Éditorial :

Le football en chiffres

Nous vous présentons cette semaine dans notre magazine les statistiques individuelles des joueurs de l’équipe professionnelle de l’ASEC Mimosas au cours de la phase aller de la Ligue 1.

 

Depuis deux saisons, notre club s’est assuré les services d’une société spécialisée délivrant toutes les statistiques individuelles et collectives après chaque match. Ces données permettent à nos techniciens de compléter leurs observations faites sur le terrain et en vidéo en disposant d’informations supplémentaires sur les performances de chacun.

 

Si les impressions en temps réel peuvent être subjectives, car déformées par certains facteurs (stress, émotion, fatigue ou énervement), les chiffres offrent des données froides et objectives. Cette tendance s’observe dans tous les domaines et pas seulement dans le sport (économie, éducation, management, marketing, assurance…) et il n’est plus de décisions, politique ou stratégique, qui soient prises avant une bonne analyse des données chiffrées.

 

Arsène WENGER, l’entraîneur du club londonien d’Arsenal FC, fut l’un des premiers entraîneurs à utiliser les statistiques dans le football, bien longtemps après les sports américains comme le baseball. Ainsi, grâce aux données collectées, il s’est aperçu, avant tout le monde, de la baisse du volume de course d’un joueur comme Patrick VIEIRA qui apparaissait encore comme l’un des meilleurs milieux de terrain du monde. Il a ainsi pris la décision de le transférer à la Juventus avant son déclin, ce qui lui a permis de réaliser un transfert important pour son club. Aujourd’hui, tous les clubs utilisent les statistiques et un club comme Manchester United dispose d’une équipe d’une dizaine de statisticiens pour décortiquer les matchs et les entraînements.

 

Il faut toutefois rester vigilant quant à l’utilisation de ces chiffres et à la part à leur accorder. Les techniciens peuvent se rassurer, le temps n’est pas encore venu où ils seront remplacés par des ordinateurs. La dimension psychologique est essentielle, les joueurs n’étant pas des machines. Les récents propos de Yaya TOURÉ au sujet du rôle fondamental joué par Hervé RENARD dans la motivation des joueurs lors de la CAN 2015 éclairent cela. Il a su les transcender pour les rendre meilleurs. C’est tout l’art du management!

 

Cependant, ils ont tout à gagner à apprendre à les interpréter en en faisant des outils supplémentaires pour les aider à prendre les bonnes décisions.

 

Nous espérons que ces données chiffrées vous éclaireront sur les qualités de vos joueurs préférés. Bonne lecture et bonne analyse!  

 

Benoît YOU