Éditorial  :

RENOUER AVEC LA TRADITION DU BEAU JEU

Finir une saison sportive contraint à anticiper sur la préparation de la suivante. Et cela nécessite une vision globale allant de la politique sportive définie par les dirigeants à un projet de jeu qui, lui, est propre à la philosophie du club. L’un des grands chantiers de l’ASEC Mimosas défini à l’AGE du dimanche 28 août 2016 est la reconquête de sa popularité. Ce qui est un vrai défi. Mais bien que difficile à réaliser dans le contexte actuel, les recettes pour retrouver sa popularité ne sont pas hors de portée du club. Des solutions existent dont l’une d’elles, expérimentée cette année, a donné des résultats encourageants. Celle-ci consiste à recruter des stars pour faire rêver le public. Cependant, si ce coup a marché avec Aristide BANCE, il n’est pas certain que l’ASEC Mimosas le réussisse la saison prochaine à cause de la fuite des talents et surtout de la réticence des joueurs africains, en perte de vitesse après avoir connu un certain rayonnement en Europe ou ailleurs, à revenir se relancer au pays.

Reste l’option du beau jeu pour attirer les Actionnaires dans les stades comme durant la décennie 1990, puis avec l’avènement de la première génération des Académiciens de MimoSifcom. C’est ce défi que veut relever l’entraîneur AMANI Yao Lambert César. La saison passée, l’ASEC Mimosas a remporté la Ligue 1 avec une tête d’affiche comme Aristide BANCE qui a décroché la palme du meilleur joueur, du meilleur buteur et le Prix spécial de la Ligue Professionnelle de football, sans avoir toujours produit du beau jeu.

Les dirigeants et l’encadrement technique sont à l’œuvre pour rendre la future équipe de l’ASEC Mimosas plus forte afin de conserver le titre de champion de Côte d’Ivoire en gagnant les matches avec panache. Qui d’autre qu’AMANI Yao Lambert César, qui connaît bien la tradition du club et qui fut lui-même un véritable artiste du ballon rond, peut aider l’ASEC Mimosas à redorer son blason ? Son projet de créer un ensemble harmonieux et efficace plaît et il est très attendu. Et c’est de cet ensemble qu’il compte révéler de magnifiques solistes qui brilleront de tout l’éclat de leur talent pour permettre à l’ASEC Mimosas de renouer avec sa tradition du beau jeu et sa popularité pour le plus grand plaisir des Actionnaires.

 


KONE Ismaël,
Rédacteur en chef du Magazine ASEC Mimosas