EDITORIAL :

CONNAITRE SES ADVERSAIRES

La semaine écoulée se termine avec un bilan inhabituel de deux défaites. La première, subie en championnat national, face au FC SAN PEDRO, avait déjà de quoi soulever certaines questions. La seconde, infligée par le Stade d’Abidjan, en Coupe de la Ligue, est venue confirmer les doutes du moment. Après d’intenses réflexions, nous pouvons noter que cette semaine, à oublier très vite, a permis d’identifier les adversaires contre lesquels l’ASEC Mimosas aura à lutter pour remporter un nouveau titre de champion de Côte d’Ivoire. De qui s’agit-il ?

 

Dans la hiérarchie des adversaires de l’ASEC Mimosas, on retrouve au sommet un acteur bien connu puisqu’il s’agit de… l’ASEC Mimosas. Je devine déjà votre étonnement voire votre incompréhension devant cette affirmation. Pourtant, elle est facile à démontrer. Pour être champions cette saison, nous devons faire preuve de régularité dans la performance, de constance dans l’effort, de sérieux dans la préparation des matchs. Mises ensemble, toutes ces dispositions sont de nature à attirer la réussite sans laquelle il n’y a pas de champion. À bien y regarder, il est aisé de constater que l’ASEC Mimosas est le club qui offre le cadre et l’organisation propices à la réunion de tous les atouts indispensables à la quête du titre de champion de Côte d’Ivoire. L’ASEC Mimosas dispose en plus des hommes de talent et d’expérience pouvant donner vie à ses rêves de victoires. Il faut donc souhaiter que l’ASEC Mimosas soit d’une part pleinement conscient de ses qualités et d’autre part animé de la volonté de les démontrer au cours des six derniers matchs du championnat national. S’il y arrive l’ASEC Mimosas aura été le premier responsable du retour de sa grandeur sportive. À défaut, il se sera sabordé et ne pourra pas rejeter la faute aux deux autres catégories d’adversaires ci-dessous présentées.

Les deux autres adversaires identifiés sont les autres clubs, ce qui est normal, mais aussi plus curieusement, l’environnement général. Pour les autres clubs disputant le championnat de Ligue 1, il n’est pas nécessaire de trop s’étendre. On sait qu’ils rêvent tous de faire chuter l’ASEC Mimosas, ce géant africain qui leur vole la vedette avec son public fidèle, son complexe de Sol Béni, ses nombreux sponsors et sa reconnaissance internationale. L’ASEC Mimosas dérange et chaque match de Ligue 1 est une finale de Ligue des Champions pour les clubs qui rencontrent les Mimos. Ils donnent tout contre l’ASEC Mimosas et se découvrent talent, vice et courage qui bien souvent disparaissent dès la fin du match. C’est ainsi et nous n’allons pas nous en plaindre. Cependant, il faut en avoir conscience et prendre tous les matchs avec la détermination de ceux qui se savent attendus.

Le dernier adversaire au sujet duquel je dirai quelques mots n’a pas de nom ni de visage. On l’appellera l’environnement. Il n’est pas facile à vaincre puisqu’il peut prendre des formes diverses. Les Actionnaires ont tendance à le voir sous les traits des arbitres de notre championnat national. On ne l’a pas encore bien identifié, mais il est clair qu’il règne un climat étrange dans lequel flotte un léger parfum d’hostilité. C’est ce que les Actionnaires ont cru percevoir au cours des derniers matchs de Ligue 1. Je crois qu’il faut leur rappeler ces histoires de fantômes qui ont rythmé nos enfances. Personne ne les voyait, mais tout le monde en avait peur. Cette peur s’est estompée pour la plupart d’entre nous à l’âge adulte. L’ASEC Mimosas est un CLUB ADULTE qui ne doit pas avoir peur du fantôme de l’environnement. Pour les prochains matchs, je nous invite à penser comme Steve Jobs, Cofondateur d’Apple, qui considère que « bien se tirer d’affaire, c’est être capable de se construire une base solide avec les pierres que les autres nous jettent ».

 

 

Par Léonce YACÉ, Président-Délégué de l’ASEC Mimosas. Extrait du N°1325 de ASEC Mimosas Magazine.