Éditorial :

Travailler aujourd’hui pour gagner demain

Au cours des 15 dernières années, lors des nombreux succès de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire mais également à l’heure de la non qualification pour la Coupe du Monde 2018, de nombreux experts se sont prononcés sur les raisons de ces succès et échecs mais peu nombreux ont été ceux qui ont insisté sur l’importance de la formation. Faute d’une analyse juste, le retour sur terre est brutal !

 

Dans son interview parue dans le magazine Mimosas du 14 Décembre dernier (N°1356), le directeur de l’Académie MimoSifcom, Pascal THÉAULT, fort de son expérience de 7 ans à l’Académie Royale du Maroc a exprimé son sentiment sur le travail réalisé dans le domaine de la formation des jeunes dans ce pays sous l’impulsion du Roi du Maroc et aujourd’hui relayé par les acteurs du football marocain. Ainsi écrit-il : « Le Maroc performe actuellement sur les différentes compétitions : Champion’s League, Coupe de la Confédération, CAN et Coupe du Monde. (…) L’avenir footballistique d’un pays dépend beaucoup de la qualité de sa formation. Et la vraie formation paie toujours ».

Il est curieux que le lien entre investissement dans la formation et résultat sportif ne soit pas assez mis en exergue tant les exemples sont nombreux (et les contre-exemples inexistants) à travers le monde. Si les Pays-Bas, la France et l’Espagne ont été ou sont les fers de lance dans ce domaine, les résultats obtenus par la Côte d’Ivoire au cours des 15 dernières années en sont aussi la résultante même s’il ne s’agissait pas d’une politique menée par la Fédération ou l’Etat mais par l’action conjointe de l’ASEC Mimosas et des groupes SIFCA et SIFCOM à travers l’Académie MimoSifcom.

 

C’est ici le lieu de se souvenir de ces Hommes qui ont accompagné l’ASEC Mimosas dans tous ses projets depuis bientôt 30 ans afin de donner une chance à la jeunesse ivoirienne. Qui a songé à remercier et féliciter ces Hommes pour leur investissement dans ce projet au moment où les Eléphants enchainaient victoires sur victoires ?

 

Le renouvellement fort de l’engagement de ces groupes vis-à-vis de l’Académie MimoSifcom par M. Pierre BILLON (actuel Directeur Général de SIFCA) 30 ans après son père homonyme démontrent la stabilité et la continuité dans leur vision. Nous espérons pour la jeunesse et le football ivoirien que de nouveaux acteurs viendront prochainement participer au soutien de ces actions citoyennes.

Si la situation actuelle du football ivoirien n’est pas très joyeuse, les recettes pour redevenir un acteur incontournable des compétitions internationales sont connues d’autant plus que le potentiel de jeunes talents en Côte d’Ivoire est exceptionnel. Ainsi, il est plus qu’urgent de définir une véritable politique technique nationale incitant à la vraie formation des jeunes joueurs et des cadres. Acteurs du football ivoirien (clubs, fédérations, Etat, sponsors …), le temps presse et la concurrence ne nous attendra pas. Unissons nos forces pour permettre à notre jeunesse de connaître des lendemains meilleurs. L’ASEC Mimosas et ses partenaires ne cesseront jamais d’y travailler. C’est le seul combat qui compte ! 

Ils comptent sur nous !

 

 

B.Y