2e journée de Ligue 1/ ASEC Mimosas - WAC :

Une victoire attendue

Pour sa deuxième sortie en Ligue 1, l’ASEC Mimosas recevra le Williamsville Athletic Club (WAC), ce dimanche 22 octobre, à partir de 18h00, au Stade Félix HOUPHOUËT-BOI­GNY, pour le compte de la 2e journée. Des retrou­vailles entre le champion sortant et son dauphin, à qui la première journée n’a pas véritablement souri.

C’est un véritable choc de dé­but de saison qui se présente à l’affiche de cette 2e jour­née. Frustrées par la défaite (1 – 0) dans un match pourtant à sa portée face l’AFAD, lors de la 1ère jour­née, l’ASEC Mimosas, le champion en titre, compte résolument entamer la défense de son titre, par une vic­toire, à partir de cette 2e journée, face au WAC. Cette équipe, révé­lation de la saison dernière, avait, à la surprise générale, tenu tête aux « plus grands » pour finalement se hisser à la 2e place de la Ligue 1. Son entame timide (0 – 0) face à Moossou FC, lors de la 1ère journée fait de lui un adversaire encore plus coriace également à la recherche de sa première victoire de la saison.

Ce match pourrait être une occa­sion pour le WAC de prendre une revanche sur la seule équipe qui l’avait battue lors de leurs trois confrontations de la saison dernière et qui l’empêchait ainsi de réaliser l’exploit retentissant de remporter la Ligue 1/2016-2017.

L’ASEC Mimosas aura encore bel et bien du pain sur la planche, ce dimanche, face aux WAC. Mais la bande à l’entraîneur AMANI Yao se voit contrainte de l’emporter après son mauvais départ face à l’AFAD, le samedi dernier, comme l’a signifié le capitaine KOUTOUAN Akassou dans un post sur sa page Facebook, juste après le match : « Je demande pardon à tous les Actionnaires qui étaient présents au stade et à ceux qui n’ont pas pu effectuer le dépla­cement. Le dimanche prochain, nous allons tout donner pour nous racheter… Vive l’ASEC Mimosas ».

L’ASEC Mimosas retrouvera la pelouse naturelle du Stade FHB qui, espérons-le, lui réussira encore comme cela avait été le cas contre l’Africa Sports, lors de la Super­coupe Félix HOUPHOUËT-BOI­GNY.

 

 

H.KONE