Interview croisée... DAO Youssouf et TRAORE Baba Lamine :

« Nous sommes redevables à l’ASEC Mimosas »

Deux joueurs aux destins liés, DAO Youssouf et TRAORE Baba Lamine ont été formés à l’Académie MimoSifcom avant d’être promus en équipe première. Prêtés ensuite par l’ASEC Mimosas, la saison dernière, à l’AC Sparta Prague (L1 de la République Tchèque), les deux clubs viennent de conclure le transfert définitif des deux joueurs. Avant de rejoindre leur nouveau club, DAO Youssouf et TRAORE Baba Lamine se sont prononcés sur leur nouveau statut dans cette interview exclusive accordée aux médias du club jaune et noir.

Prêtés par l’ASEC Mimosas la saison dernière, vous appartenez désormais à l’AC Sparta Prague, l’équipe la plus titrée et la plus populaire de la République Tchèque. Quels sont vos sentiments sur ce transfert définitif?

DY : Ce changement de statut ne peut que nous procurer de la joie. Il prouve que nous avons de la valeur. Tout en nous confiant à Dieu, nous devons maintenant mettre les bouchées doubles en donnant le meilleur pour confirmer les grandes attentes des dirigeants de l’AC Sparta Prague, mais également de l’ASEC Mimosas.

TBL : Nous sommes très heureux de voir les choses aller de l’avant. Depuis l’Académie MimoSifcom, notre rêve d’enfance est d’évoluer en Europe. Cela se réalise maintenant. Vous pouvez imaginer notre joie.

 

De l’Académie MimoSifcom, vous atterrissez à l’AC Sparta Prague après un bref passage en équipe première de l’ASEC Mimosas. Pouvez-vous nous évoquer des difficultés rencontrées?

TBL : « . Ça n’a pas été facile comme on pouvait s’y attendre pour de jeunes Africains confrontés à un nouvel environnement en Europe. Outre les conditions climatiques, nous avons rencontré de petits problèmes d’égo au sein de l’équipe. Il fallait se battre pour avoir la confiance de certains coéquipiers. Mais nous avons été chanceux d’atterrir dans une équipe qui comptait déjà l’un de nos compatriotes, KONATE Tiémoko, dans ses rangs. Grâce à lui et à ses conseils, nous avons connu une adaptation que je dirai rapide.  

DY : Oui. KONATE Tiémoko a été d’une aide très précieuse pour nous. Il a beaucoup contribué à notre intégration. Il a pleinement joué ce rôle de grand-frère. Avec lui, la barrière de la langue a été surmontée. Nous profitons de cette interview pour lui adresser notre infinie reconnaissance. 

 

Pour en arriver à ce transfert définitif, vous avez certainement convaincu les dirigeants tchèques, la saison dernière, lorsque vous étiez en prêt. Pouvez-vous revenir sur cette première saison au Sparta Prague?

TBL : Je me souviens bien que notre agent nous disait que le processus d’intégration prendrait un peu de temps. Mais, à sa surprise, dès les premières séances d’entraînement, nous avons tapé dans l’œil des techniciens et dirigeants. Nous avons été sélectionnés pour le premier match et j’ai été titularisé.

DY : Bien que faisant partie du groupe, je n’avais pas pris part au premier match. Lors du second, je suis entré en jeu, à 10 minutes de la fin. Malgré tout, j’ai eu une opportunité que j’ai réussi à transformer pour inscrire mon premier but. Satisfait par ma prestation, j’ai été titularisé au match suivant.

 

Quels sont vos objectifs avec votre nouveau club?

DY : Notre objectif est de réussir une belle saison avec l’AC Sparta Prague qui n’a plus été champion de la République Tchèque depuis trois ou quatre ans. Le titre et la Coupe nationale sont les priorités du club. Nous comptons donner le meilleur de nous-mêmes pour l’aider à les atteindre.

 TBL : L’objectif premier sera de se battre pour gagner sa place dans l’équipe A, parce que, jusque-là, nous faisons partie de l’équipe B. Si nous avons la confiance des techniciens, c’est sûr que nous ferons partie intégrante des objectifs du club qui est de remporter tous les titres et de jouer la Ligue des champions européenne. 

 

Vous avez profité de vos vacances pour vous entraîner avec votre ex-club, l’ASEC Mimosas. Visiblement vous entretenez de bonnes relations avec ce club d’où tout est parti?

TBL : Forcément ! L’ASEC Mimosas est le club de base qui nous a vus naître. C’est bien grâce à lui que nous sommes au niveau qui est le nôtre aujourd’hui. C’est un devoir pour nous de retourner à la maison, à chaque fois que nous en avons l’occasion, en signe de reconnaissance, pour échanger aussi avec les dirigeants, les amis et partager notre expérience avec nos jeunes frères de l’Académie MimoSifcom, comme le faisaient nos devanciers avec nous.

DY : Nous sommes redevables à l’ASEC Mimosas. C’est une grande chance pour nous d’avoir été formés à Académie de l’ASEC Mimosas qui est l’une des plus prestigieuses d’Afrique. L’ASEC Mimosas est notre maison comme l’a signifié Baba Lamine. Nous viendrons à Sol Béni, à chaque fois que l’occasion s’y prêtera. 

 

L’ASEC Mimosas est champion de Côte d’Ivoire. Quel commentaire faites-vous de ce 25e sacre acquis 7 ans après le 24e?

TBL : Nous n’avons malheureusement pas eu la chance d’être champions avec l’ASEC Mimosas. Mais nous partageons la joie de ce 25e sacre qui a été obtenu en notre présence. Ce titre est mérité parce que l’ASEC Mimosas a montré sa grande capacité à se hisser au-dessus de tous.

DY : Bravo à l’entraîneur TRAORE Siaka et à toute son équipe d’encadreurs et de joueurs. Ils ont tout donné pour s’approprier ce titre de champion que l’ASEC Mimosas convoitait depuis plus de 6 saisons. Félicitations au PCA, Me Roger OUEGNIN et aux autres membres du Conseil d’Administration qui ont mis tout en œuvre pour mettre l’équipe dans les meilleures conditions.

 

Un dernier mot pour conclure.

DY : Je souhaite une bonne continuité à l’ASEC Mimosas pour la réalisation de ses ambitions. Bonne chance à tous les joueurs du club à qui je souhaite une bonne suite de carrière. Grand merci aux dirigeants et aux Actionnaires. 

TBL : Merci à toutes les personnes qui travaillent pour l’ASEC Mimosas et qui continuent de nous soutenir. Nous avons encore besoin de vos prières et de vos conseils pour mener à bien notre carrière.