Interview...DJOMAN Benjamin (Président de l’AAFAAM) :

« Rendre l’Amicale plus dynamique »

Elu à la tête de l’AAFAAM, le samedi 24 février 2018, au siège du CNACO, DJOMAN Benjamin, le nouveau président de l’Amicale des Anciens Footballeurs et autres Athlètes de l’ASEC Mimosas, nous parle de ses projets pour cette structure. Interview.

 

– Si vous devez vous présenter à nos lecteurs, que leur diriez-vousMonsieur le Président?

– Je m’appelle DJOMAN Benjamin. Je suis un ancien footballeur de l’ASEC Mimosas dont j’ai porté le maillot de 1971 à 1976. Mon père DJOMAN Alphonse fut également un joueur de l’ASEC Mimosas dans les années 1950. J’ai remporté la première édition de la Coupe FHB avec l’ASEC Mimosas, en 1975, à Dimbokro, face au Stella Club que nous avons battu 4-3. Et c’est moi qui avais offert la balle du but de la victoire à FOFANA Abdoulaye. J’ai remporté également trois titres de champion de Côte d’Ivoire avec l’ASEC Mimosas, en 1973, 1974 et 1975. J’ai participé à deux campagnes de Coupe d’Afrique des clubs champions en 1974 et 1975. Sur le plan professionnel, je suis juriste de formation. J’ai été le Chef du département administratif d’une grande entreprise d’assurance de la place. J’ai fait valoir mes droits à la retraite en 2010.

 

– Comment êtes-vous arrivé à l’ASEC Mimosas?

– J’ai signé au club en 1971. Auparavant, j’évoluais au Stella Club d’Abidjan. C’est après la finale de la Coupe nationale de 1970,’ au Stade FHB, qui avait vu l’ASEC Mimosas battre (2-1) le Stella Club que j’ai été recruté par l’ASEC Mimosas. Au cours de cette finale, c’est moi qui avais marqué l’unique but du Stella Club. C’est ce jour-là que le Ministre M’BAHIA BLÉ Kouadio m’a remarqué et a demandé à Laurent POKOU de me faire venir au club.

 

– Depuis quand êtes-vous devenu membre de l’AAFAAM?

– C’est depuis 1990 que je fais partie de l’AAFAAM grâce au regretté Ignace WOGNIN, qui m’avait sollicité pour en être membre. Il m’avait coopté pour seconder comme Trésorier général adjoint le doyen AKRÉ Ignace qui était souffrant.

 

– Vous avez été élu récemment président de l’Amicale des Anciens Footballeurs et autres Athlètes de l’ASEC Mimosas. Qu’est-ce qui vous a motivé à briguer ce poste?

– Je précise que depuis 1990, je fais partie de tous les bureaux exécutifs de l’AAFAAM. Je connais bien notre amicale et ses membres. J’ai toujours senti que je pouvais la diriger. Mais ce n’était qu’une question de disponibilité. Mes occupations professionnelles ne me le permettaient pas. Maintenant que je suis à la retraite, j’estime que je dispose d’assez de temps pour cela

 

– Que pensez-vous pouvoir apporter à l’AAFAAM?

– Au regard des ambitions du PCA, Me Roger OUÉGNIN, pour notre amicale, le chantier est immense. L’AAFAAM a déjà des acquis. Son existence est en elle-même, une très bonne chose. Ce qui nous permet, nous anciens footballeurs et autres athlètes du club, de nous retrouver pour échanger et pour nous soutenir dans toutes circonstances. Maintenant, il faut la rendre plus dynamique en amenant ses membres à comprendre ses objectifs.

 

– Pourriez-vous être plus précis?

– Le PCA, Me Roger OUÉGNIN, nous le répète à chaque réunion. L’AAFAAM doit développer le sentiment et la fierté d’appartenir à la famille de l’ASEC Mimosas à travers des valeurs telles que l’amitié vraie et sincère, l’union, la solidarité et l’entraide. Ce sont ces valeurs qui permettront à notre amicale de se développer et d’attirer beaucoup de nouveaux membres. Nous sommes sur le bon chemin. Nous venons de nous doter d’un règlement intérieur. Je compte doter l’AAFAAM d’un code de bonne conduite que ses membres devront observer pour atteindre les objectifs que le Président Roger OUÉGNIN nous a fixés.

 

– En clair vous allez sensibiliser, mobiliser et impliquer les anciens et les nouveaux membres à la vie de l’AAFAAM. Comment comptez-vous relever ce défi?

– Avec le soutien de tous mes camarades de l’amicale. Cela est possible avec l’adhésion de tous et je m’y emploierai.

 

– Faut-il croire que les choses sont bien engagées puisque c’est par consensus que vous avez été élu?

– Nous sommes une amicale. Nous devons éviter toutes formes de divisions. C’est pour cela que le Comité des Sages que nous avons mis en place s’est employé à organiser une élection par consensus comme le souhaitait le PCA, Me Roger OUÉGNIN. Et Dieu merci, tout le monde a fait preuve de sagesse. L’autre candidat, N’GUESSAN Bernard, que je salue ici pour son esprit fair-play, a décidé de se retirer lorsque le Comité des Sages le lui a demandé après avoir examiné les critères d’éligibilité à la présidence de notre amicale. Je remarque avec beaucoup de plaisir et d’admiration qu’au sein de l’AAFAAM, les plus jeunes sont très respectueux des plus âgés. Lorsque les aînés décident, les plus jeunes acceptent. Au regard de cela, je pense comme vous que l’AAFAAM est bien partie pour devenir une vraie et grande structure d’entraide et de solidarité au sein de laquelle règnent une grande fraternité et une amitié vraie.

 

– Il y a aussi le fait que le Conseil d’Administration du club va non seulement octroyer une subvention annuelle à l’AAFAAM, mais aussi aider 50 personnes n’ayant pas les moyens à payer leur droit adhésion qui coûte 5000f CFA. N’est-ce pas aussi un grand soutien pour la réussite de votre mandat?

– Absolument. Nous remercions le Président Roger OUÉGNIN et le Conseil d’Administration du club qu’il dirige pour ces grands soutiens qu’ils nous apportent. Mais cela va nécessiter aussi beaucoup de sensibilisation de notre part pour recueillir les cotisations mensuelles des membres car il ne faudrait pas que des camarades se disent qu’avec le soutien financier du Conseil d’Administration, ils n’ont plus besoin de payer leurs cotisations mensuelles.

 

– L’un de vos chantiers sera d’amener les footballeurs et autres athlètes du club en activité à adhérer à l’AAFAAM?

– C’est vrai et ce sera très bien pour ces jeunes de devenir membres de notre amicale pour être soutenus en cas de difficulté.

 

– Qu’avez-vous ressenti lorsque GNAHORE Bernard et MOH Emmanuel se sont rendus, le 24 février dernier, au CNACO, lors de votre élection, pour saluer l’esprit de l’AAFAAM?

– J’avoue que j’ai ressenti une grande fierté en entendant ces deux grands joueurs du club rival reconnaître que l’ASEC Mimosas, dans son organisation à tous les niveaux, est un modèle d’institution sportive en Côte d’Ivoire et en Afrique.

 

– Que pourriez-vous dire pour clore cette interview?

– Mon mot de fin est de voir un esprit de fraternité, de solidarité et d’entraide se développer au sein de l’AAFAAM comme nous le demande régulièrement le Président Roger OUEGNIN que je salue pour le travail remarquable qu’il continue de faire à la tête de l’ASEC Mimosas. Que Dieu lui accorde une santé de fer ainsi qu’à tous les membres de sa famille et lui donne les moyens pour continuer à bâtir notre club. Je peux lui assurer le soutien inconditionnel de l’AAFAAM dans tous les projets qu’il initiera.

 

 

 

K.I