Éditorial :

Nouveau calendrier – Nouvelle compétition – Nouvelle donne

Ca y est, nous sommes en 2019 et avec la nouvelle année démarre le nouveau calendrier des compétitions de la CAF que nous vous présentons ici. Il est révolutionnaire et porte la marque du nouveau Comité Exécutif de la CAF, élu récemment.

 

Le fait majeur est le changement de période de la CAN Sénior qui aura lieu désormais au mois de Juin et non plus au mois de Janvier. Ce changement entraîne une modification du calendrier des compétitions interclubs et la saison actuelle est celle de la transition. Ainsi, les équipes qualifiées pour les matches de groupe de la Ligue des Champions et de la Coupe de la Confédération vont devoir jouer à un rythme d’enfer pour terminer la saison au plus tard le 31 mai 2019. La lecture du tableau montre un premier semestre très chargé pour mettre le calendrier à jour avant la CAN 2019 dont le nom du pays organisateur sera connu dans les prochains jours.

 

Les changements ne figurent pas seulement au niveau du calendrier. Le passage à 16 équipes dans les phases de groupes des 2 compétitions interclubs depuis la saison dernière a été un autre changement majeur en ce qu’il permet à un plus grand nombre de clubs d’accéder à ces phases rémunératrices. De fait, alors que l’on était habitué à retrouver régulièrement 5 ou 6 équipes d’Afrique du Nord sur les 8 équipes qualifiées pour les phases de groupe de la Ligue des Champions, composant ainsi près de 60% du tableau, cette ouverture a eu pour effet d’améliorer la représentativité des footballs du continent avec la présence cette saison en phase de groupes de la Ligue des Champions de 7 équipes d’Afrique du Nord (44%), 3 équipes d’Afrique de l’Ouest (19%), 1 équipe d’Afrique de l’Est (6%), 2 équipes d’Afrique Centrale (12%) et 3 équipes d’Afrique Australe (19%). Le groupe de l’ASEC Mimosas (Groupe A) est très bien réparti puisque nous serons opposés à une équipe d’Afrique du Nord (WAC), une d’Afrique de l’Ouest (Lobi Star) et une d’Afrique Australe (Mamelodi Sundowns). Des cultures et des footballs très différents à jouer. Idéal pour le spectacle. Pour autant, est-ce un bon tirage ? De l’avis des connaisseurs, nous serions dans le groupe le plus équilibré. 3 anciens vainqueurs de la compétition (dont 2 au cours des 3 dernières éditions) et un nouveau venu du Nigeria. Le challenge est relevé mais nous avons les moyens de tirer notre épingle du jeu. A nous de saisir notre chance, à domicile comme à l’extérieur puisque notre équipe obtient d’aussi bons résultats chez elle que loin de ses bases.

 

L’année 2019 verra le démarrage d’une 2nde phase de groupe des compétitions interclubs en Octobre pour le compte de la saison 2019/2020. Pour que notre équipe y participe, elle devra obtenir son ticket lors des compétitions nationales. Ainsi, pendant les 5 prochains mois, il faudra batailler sur tous les fronts car les enjeux sont de taille.

 

Faudra-t-il privilégier une compétition au détriment de l’autre ?

 

Ce n’est pas dans les habitudes de la maison !

Dans cette course vers le titre, la défaite subie contre l’USC Bassam est une grosse déception pour tous. Cependant, les critiques lancées à l’encontre de notre entraîneur principal ne nous semblent pas fondées. Il lui est reproché d’avoir fait tourner son effectif en titularisant 4 joueurs peu utilisés depuis le début de la saison et d’avoir ainsi affaibli son équipe. Le rôle de l’entraîneur est certes de faire gagner son équipe mais il doit également gérer un groupe et des individualités. Il est le mieux placer pour faire ces choix et donner sa chance à des joueurs, quitte à ce que parfois, ils déçoivent. Ces joueurs font partie du groupe professionnel de l’ASEC Mimosas composé pour pouvoir jouer sur tous les tableaux.

 

Sont-ils voués à rester sur le banc toute la saison ?

 

Comment fera-t-on lorsqu’aprè avoir épuisé les « titulaires », nous aurons besoin d’eux ?

 

La lecture des statistiques du match montre d’ailleurs que les 2 joueurs les mieux notés à partir de faits concrets (nombre de duels gagnés, de passes réussies, de récupération de balles …) sont les novices Comara Farouk et Brice N’Tamon. De même, la domination Mimosas a été sans partage (58% de possession, 58% de duels gagnés, 14 tirs contre 8 concédés, …).

 

Malgré la déception, sachons faire preuve de lucidité. Ne brulons pas trop vite nos jeunes joueurs et faisons confiance à notre coach qui a réalisé un superbe triplé la saison dernière et qualifié notre équipe pour les phases de groupe.

 

La saison est encore longue. L’union et le soutien de tous sont indispensables pour atteindre nos nombreux et ambitieux objectifs.

 

 

 

Benoît YOU