Éditorial :

Des rires et des larmes

A l’entame d’une semaine cruciale pour notre club avec le tour de cadrage de la Coupe de la Confédération, vous pourriez être surpris de voir 3 pages de notre magazine hebdomadaire consacrés directement ou indirectement à l’Académie MimoSifcom.

 

 

C’est que tous les services du club tournent à plein régime et l’actualité de l’académie est particulièrement riche. Comme la vie qui peut nous faire passer de la joie à la tristesse en quelques minutes, l’actualité de l’Académie MimoSifcom nous a fait vivre ces derniers jours des émotions assez contrastées.

 

 

Ainsi, la série de voyages à l’étranger que nous offrons aux jeunes pensionnaires de notre centre de formation nous remplit de joie car nous sentons que nous remplissons totalement notre rôle éducatif vis-à-vis de la jeunesse ivoirienne en permettant à ces jeunes joueurs de sortir du cocon de Sol Béni et d’aller se confronter à de nouvelles réalités pour revenir mieux armés en vue d’affronter la vie. Cela nous remplit tous de fierté et nous comptons sur eux pour être de bons ambassadeurs du club et montrer à tous ceux qui nous font confiance dans ce projet qu’ils ne se sont pas trompés en choisissant l’ASEC Mimosas comme partenaire.

 

 

Jack Barbier et Anasthasie Tiémoko font partie de ces personnes qui ont cru en ce projet depuis près de  30 ans pour le premier qui en fut l’un des fondateurs et une vingtaine d’années pour  la seconde qui a participé à son bon fonctionnement. Ils méritent chacun une place importante au Panthéon de l’Académie MimoSifcom et de l’ASEC Mimosas. 

 

 

Lors de la cérémonie de départ à la retraite de la « vieille mère », nous sommes passés à plusieurs reprises du rire aux larmes en écoutant les anecdotes, souvent savoureuses, parfois nostalgiques, des uns et des autres. Anasthasie quitte l’Académie pour une retraite bien méritée après avoir servi tout un club avec dévouement et passion. Elle méritait bien cet hommage et elle restera pour toujours la maman ou la « mémé » de nombreux enfants qu’elle a nourris tout au long de son passage à Sol Béni. Les mots de Baky KonÉ, CissÉ Abdoul Karim et DiakitÉ Oumar ne signifiaient rien d’autre. Que la vie lui réserve de grands moments et de belles émotions.

 

 

Jack Barbier était rentré dans son pays natal après plus de trente années passées dans son pays d’adoption au service du groupe SIFCA et de l’ASEC Mimosas. Dans le groupe SIFCA, avec Pierre BILLON (père), Daniel DUBOIS et Yves LAMBELIN, il fut l’une des pierres angulaires de la mise en place du partenariat avec l’ASEC Mimosas puis de la création de l’Académie MimoSifcom. Avec sa bonne humeur permanente, son sourire et son sens de la diplomatie, il faisait souvent office d’intermédiaire permettant de surmonter les obstacles qui pouvaient se poser sur la bonne mise en œuvre des projets des deux groupes. C’était toujours un plaisir d’échanger avec lui et il avait toujours un mot d’humour pour agrémenter les conversations et passer de bons moments. Il était toujours heureux de venir à Sol Béni et de passer du temps avec les joueurs de l’Académie pour leur prodiguer des conseils et leur parler des grands matchs de l’ASEC Mimosas auxquels il avait assisté aux côtés de Maître Roger OUÉGNIN, à Abidjan, en Afrique du Sud ou ailleurs. Son décès laisse beaucoup d’orphelins et nous avons une pensée particulière pour son fils Alain qui a longtemps côtoyé ses « frères » de l’Académie à Sol Béni.

 

 

Après cette riche et éprouvante semaine, la vie doit continuer et l’Académie MimoSifcom poursuivre son aventure. Avec toujours, dans un coin de l’esprit, une pensée pour tous ceux qui ont participé à sa création et à son fonctionnement. Merci à eux. 

 

 

 

Benoît YOU