UN ACCIDENT DE PARCOURS SALUTAIRE

Editorial

La défaite est salutaire parce qu’elle nous offre un bon moyen de prévention contre l’excès de confiance ...

L’ASEC Mimosas a commencé 2017 d’une façon plutôt inattendue. Ce qui était redouté depuis le début du championnat de Ligue 1 a fini par se produire lors du premier match de la nouvelle année. Les Mimos ont trébuché face aux joueurs de l’AFAD. Cet accroc survient après une série de sept matchs sans défaite. Il peut être déploré et regretté. Je pense cependant qu’il ne doit pas tout remettre en cause. J’ai même tendance à croire qu’il s’agit d’un accident de parcours salutaire. C’est ce que je vais tenter d’expliquer ci-après.

L’invincibilité préservée au cours des sept premières journées de Ligue 1 avait installé les Actionnaires dans une douce euphorie. Les scores-fleuves, les buts venus d’ailleurs, les égalisations de dernière minute, les gestes techniques, tout ce récital servi aux amateurs du style Mimosas avait séduit les Actionnaires. Ceux-ci, trop longtemps sevrés des joies procurées par la place de leader du championnat de Ligue 1, ont salué le retour des Enfants qui s’amusent et qui gagnent. Il suffit de consulter les réactions des Actionnaires sur la page Facebook du Club pour mesurer la satisfaction et la confiance qui s’étaient emparées d’eux.

Cette mélodie, douce aux oreilles des Actionnaires, avait pourtant de quoi rendre prudent. Ne portait-elle pas en elle ce travers insidieux qui s’appelle l’excès de confiance ?

 C’est peu dire que l’excès de confiance avait gagné nos joueurs. On ne les a pas reconnus ce mercredi devant l’AFAD. Leur belle entame de match, rapidement confirmée par l’ouverture du score, avait cédé le pas à une prestation de sénateurs, sûrs de leur force et de leur bonne étoile.

C’est très justement que cette attitude inhabituelle des joueurs mimos, proche d’un manque de respect pour l’adversaire, a été sanctionnée par une défaite. Les Mimos, auteurs de plusieurs ratés sur des occasions nettes de but, ont ouvert grand les bras à cette première défaite. À eux maintenant de faire leur examen de conscience avant de repartir au combat dès ce dimanche, contre l’Africa Sports d’Abidjan.

Certains d’entre nous sont évidemment abattus. Ils craignent sans doute de revivre les mécomptes des saisons dernières au cours desquelles l’ASEC Mimosas avait été souvent en tête avant de se faire distancer par ses adversaires dans les derniers moments du championnat. Je peux comprendre ceux qui pensent ainsi, mais je ne partage pas leur avis. Je considère que la défaite de ce mercredi est un mal nécessaire. Un mal parce que nous venons de perdre la place de leader. Nécessaire parce que le revers subi va forcément entraîner une remise en question des joueurs et de tout le staff du côté de Sol Béni. Combien de fois dois-je répéter que le championnat ne se gagnera que match après match ? Dans ces matchs successifs, notre équipe ne peut se permettre de prendre de haut ses adversaires. Le staff technique, investi de la confiance des dirigeants et des Actionnaires, doit faire les bons choix techniques, tactiques et humains, sans hésiter à prendre des risques. C’est son rôle, et personne ne lui en voudra d’essayer de tirer le meilleur du groupe en donnant leur chance à tous les joueurs.

La défaite est salutaire parce qu’elle nous offre un bon moyen de prévention contre l’excès de confiance qui guettait le groupe Jaune et Noir. Le match de dimanche constitue une excellente occasion pour relever la tête. Face au club rival, les joueurs Mimos devront retrouver la cohésion, la présence physique, l’efficacité et la rage de vaincre qui leur ont fait défaut devant l’AFAD. 

Les Actionnaires seront là, nombreux, pour encourager leur équipe et la pousser à la victoire. Mais la victoire ne sera possible que si, au laboratoire de Sol Béni, les ingénieurs du football tirent les leçons de la défaite de mercredi. « La victoire ne viendra jamais à vous, disait Napoléon Bonaparte. C’est à vous d’aller la chercher. » C’est exactement cela, l’impératif que nous devons mettre en œuvre dès dimanche.

Bon match !

Par Léonce YACE , Président-Délégué de l’ASEC Mimosas

Extrait du Mimosas Magazine N°1307 du 07 janvier 2017