Éditorial :

L’ASEC et les sélections nationales

Deux résultats ont attiré notre attention le week-end dernier.  Ainsi, à l’occasion des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations U20, la Côte d’Ivoire a été battue sèchement par les panthères du Gabon sur le score de 3 buts à 0 avec un seul joueur licencié à l’ASEC Mimosas (DIABATÉ Yalatif Ibrahim). Dans le même temps, la sélection Burkinabè a battu celle de Libye sur le score de 3 buts à 1 avec 3 joueurs de l’ASEC Mimosas suivant leur formation à l’Académie MimoSifcom depuis plusieurs années (TAPSOBA Abdoul Fessal, DIARRASSOUBA Salifou et OUATTARA Bassithe).

 

Faut-il y voir une relation de cause à effet ? Ce ne sera pas notre propos mais ces résultats nous permettent de pointer du doigt certaines décisions néfastes pour le développement de notre football. Ils nous permettent également de rappeler la position de l’ASEC Mimosas relativement aux sélections des joueurs dans les équipes nationales puisque nous avons pu lire ici ou là que l’ASEC Mimosas n’acceptait pas de mettre ses joueurs à leur disposition. 

 

Notre position s’appuie sur les règlements de la FIFA (encore eux !), sur le bon sens et sur l’intérêt des joueurs et du club.

 

L’article 1 de l’annexe 1 du règlement de la FIFA stipule que : « La mise à disposition du joueur est obligatoire pour toutes les périodes de matches internationaux figurant dans le calendrier international des matches ». 

 

En dehors de ces périodes, les clubs n’ont donc aucune obligation de mise à disposition. N’oublions pas que les joueurs sont payés par les clubs (même pendant les rassemblements des équipes nationales) et il est logique qu’ils puissent bénéficier de leurs services. 

 

 

Cependant, en bonne intelligence, dans l’intérêt du joueur et de la sélection, notre club fait régulièrement des exceptions à cette règle en autorisant des mises à dispositions en dehors des périodes obligatoires. Ainsi en est-il lorsque l’entraîneur de l’équipe professionnelle estime que le joueur n’entre pas dans ses plans immédiats. Au début du mois de mai, notre club a ainsi autorisé les joueurs TA BI Willy Braciano et DIABATÉ Yalatif Ibrahim à disputer le tournoi de l’UFOA au Libéria car ils n’étaient pas titulaires avec notre équipe professionnelle.

 

 

Par contre, dès lors que notre club a besoin d’un joueur pour les compétitions nationales ou internationales, nous privilégierons bien évidemment les intérêts du club et n’autoriserons pas cette mise à disposition en dehors des périodes obligatoires. Ainsi en a-t-il été pour TA BI Willy Braciano à l’occasion du match contre le Gabon car notre effectif connait de nombreux joueurs blessés. Ce joueur est resté à la disposition de l’ASEC Mimosas avec lequel il a été titulaire en Ligue 1 contre l’AS Tanda et en Coupe d’Afrique contre l’AS VITA.

 

 

En ce qui concerne les joueurs de l’Académie MimoSifcom, nos principes sont différents et ils sont bien connus des techniciens de la Direction Technique Nationale.

 

 

Nous sommes convaincus que la participation à des compétitions internationales est utile pour la formation du joueur et, par principe, nous ne nous y opposons donc pas. Cependant, il arrive souvent que les sélections sollicitent les joueurs pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois en vue de préparer un match ou une compétition. Il faut savoir que les jeunes joueurs de l’Académie MimoSifcom suivent un programme complet de formation, tant au niveau du football que de la scolarité et qu’une absence de 4 à 8 semaines constitue un lourd handicap pour le joueur. Vous noterez que les clubs européens agissent de la même manière vis-à-vis des jeunes ivoiriens appelés en sélection, sans que personne n’ait rien à y redire !!!

 

 

Cette règle a été appliquée avec la Fédération Burkinabè de Football qui avait sollicité nos joueurs pour 3 semaines. Nous n’avons accordé que 2 semaines de mise à disposition, ce qui a été compris et accepté par la FBF, pour son plus grand bonheur puisque 2 des 3 buts inscrits l’ont été par des joueurs de l’ASEC Mimosas.

 

 

Du côté de la Côte d’Ivoire, un choix de joueurs basé sur des critères sportifs aurait bien évidemment amené le sélectionneur national U20 à retenir de nombreux joueurs de l’ASEC Mimosas. Malheureusement pour le football ivoirien et nos jeunes joueurs, d’autres considérations entrent en ligne de compte. Aux responsables d’en assumer les conséquences, aujourd’hui et demain !

 

 

Benoît YOU