Éditorial :

Préserver la glorieuse incertitude du sport

Comme après chaque match à élimination directe, les mêmes scènes de joie et de détresse se déroulent sur le terrain. Une équipe rit, l’autre pleure ! Ainsi va la vie, ainsi va le sport de compétition avec ses succès et ses désillusions. Alors que l’on croit que la victoire est proche, un détail (une barre transversale …) fait pencher la balance dans le camp adverse et tout un peuple tombe dans le désespoir. Dans le sens inverse, alors que tout espoir de victoire semble perdu, un miracle se produit et redonne le sourire et la joie à tous.

 

 

C’est pour cela qu’on aime le sport et que les compétitions sportives déchaînent tant de passion à travers le monde.

 

 

Cette passion existe et existera tant que la glorieuse incertitude du sport subsistera. Elle en est la condition essentielle même si les différents acteurs tenteront de la réduire au maximum. Plusieurs moyens existent pour cela. Certains légaux, d’autres illégaux ! Ainsi, une préparation optimale des athlètes, tant tactique que physique, technique que mentale permet de se donner plus de chance de remporter la victoire. 

 

 

Dans cette quête de succès, certains seront tentés d’utiliser des moyens illicites et feront appel au dopage ou à la corruption d’arbitres ou de joueurs. Il peut être tentant d’y succomber pour augmenter ses chances de succès. La mise en place de règles strictes par les autorités compétentes aura pour objectif de préserver le caractère incertain des matchs.

 

 

De nombreux analystes tirent la sonnette d’alarme depuis plusieurs années sur la réduction de plus en plus importante de l’incertitude dans le football professionnel. En effet, les statistiques montrent qu’il y a de moins en moins de surprises et que ce sont de plus en plus les mêmes équipes qui remportent les compétitions nationales ou internationales de clubs. Ainsi, l’arrivée dans le football professionnel d’investisseurs puissants à la tête des clubs, a eu pour effet de concentrer les meilleurs joueurs dans un très petit nombre de clubs qui monopolisent les trophées. Conscient de ce danger, les régulateurs que sont la FIFA, la CAF ou l’UEFA recherchent des moyens de contrer ce phénomène qui, en réduisant l’incertitude des résultats, risque de tuer le football et sa popularité. Ainsi, le Fair Play financier mis en place par l’UEFA a pour objectif de réduire les écarts de revenus entre les clubs et de recréer du suspense. Ses effets ne sont pas probants pour l’instant, mais la démarche est à saluer.

 

 

Dimanche dernier, nous sommes tous allés au stade Félix Houphouët-Boigny en espérant la victoire de notre équipe. Notre élimination a été une terrible désillusion à la hauteur de l’espoir suscité par l’excellent résultat obtenu à Ndola. Nous avons mis toutes les chances de notre côté pour obtenir la qualification mais celle-ci nous a échappé malgré la belle prestation de nos joueurs. Il s’en est fallu d’un rien et malgré la déception légitime, il faut savoir raison garder au regard des résultats obtenus depuis le début de la saison. Au nom du fair-play et de la glorieuse incertitude du sport, nous devons accepter cette défaite et saluer la performance d’un adversaire combatif qui a mérité, sur les deux matchs, la victoire tout autant que nous.

 

 

L’accepter, c’est aussi accepter qu’aucune victoire n’est jamais acquise d’avance, que tout peut arriver. C’est justement la raison pour laquelle nous nous rendons au stade … en souhaitant la victoire de notre équipe préférée.

 

 

Benoît YOU