Interview... Pascal THEAULT (Directeur Général de l’Académie MimoSifcom) :

«Nous travaillons avec humilité et professionnalisme»

Sollicité pour dresser le bilan de la saison de l’Académie MimoSifcom, Pascal THEAULT, le Directeur Général du centre de formation de l’ASEC Mimosas, a plutôt préféré parler de la perspective du club jaune et noir qu’il veut doter d’équipes de différentes catégories d’âge. Interview…

 

 

– L’Académie MimoSifcom est en vacances depuis le samedi 29 juillet dernier, 4 mois seulement après votre prise de fonction. Un laps de temps que vous avez néanmoins mis à profit pour mettre en place une nouvelle organisation. Quel bilan sportif faites-vous?

– Fort de mon expérience de 6 ans passés à l’Académie MimoSifcom, le PCA, Me Roger OUEGNIN, m’a fait revenir pour confirmer le travail qui avait été fait et pour asseoir l’ASEC Mimosas dans la voie du professionnalisme et du progrès. Je dois apporter un plus. Je m’y attèle avec mes collaborateurs. Je n’ai travaillé que quatre ou cinq mois dans la continuité de ce qui avait été bâti avant moi. On a essayé de voir ce qui pouvait être amélioré. Il ne m’appartient donc pas de faire un bilan sur seulement cinq mois de travail. Ce qui est important, c’est que le Président Roger OUEGNIN et le Directeur Général, Benoît YOU, m’ont donné les moyens pour installer, dès le début de la saison prochaine, une structure devant permettre à l’ASEC Mimosas de poursuive sa progression. Au-delà de l’Académie MimoSifcom, le Président voudrait que j’aie une vue générale sur le tout le club ASEC Mimosas.  

 

 

– Quel est votre sentiment sur les résultats scolaires?

Je n’aime pas me prononcer sur les résultats ponctuels. Nous sommes jugés à partir des joueurs que nous formons pour l’équipe professionnelle. Avant, ce ne sont que des étapes. Et dans ces étapes, la défaite n’est pas forcément un échec. Elle est plutôt formatrice. Nous travaillons avec humilité et professionnalisme. Mais c’est toujours une grande satisfaction d’obtenir de bons résultats tant sur le plan sportif que scolaire. Je profite de l’occasion pour féliciter les élèves et le corps professoral de l’Académie MimoSifcom. Je suis complètement satisfait de ce qui se passe depuis mon retour.

 

 

– Qu’avez-vous le plus regretté au cours de la saison?

– Je n’ai pas d’état d’âme pour déplorer quoi que ce soit. J’ai la tête dans le guidon pour travailler. On ne peut pas pleurer et travailler. J’ai assez à faire à l’Académie et avec mes collaborateurs pour me préoccuper des autres. Ma préoccupation est que l’Académie MimoSifcom soit la plus forte possible. 

 

 

– Comment comptez-vous poursuivre le championnat Elite Jeunes U20 qui est dans sa deuxième phase, alors que vous êtes en vacances?

– Il sera pratiquement impossible pour nous de poursuivre la compétition. La saison reprendra pour l’équipe réserve au début du mois de septembre. Ce sont nos U20 qui constituent l’ossature de ce groupe. La formule adoptée pourrait nous amener à ne pas terminer la saison, mais à nous préparer à entamer la prochaine. Ce que je n’ai jamais vu. C’est une anomalie grossière, surtout chez les jeunes joueurs qui ont forcément besoin de recharger les batteries à un moment donné.

 

 

– Quels sont les grands changements prévus pour la saison prochaine?

– A partir de septembre prochain, l’ASEC Mimosas aura une structure professionnelle avec deux groupes de travail. Un groupe professionnel et le groupe réserve. C’est un grand pas en avant parce qu’il est nécessaire et utile pour un meilleur équilibre que le fossé se rétrécisse entre le passage du jeune à l’Académie MimoSifcom et les titres que doit gagner l’équipe professionnelle. GOHI BI Cyriac fait partie des rares pensionnaires qui ont réussi ce passage. Il y a une dispersion des énergies et des forces, parfois même des oppositions de personnes. Tout cela parce qu’il n’y a pas d’étape intermédiaire, qu’on appelle la post-formation. Nous avions tenté une expérience lors de mon premier passage qui avait été fructueuse. Quand on m’a demandé de voir ce qui pouvait être amélioré dans un futur proche, j’ai obtenu avec le concours de tous les coaches de l’Académie MimoSifcom et du staff professionnel, la mise en place d’une équipe réserve pour qu’il y ait moins de pertes dans les bons travaux effectués à l’Académie MimoSifcom. Ce n’est pas une solution miracle, mais elle doit permettre d’avoir de meilleurs résultats dans le devenir des enfants de l’Académie MimoSifcom. En envoyant les joueurs les plus âgés dans ce groupe, on « rajeunit » l’Académie MimoSifcom, ce qui nous permet d’ouvrir un troisième groupe, les U14, tout en gardant l’école de football (les U12) en externat. Ce seront des groupes à effectif réduit pour permettre un travail qualitatif. Pour la saison prochaine donc, nous aurons également deux groupes de plus à l’Académie MimoSifcom. 

L’ASEC Mimosas est un immense club en Afrique subsaharienne. Il est indispensable dans ma mission de permettre à ce club de mettre en place des groupes d’âges pour toutes les catégories (des U12 jusqu’au groupe professionnel). C’est très important pour l’ASEC Mimosas, mais aussi pour tous les jeunes ivoiriens qui aspirent à devenir footballeurs. Je suis très heureux qu’il y ait à l’ASEC Mimosas, à partir de la saison prochaine, 6 groupes de travail.

 

 

– Comment seront les vacances du coach qui regagne la France à partir de ce mardi (NDLR, le mardi dernier)?

– Merveilleuses, j’espère. Ça me manque de passer du temps avec mon père, ma femme, mes amis et mes enfants que j’irai regarder jouer au football. Je suis heureux de rejoindre les miens durant cette période de vacances. Je tiens à remercier les pensionnaires et tous mes collaborateurs de l’Académie MimoSifcom pour l’accueil qu’ils m’ont réservé à mon retour, mais également pour le travail accompli pendant ces quatre mois. Je leur souhaite également de très bonnes vacances.

 

 

 

Interview réalisée par H.K