Éditorial :

Éviter les pièges

L’ASEC Mimosas va démarrer dans les prochains jours une nouvelle campagne africaine contre l’équipe gabonaise de Mangasport. Depuis le tirage au sort, nous sentons tous la fièvre monter petit à petit tant l’envie de retrouver notre place à l’échelle continentale est grande. Nous y étions tout proche la saison dernière mais nous avons dû nous contenter de la compétition de secours.

 

Nous avons pu entendre, ici ou là, que le tirage au sort était plutôt favorable à notre équipe et qu’il nous offrait une grande opportunité d’accéder à la phase de groupe.  Tous ceux qui connaissent le football et l’histoire de notre club savent qu’une telle analyse est particulièrement dangereuse. Qui ne se souvient pas de nos cuisants échecs contre le CF Mounana (Gabon) en 2017 ou Monomotapa United (Zimbabwe) en 2009 ? Qui connaissait ces adversaires sans palmarès africain ?

 

Et pourtant, nous avons été éliminés, certainement à cause d’une trop grande confiance et d’un manque d’humilité. Ces expériences récentes doivent nous servir à l’heure d’entrer de plain-pied dans cette épreuve reine du football des clubs en Afrique. Respect de l’adversaire et détermination à le renverser seront les maître-mots qui devront nous guider vers la qualification en phase de groupe.

 

Cependant, il est un autre piège dans lequel il ne faudra pas tomber. Si la Ligue des champions est la plus brillante des compétitions sur notre continent, elle ne doit pas occulter celle qui permet d’y accéder. Il s’agit bien entendu du championnat national de Ligue 1 qui se poursuit avec, avant même le match de Ligue des Champions, une opposition à grand risque entre notre club et celui de Moossou FC ce samedi à 15h30.

 

Notre début de saison mitigé ne permet pas à notre équipe de disposer d’une marge suffisante pour ne pas jouer « à bloc » tous ses matchs de Ligue 1. En effet, si nous voulons atteindre notre objectif de remporter un 3ème titre de champion d’affilée, il nous faudra pratiquement remporter les 16 derniers matchs, dont celui de ce week-end !

 

Finalement, tous nos matchs de Ligue 1 et de Coupe d’Afrique à partir de maintenant devront se jouer comme des finales à remporter car ces deux compétitions ont toutes les deux la même importance. Notre suprématie nationale et notre retour dans la cour des grands d’Afrique sont deux objectifs de même valeur.

 

Ne vous trompez pas, Mimos, que vous soyez joueurs, encadrants, dirigeants ou actionnaires. Les 6 prochains mois vont être un véritable combat et nous devrons tous être au niveau le plus haut. Ainsi va la vie des grands clubs. Au lendemain d’une victoire, une autre victoire est exigée. Plus on gagne, plus il faut gagner. Aucun répit n’est toléré. Si ce niveau d’exigence fait peur à certains, il leur faudra vaincre cette peur pour devenir aussi des conquérants, prêts à relever ces défis. Ensemble, montrons à Moossou et Mangasport, sur le terrain, ce qu’est l’ASEC Mimosas.

 

Benoît YOU