Éditorial :

Une toute petite chance … à jouer à fond

Alors que s’approchent les 5èmes et 6èmes   matches de groupes de la Coupe de la Confédération, la situation des 4 groupes s’est fortement éclaircie comme nous l’avions prédit dans cette chronique du numéro 1386. Nous avions en effet prévu que les matchs 3 et 4 seraient décisifs et ce fut bien le cas. Sur les 8 places qualificatives pour les ¼ de finale, au moins la moitié d’entre elles sont pratiquement attribuées. 4 clubs (RAJA Casablanca, Al Masry, Gor Mahia et USM Alger) ont déjà 8 points dans leurs escarcelles et sont très proches de la sortie des groupes par le haut. Le RAJA Casablanca, avec ses deux victoires contre l’ASEC Mimosas, a fort bien négocié ce virage crucial, contrairement à notre club qui est l’un des grands perdants des doubles confrontations du mois de juillet.

 

 

6 points restent cependant encore à attribuer et tout reste possible pour quelques équipes afin d’accrocher les 4 dernières places qualificatives. Avec respectivement 1 et 2 points à leurs compteurs, les clubs de Young Africans (Tanzanie) et de Uniao Desportiva Songo (Mozambique) sont définitivement hors course. El Hilal (Soudan), Rayon Sport (Rwanda) et l’ASEC Mimosas sont mal engagés mais une victoire lors du 5ème match pourrait leur permettre de revenir dans la course en vue d’un 6ème match (le 29 août) décisif pour obtenir le ticket du prochain tour, en fonction des résultats des autres matchs.

 

 

En ce qui concerne notre club, une victoire contre les ghanéens d’Aduana Stars sur leurs terres redonnerait un peu d’espoir à tous les Actionnaires et ferait du dernier match à Abidjan contre les congolais de Vita Club, une finale du groupe pour la 2ème place. Avant d’y parvenir, il faudra mieux jouer et être plus réalistes que lors de nos deux derniers matchs disputés en terre étrangère lors de ces matchs de groupes (2 défaites à Kinshasa et à Casablanca). Notre effectif diminué sera un handicap et c’est en guerriers que nos joueurs et notre staff devront se rendre à Djomaa et s’opposer aux champions du Ghana invaincus à domicile dans ce mini championnat.

 

 

La tâche est rude mais « impossible n’est pas Mimos ». Il s’agit d’un nouveau défi proposé à la bande à AMANI Yao qui a su en relever de nombreux autres au cours de cette saison. Le jeu en vaut la chandelle car la place de l’ASEC Mimosas n’est assurément pas à la dernière place de son groupe. Ainsi en ont voulu les résultats des 4 premiers matchs. A nous, Mimos, de montrer que nous valons mieux que cela en faisant tomber notre adversaire ghanéen chez lui comme nous le fîmes il y a plus de 25 ans, dans l’antre de Kumassi contre le redoutable adversaire Asante kotoko.

 

 

Benoît YOU