Un trophée pour l’histoire

Il y a 21 ans, en 1995, l’ASEC Mimosas remportait (1-0) l’unique édition de la Coupe de la Fédération face au Stade d’Abidjan.

Vainqueur de l’unique édition de la Coupe de la Fédéra-tion, en 1995, l’ASEC Mimosas dispute, en 2016, pour la première fois, la Coupe de la Ligue. Cette semaine, nous choisissons de faire un parallèle historique entre ces deux événements dont nous souhaitons voir le second couronné du même succès que le premier.

Quel exploit ! L’unique édition de la Coupe de la Fédération, organisée en 1995, à l’initiative de la FIF et de son sponsor SITAB, avait vu l’ASEC Mimosas écraser la SOA en demi-finale (0-6) et battre ensuite le Stade d’Abidjan en finale (1-0), avec une équipe réduite à 9 après les explusions de GBAHOU Jean-Marie et de TRAORE Abdoulaye.

Cette victoire, synonyme de réconciliation entre les Actionnaires et leur équipe, avait permis à l’ASEC Mimosas de continuer à rêver du titre de champion de Côte d’Ivoire et d’une victoire en Coupe d’Afrique des clubs champions.

DIARRA Seydou (Gardien de but de l’ASEC Mimosas de 1994 à 1999)
« Nous avons grandement fêté ce succès »

– Je suis toujours dans le milieu du sport. Je suis entraîneur d’une équipe de Maracana. J’essaie de rendre au  football ce qu’il m’a donné. J’ai aussi de petites affaires que je gère pour gagner ma vie et m’occuper de ma famille.

– Vous souvenez-vous encore de l’unique édition de la Coupe de la Fédération organisée en 1995 et remportée par l’ASEC Mimosas?

– Oui. En 1995, la Fédération Ivoirienne de Football avait organisé la seule édition de la Coupe de la Fédération qui avait mis aux prises les quatre premières équipes des deux poules de la phase aller du championnat national de D1. En demi-finales, nous avions rencontré la SOA que nous avions battue largement 6-0. Et en finale, nous avions pris le meilleur (1-0) sur le Stade d’Abidjan. Je me souviens de ce succès que nous avons grandement fêté. Nous avions fait plusieurs tours d’honneur avec GADJI Celi et le Président Roger OUEGNIN. Nous avions porté en triomphe notre entraîneur ZARE Mamadou. Nous étions heureux parce que nous demeurions dans la dynamique de la victoire. Cette compétition nous permettait à la fois de préparer la Super division et la Coupe d’Afrique des clubs champions. Ce fut l’un des meilleurs moments de ma carrière.

– Cette année-là, vous aviez tout remporté en Côte d’Ivoire, à savoir la Coupe FHB, la Coupe de la Fédération, la Coupe nationale, le championnat et vous avez même disputé la finale de la Coupe d’Afrique des clubs champions. Qu’est-ce qui faisait la force de l’ASEC Mimosas en ce temps-là?
– Je rappelle que j’étais remplaçant quand nous remportions la Coupe de la Fédération. L’entraîneur ZARE Mamadou nous faisait jouer alternativement KONATE Losséni et moi dans les buts pour créer la saine émulation. Cela marchait bien. Nous avions tout remporté effectivement au niveau national en 1995. Ce qui faisait notre force, c’est que nous étions tous de vrais hommes, des joueurs aguerris qui avaient au moins 6 ans de haute compétition dans les jambes. Aucun adversaire et aucun environnement ne nous intimidait. Nous avions de l’expérience, nous étions sûrs de notre force, nous étions un groupe solidaire, conquérant et décidé à remporter la Coupe d’Afrique des clubs champions avec le soutien de nos dirigeants et de notre merveilleux public. Les Actionnaires constituaient notre force. Quand je repense à ces années-là, cela me fait plaisir.

– Cette année, l’ASEC Mimosas disputera la Coupe de la Ligue, 21 ans après sa victoire en Coupe de la Fédération. Que pouvez-vous en dire?
– Rien d’autre que la victoi—-re finale pour mon club, l’ASEC Mimosas. Je dis merci aux Actionnaires et je leur demande de reprendre leur club en main, de l’aider à redevenir ce qu’il était.
 Interview réalisée par KONE I.

 Extrait du Mimosas Magazine N°1303 du vendredi 9 décembre 2016

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-neuf − 12 =