Éditorial :

Course de fond … à obstacles

Un championnat de football est souvent comparé à d’autres épreuves sportives mais celle qui semble le plus s’en rapprocher reste la course de fond avec des obstacles, à l’image du 3 000 m Steeple qui se dispute dans les compétitions d’athlétisme.

 

Ces courses peuvent connaître divers scénarii et se décomposent en 3 phases : le départ puis le cœur de la course avant l’emballage final. Dans ces longues épreuves, à la différence d’une course de sprint comme le 100 m plat, le départ n’est pas capital et en fonction du coureur, la tactique pourra varier. Certains décideront de se placer immédiatement en tête pour éviter les chutes au cœur du peloton quand d’autres préféreront se mettre à l’arrière pour se préserver et attendre le bon moment pour attaquer en espérant que les coureurs de tête ne prendront pas trop d’avance.

 

Le cœur de la course revêt un caractère particulier car sa conclusion dépendra du rythme imposé par les coureurs de tête. S’ils imposent un rythme élevé, de nombreux coureurs seront éliminés rapidement et le sprint final se jouera entre les plus forts. Si le rythme est lent, tout le monde restera dans la course jusqu’à la fin et il y aura donc plus de concurrents pour la victoire. Dans ce cas-là les qualités de finisseurs seront décisives.

 

A cela s’ajoutent les obstacles qui pourront avoir une incidence en provoquant des chutes jusqu’à la dernière haie.

Plusieurs tactiques existent donc mais les qualités d’endurance, de persévérance, de patience et de courage sont essentielles.

 

Pour revenir à notre championnat de Ligue 1, après le 1er tiers de la course, notre équipe a pris la tête en imposant un rythme très élevé avec 6 victoires d’affilée. Ces résultats nous permettent d’être en position de force et de confiance. Nous avons ainsi pu distancer certains adversaires directs et cela ne sera pas négligeable à l’heure des comptes. Nous entamons le 2ème tiers ce jeudi avec 5 matches en 21 jours dont le derby contre l’Africa Sports ce dimanche. Cet enchaînement de matches est l’un des obstacles qui se posent sur notre route vers le titre. De la capacité de notre équipe (joueurs et encadreurs) à bien négocier cette période dépendra fortement le classement final. En effet, si nous parvenons à imposer le même rythme effréné de victoires lors de cette partie de la saison, il y a peu de chances que nos adversaires puissent nous suivre et nous éviterons ainsi un sprint final toujours périlleux.

 

Le sprint final serait d’autant plus difficile que nous avons l’ambition de faire une belle campagne africaine, toujours éprouvante pour les organismes et qui se traduit souvent par de moins bons résultats en Ligue 1 du fait de la répétition des matches et des déplacements.

 

A l’approche de cette phase décisive, cultiver les valeurs nationales d’Union, de Discipline et de Travail n’est pas superflu. Au contraire, elles doivent permettre à tous de se surpasser et d’être encore plus performants.

 

 La formation des jeunes joueurs est, elle aussi, une épreuve au long cours et les résultats obtenus lors du TIDA montrent que le chemin est truffé d’obstacles qu’il faut surmonter. Malgré de belles promesses esquissées par les jeunes Mimos, ils sont tombés sur un os … marocain encore. Au travail messieurs, ne perdez pas de temps, le sprint final approche !

 

 

Benoît YOU