Interview de Mme TALL Hadiaratou (Entraîneur volley-ball Dame) :

« Le secret de notre réussite est le travail assidu »

Après une éclatante saison au niveau national, Mme TALL Hadiaratou, l’entraîneur de l’ASEC Mimosas Dames, dresse le bilan de la saison qui, selon elle, est positif, malgré une sortie moyenne lors des phases finales de la Coupe d’Afrique des clubs champions qui a eu lieu au Caire, du 5 au 17 mars 2018.

Quel bilan faites-vous de la saison qui vient de se refermer?

Notre bilan est positif. Nous avons réalisé notre quatrième triplé en cinq ans en remportant la Super Coupe, le championnat et la Coupe nationale. Je suis d’autant plus satisfaite que le niveau des compétitions a été meilleur que celui des éditions passées. Parce que des équipes adverses telles que le Stella Club et le CO Descartes se sont renforcées. Nos matchs contre ces équipes ont été serrés. C’est une bonne chose parce que cela a amené nos joueuses à élever leur niveau à chaque match.

 

En plus des trois titres, trois de vos joueuses ont obtenu des distinctions individuelles. CISSÉ Fatou a été désignée meilleure joueuse et meilleure attaquante de la saison. AMÉGNANGLO Floriane a obtenu la distinction de meilleure serveuse et de meilleure contreuse. Le trophée du meilleur libero est revenu à FIÉNY Audrey. Quel est votre secret?

Nous n’avons pas d’autres secrets que le travail assidu. Les filles aiment ce qu’elles font et elles se donnent à fond pour être parmi les meilleures de leur génération. Nous avons formé la plupart de nos joueuses qui ont une bonne base. Celles qui sont venues d’autres clubs ont également reçu une bonne formation. Mes collaborateurs et moi les aidons du mieux que nous pouvons à améliorer leurs qualités au niveau de l’élite de notre volley-ball. Notre triplé et les distinctions individuelles de cette saison sont pour nous des encouragements et surtout la preuve que nous sommes dans la bonne voie.

 

Avec combien de joueuses avez-vous renforcé votre équipe?

Nous avons reçu les renforts d’AMÉGNANGLO Florianeet de KOUAKOU Carmen. AMÉGNANGLO est une joueuse qu’on nous avait confiée lors d’un de nos déplacements au Bénin, il y a sept ans. Mais lorsqu’elle est arrivée à Abidjan, nous avons été surpris de la voir évoluer au Stella Club. A plusieurs reprises, elle a voulu venir chez nous. C’est cette année que cela a pu se faire. Nous avons recruté aussi la passeuse KOUAKOU Carmendu CO Descartes.

 

Allez-vous renforcer votre équipe pour la saison prochaine et quels seront les postes à pourvoir?

Avec l’aide du Conseil d’Adminstration du club, nous recruterons une passeuse et une centrale.

 

L’ASEC Mimosas domine outrageusement les compétitions nationales depuis cinq ans. Comment arrivez-vous à entretenir la motivation chez vos joueuses?

– Je vous ai dit tantôt que les autres équipes se sont renforcées. Elles ont beaucoup progressé dans le jeu. Cela a élevé le niveau des rencontres cette année. Cette nouvelle difficulté constitue une source de motivation pour nos filles qui sont contraintes de mouiller le maillot, à chacun de leurs matchs pour s’imposer et tenir leur rang. Les filles sont aussi conscientes des efforts de nos dirigeants pour les mettre dans de bonnes conditions. Cela est une autre raison suffisante pour entretenir la motivation au sein de l’équipe.

 

Quelles ont été vos satisfactions et vos déceptions durant la saison écoulée?

Je commencerai par ce qui m’a déçue. C’est notre prestation moyenne lors des phases finales de la Coupe d’Afrique des clubs champions de cette année, au Caire. Nous l’avons fait savoir aux filles et je continue de leur exprimer ma déception. Je pense qu’elles ont manqué de cran. Sinon, elles pouvaient disputer au moins les quarts de finale. Ma grande satisfaction a été la prise de conscience des filles pour gagner des matchs difficiles vers la fin de la saison. Elles ont compris que les entraîneurs ont beau leur donner des consignes, sur le parquet, par rapport aux difficultés posées par l’adversaire, ce sont elles qui décident en une fraction de seconde du geste précis à faire pour prendre le dessus.

 

Quel est votre mot de fin?

Je remercie le Président DOSSO Tiémokopour sa présence et son soutien. Je remercie encore et encore le PCA, Me Roger OUÉGNIN, pour l’aide matérielle qu’il nous apporte. Chaque fois que nous nous présentons sur le parquet, les équipes adverses nous envient parce que nos joueuses sont toujours bien habillées. Cela constitue à la fois un ascendant psychologique et une grande fierté pour nous. En plus de cela, le PCA soutient financièrement la section. Nous le remercions pour tout cela.

 

 

K.I