Interview… ADOU Kouakou (Responsable de la scolarité) ACADEMIE MIMOSIFCOM :

« Notre secret, le travail et l’organisation »

Les derniers résultats de fin d’année scolaire ont, une fois de plus confirmé l’excellence du travail à l’Académie MimoSifcom qui a enregistré 7 admis sur 8 au BEPC et 6 sur 6 au Baccalauréat. Un résultat très honorable dont peut se féliciter ADOU Kouakou, le Responsable de la scolarité qui nous fait part de ses sentiments dans cette interview.

 

Comment avez-vous accueilli les résultats des examens de fin d’années de vos élèves ?

Je suis le Responsable scolaire, mais également un père pour les jeunes pensionnaires de l’Académie MimoSifcom. Je suis donc doublement heureux. Heureux, parce les objectifs pédagogiques prédéfinis en début d’année ont été atteints et fier de voir ses enfants vite en progression pour devenir des hommes de demain et profiter de la vie.

 

Quel est le secret de votre réussite aux examens de fin d’année ?

Les belles réussites sont celles qui sont le fruit d’un travail véritable. Nous n’avons d’autres secrets que le travail et une belle organisation. Le succès est comme une sauce qui est composée d’ingrédients. Parmi les ingrédients l’organisation administrative et scolaire tient une place de choix. Celle de l’Académie MimoSifcom est insufflée par Benoit YOU(Directeur Général de l’ASEC Mimosas), chapeautée par Pascal THEAULT(Directeur de l’Académie MimoSifcom et perpétrée par une équipe pédagogique expérimentée composée de SOUMAHORO Namory, KOFFI Ambroise, Enozan AMOA, DJAHA Kouadio, GNAHORE Ernest, KOUADIO Aiméet YA Konan. Enfin les jeunes, eux-mêmes, ont su s’adapter à leur année scolaire très charnière entre travail sportif et scolaire. 

L’école est-il obligatoire à l’Académie MimoSifcom ? Qu’est-ce qui est réservé aux analphabètes admis aux tests de recrutement ? 

Le PCA, Me Roger OUÉGNINa toujours dit et répété que tous les jeunes qui entrent à l’Académie MimoSifcom doivent obligatoirement aller à l’école. L’instruction des jeunes est le cheval de bataille de notre Académie. N’est-ce pas que l’école rime avec la formation des jeunes. Elle est tellement capitale qu’elle figure dans le contrat de formation de chaque enfant.

Pour les jeunes non scolarisés nous commençons par des cours d’alphabétisation donnés par nos instituteurs avant la suite de leur cursus. 

 

Comment réussissez-vous à encadrer ces jeunes recrutés pour leur talent de footballeur et qui, pour la plupart ne s’intéressaient pas forcément aux études scolaires en entrant à l’Académie MimoSifcom ? 

 

Nous avons déjà l’expérience et le savoir-faire pour cela.

Ensuite la prise de conscience des jeunes d’une intégration obligatoire de l’école dans leur formation est un pan à oblitérer.

Enfin le cadre de la formation demeure un élément de motivation.

 

 

 

 

Quelles sont les grandes difficultés que vous avez rencontrées cette année ?

 

Quelques comportements à décrier au niveau de certains pensionnaires qui ont mis un peu plus de temps à s’intégrer à cause du changement d’environnement. Mais, tout finit toujours par rentrer dans ordre.

 

Avez-vous des doléances à émettre pour la prochaine année scolaire ? 

 

Naturellement nos doléances ont été présentées au DG Benoît YOUdont la majeure partie a déjà trouvé satisfaction. Les Dirigeants et les sponsors mettent vraiment le paquet pour nous garantir une bonne évolution dans un environnement déjà impeccable. J’en profite pour les en remercier. Néanmoins nous aimerions que la salle informatique soit davantage plus équipée.