres clubs ivoiriens ! 

 

Personne ne fait mieux en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’Ouest. Seuls quelques très riches clubs africains (5 ou 6) peuvent se targuer de nous être supérieurs sur ce point. 

 

De nombreux Actionnaires reprochent à nos joueurs d’avoir été surclassés à Rabat et à notre staff technique de ne pas faire les bons choix de joueurs. Ces deux raisons expliqueraient l’abandon pur et simple des joueurs et du club par les Actionnaires qui étaient si fiers de leur équipe quelques semaines plus tôt !

 

Si nos enfants à qui nous donnons tout l’amour de la terre se comportaient ainsi, comment les qualifierions-nous ? D’enfants-gâtés ? D’ingrats ? Certainement. On pourrait y ajouter d’autres termes pour ceux qui quittent le navire au premier coup de vent : traitres, déserteurs …

 

Nous découvrons avec tristesse qu’ils ne sont pas nombreux les inconditionnels, les vrais amoureux du club dont l’amour ne se manifeste pas uniquement les soirs de victoire ou derrière le clavier d’un ordinateur, à commenter chaque jour les informations sur la vie du club. 300 000 abonnés nous suivent actuellement sur la page officielle Facebook du club, mais combien sont dans les tribunes ? Est-ce cela être Actionnaire ? Soutenir un club « à la vie, à la mort » comme ces supporters anglais qui sont plus nombreux dans les stades lorsque leur équipe est reléguée en division inférieure car ils savent que c’est dans les moments difficiles que l’on a besoin de soutien ? 

 

Le 27 août 2017, lors de l’Assemblée Générale Ordinaire de notre Association tenue à la Bourse du Travail de Treichville, j’avais conclu un Pacte avec les Actionnaires. En dépit d’un environnement économique morose dans le secteur du sport, j’avais promis de constituer d’ici 2021 une équipe compétitive sur les plans national et international. En retour, les Actionnaires avaient promis de soutenir massivement notre club, SANS CONDITION NI RESERVE, pour le rendre plus fort.  

 

A ce jour, qui a respecté ses engagements ? La saison n’est cependant pas terminée et notre club a plus que jamais besoin de tous ses soutiens, que ce soit pour aller chercher un troisième titre d’affilée de champion de Côte d’Ivoire comme pour sortir des groupes de la Ligue des Champions d’Afrique, la plus prestigieuse des compétitions interclubs de la CAF. 

 

ACTIONNAIRES, IL N’EST PAS DE GRANDS CLUBS SANS GRANDS SUPPORTERS ! NOUS DEVONS NOUS MONTRER A LA HAUTEUR DE NOTRE CLUB ET DE SES AMBITIONS.

 

 

Maître Roger OUÉGNIN