Devoir d’exemplarité

La saison 2016/2017 aura un parfum particulier, une senteur différente des précédentes, pour plusieurs raisons, au premier rang desquelles se situe l’exceptionnelle exposition médiatique offerte au championnat national Ligue 1 par le nouveau diffuseur, Canal +.

Cette nouveauté pour le football local suscite de nombreux commentaires dont la tonalité et le contenu varient en fonction de leurs auteurs.

A l’ASEC Mimosas, il nous plaît de penser qu’il s’agit d’une initiative heureuse, qui va dans le bon sens et est de nature à nous aider à sortir de la culture de l’à-peu-près, trop souvent répandue dans nos pays.

Le point sur lequel il nous semble important d’insister, c’est que la diffusion de notre championnat Ligue 1, dans 23 pays, par Canal +, au-delà de l’aubaine qu’elle représente, constitue un défi et une exigence pour tous les acteurs du football ivoirien.

Le défi est d’abord d’ordre organisationnel et il concerne la FIF et les clubs engagés dans ses compétitions. En effet, le spectacle retransmis par Canal + devra respecter certains standards relatifs à la programmation des matchs, aux aires de jeux, aux directeurs du jeu, nos chers arbitres, aux stades retenus ; la liste pourrait être longue. Inutile de rappeler que sur tous ces sujets, l’à-peu-près ne peut plus avoir droit de citer dans notre championnat.

Ce défi n’est pas insurmontable. Il demande à tous les acteurs d’avoir le même souci de l’excellence et de rechercher, dans la concertation permanente, et le respect des règles établies, le meilleur pour notre Football…sans la personnalisation qui nuit à la réflexion.

L’exigence est l’autre facette de cette nouveauté apportée par Canal +. Les clubs, les dirigeants, les encadreurs et enfin les joueurs, vont devoir être exigeants, d’abord envers eux-mêmes, pour être à la hauteur de la formidable visibilité que Canal+ vient de leur offrir. Il s’agira de donner, en toutes circonstances, la meilleure image de la Côte d’Ivoire sportive.

A l’ASEC Mimosas, cette exigence prend la forme d’un devoir d’exemplarité. Nous nous devons d’être à la hauteur de la réputation de sérieux et d’excellence qui accompagne notre légende. Nous nous plaisons à rappeler à nos détracteurs que l’ASEC Mimosas est la locomotive du football ivoirien, sa vitrine la plus belle. Ces affirmations doivent être confirmées devant les caméras de Canal + et sur les écrans des millions de téléspectateurs qui nous regarderont désormais dans 23 pays.

Le devoir d’exemplarité va donc concerner nos dirigeants. Ceux-ci devront confirmer leur savoir-faire, leur sens du management et leur sens des responsabilités, notamment en restant dignes et exemplaires à tout moment. Qu’il me soit permis de rajouter en pensées, en paroles et en actions.

Nos supporters, à la passion reconnue dans le monde entier, devront prouver leur attachement pour leur club et jouer leur rôle de pilier de la maison jaune et noire. Pour la prochaine saison, ils se doivent d’être un vrai 12ème homme pour leur équipe en étant nombreux et bruyants dans tous les stades où leur équipe aura à évoluer. Il pèse sur eux aussi un vrai devoir d’exemplarité.

Les encadreurs et les joueurs, qui ont des destins liés, sont également concernés. Ils doivent être performants et veiller à véhiculer une excellente image de l’ASEC Mimosas, sur le terrain et en dehors. Ils le doivent d’abord à eux-mêmes, puis aux supporters qui font beaucoup de sacrifices pour les suivre, et enfin à l’ASEC Mimosas qui les met dans les meilleures conditions de vie et de travail. Etre exemplaires dans la discipline, le travail, la performance individuelle et collective, ce sont là les obligations que Canal + vient rappeler à nos encadreurs et joueurs.

Au terme de cet édito, on peut être tous d’accord sur un point : Canal+ va ouvrir une nouvelle ère qui appellera des comportements nouveaux, avec un incontournable devoir d’exemplarité, pour tous. C’est un chantier passionnant qui s’annonce et pour lequel nous devons tous penser, comme Charles de Gaulle, grand parmi les grands hommes, qu’« on ne fait rien d’extraordinaire sans hommes extraordinaires et les hommes ne sont extraordinaires que s’ils sont déterminés à l’être ».

 

Par Léonce YACE Président-Délégué de l’ASEC Mimosas

Extrait du N° 1297 de ASEC Mimosas magazine du jeudi 27 octobre 2016

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

3 + trois =