Le discours-programme du PCA, Me Roger OUEGNIN

Nous vous proposons l'intégralité du  discours-programme du PCA, Me Roger OUEGNIN, à l'occasion de l'Assemblée Générale Mixte et Elective de l'ASEC Mimosas, tenue hier dimanche, à Sol Béni.

Chers Actionnaires,

Chers partenaires de l’ASEC MIMOSAS,

Chers invités et amis de la Presse,

Notre association sportive vient de procéder à la désignation des membres du Conseil d’Administration et du Président dudit Conseil.

Je vous remercie pour la confiance que vous avez bien voulu accordée à mes colistiers et me renouveler pour assumer la fonction de Président du Conseil d’Administration de l’ASEC MIMOSAS.

Cette élection n’est pas un acte anodin. Elle détermine le destin de notre association pour les cinq prochaines années.

La décision de me porter candidat au poste de Président du Conseil d’Administration a été mûrement réfléchie. Contrairement à ce que pourraient penser certains commentateurs, elle n’est pas l’expression d’une volonté de me maintenir à tout prix aux commandes de notre association.

Cette décision trouve son origine et son sens dans les ambitions que je continue d’avoir pour notre association.

Ce sont ces ambitions, partagées par toutes celles et tous ceux qui s’engagent à mes côtés au sein du Conseil d’Administration, que je souhaite vous présenter.

Mes ambitions sont simples, elles se résument en trois points d’égale importance qui se déclinent comme suit :

–  GOUVERNANCE : Améliorer la Gouvernance de l’association et renforcer les équipes dirigeantes par l’arrivée de nouvelles compétences ;

–  PATRIMOINE : Renforcer le patrimoine de l’association et améliorer notre outil de travail par l’édification d’un nouveau centre d’entraînement ;

–   PERFORMANCE SPORTIVE : Retrouver le succès sportif par la poursuite de la formation, le renforcement de l’encadrement technique et une réforme de la politique de recrutement des joueurs.

Le plan que je propose vise donc à améliorer notre fonctionnement et à doter l’association d’organes solides, à poursuivre le développement de nos infrastructures et à retrouver la clé du succès sportif.

Je compte le réaliser au cours des cinq prochaines années avec le soutien de tous les membres du conseil d’administration, la confiance des membres de l’association et l’appui de nos partenaires.

Les chantiers institutionnels, immobiliers et sportifs que nous aurons à poursuivre sont d’une importance capitale pour notre association. Les contours de ces chantiers sont l’objet des développements qui suivent.

AU PLAN INSTITUTIONNEL

Les propositions adoptées aujourd’hui par l’assemblée générale mixte visent à doter l’association d’instances solides et de règles de fonctionnement modernes.

C’est dans ce but que j’ai proposé de modifier les règles encadrant la vacance de la présidence du conseil d’administration.

UNE INSTITUTION est forte et résiste aux événements de toute nature lorsque la continuité de l’activité est organisée par les règles statutaires. C’est ce que j’ai souhaité faire en proposant de confier au président délégué le soin de me représenter en cas de vacance temporaire. De même, en cas de vacance définitive, il reviendra au président délégué d’assurer la poursuite du mandat du président du conseil d’administration. Cette mesure répond au souci de préparer l’avenir et de mettre l’association à l’abri du choc des ambitions.

J’ai également souhaité organiser le partage d’expériences au sein de notre association et faire revivre la chaîne de solidarité des générations. A cet effet, j’ai proposé la création d’un conseil consultatif appelé Conseil d’Honneur. Il regroupera les Présidents d’Honneur. Cette qualité sera reconnue à tous les anciens PCA, Président délégué, Président du CNACO, mais aussi à tous ceux qui auront rendu des services éminents à l’association. Pour cette dernière catégorie, l’accession à la qualité de Président d’Honneur se fera sur décision du conseil d’administration. Le Conseil d’Honneur sera chargé de donner des avis et conseils au président du conseil d’administration. Il n’est pas faux de dire que le Conseil d’Honneur regroupera les Grands Anciens appelés à jouer le rôle de Sages de la famille ASEC MIMOSAS.

Ces changements sont la suite d’un mouvement qui a vu la création de commissions spécialisées au sein du conseil d’administration. Pour permettre à ces commissions de jouer pleinement leur rôle, j’ai veillé à faire entrer au conseil d’administration, aux côtés des anciens, des jeunes aux compétences professionnelles reconnues. Ce sont eux les dirigeants de demain. Je me fixe comme objectif de les préparer aux responsabilités qui seront les leurs.

Sur la question institutionnelle, je peux conclure en affirmant que l’association sortira plus forte de ces réformes et plus riche des compétences des membres du conseil d’administration.

AU PLAN PATRIMONIAL

Sol Béni est le principal actif de notre association. Il fait notre fierté et nous vaut l’admiration en Côte d’Ivoire et à l’étranger.

Je me suis longtemps interrogé sur la façon de tirer le meilleur profit de Sol Béni, avec le souci d’assurer la pérennité de l’association.

Après de longs débats internes, de nombreuses hésitations et plusieurs revirements, je suis arrivé à la conclusion, partagée par tous les membres du conseil d’administration, qu’il fallait saisir l’opportunité du formidable emplacement de Sol Béni pour en faire un lieu d’activités récréatives pourvoyeuses de recettes pour notre association.

Il s’est alors posé la question du lieu d’entraînement de l’équipe Professionnelle et du centre de formation, l’Académie MimoSifcom.

Le raisonnement qui a emporté l’adhésion de tous a été le suivant :

En 1989, l’ASEC Mimosas s’est installé dans le village de M’pouto, loin du tumulte de la ville. L’ASEC a pu y développer ses idées révolutionnaires, mobiliser toutes ses énergies et se lancer à la conquête du pays et du continent.

Le développement de la ville d’Abidjan et la conjoncture économique ont imposé un changement de voisinage.

C’est à la fois une opportunité et une contrainte. L’opportunité réside dans le développement d’activités nouvelles de sport-loisir et d’hôtellerie à Sol Béni. La contrainte se trouve dans la cohabitation de ces activités avec le Football de compétition et de formation. Devant ce constat, animé de la même détermination qu’à notre installation à Sol Béni, j’ai proposé, et le conseil d’Administration l’a approuvé, de transférer les activités de Football de compétition et de formation dans un complexe à édifier en dehors des centres urbains de la ville d’Abidjan.

J’ai le plaisir de vous annoncer l’acquisition par l’ASEC Mimosas d’une parcelle de 4,5 hectares à Bingerville.

Il y sera construit, au cours des prochains mois, un centre sportif moderne comprenant notamment :

–          3 terrains d’entraînement ;

–          Des vestiaires ;

–          Une salle de musculation ;

–          Une salle couverte Omnisport ;

–          Deux piscines dont une de récupération ;

–          un internat et des salles de classe pour l’académie ;

–          des chambres pour les mises au vert de l’équipe pro ;

–          des bâtiments administratifs.

Avec mon Conseil d’Administration, j’ai décidé de baptiser ce complexe, GBORO GBATA, un mélange de Nouchi et de Malinke qui signifie, la Maison du Football.

Le projet mobilisera les meilleures compétences d’ici et d’ailleurs pour doter l’ASEC MIMOSAS d’un laboratoire sportif moderne, à la hauteur de son glorieux passé et de ses très grandes ambitions.

Ce projet marque un nouveau départ pour l’ASEC MIMOSAS et confirme sa volonté de demeurer définitivement dans le lot des Clubs les plus structurés d’Afrique.

Il demandera un investissement de grande ampleur, mais je sais que l’association dispose d’un capital humain important et d’un actif avec Sol Béni qui aideront à trouver des solutions.

La réalisation de ce projet permettra de faire de Sol Béni le poumon économique de notre Club en y développant des activités génératrices de revenus, permettant de financer le fonctionnement du Club.

AU PLAN SPORTIF

La recherche de la performance passe d’abord par la formation. Depuis 1994, avec le soutien du groupe SIFCOM, c’est un axe majeur de la politique sportive de l’ASEC MIMOSAS. L’Académie MIMOSIFCOM a donné beaucoup de satisfactions à notre Club. Nous entendons poursuivre dans cette voie et mettre la priorité sur la formation des jeunes, nos vedettes de demain.

C’est une activité qui demande un engagement de tous les instants, des moyens humains, financiers et matériels importants, avant de donner les résultats attendus.

Le futur centre d’entrainement de Bingerville permettra de poursuivre et d’amplifier l’œuvre entamée à Sol Béni.

A côté de la formation des jeunes, nous entendons mettre l’accent sur la formation des encadreurs. Ces derniers sont les metteurs en scène de notre politique sportive. Il est donc important de leur donner la possibilité de développer leurs compétences techniques, humaines et managériales. Ce sera aussi une priorité du mandat à venir. Cela passera par des stages de recyclage et des séjours d’instruction auprès de Clubs étrangers partenaires pour des opérations de partage d’expériences. L’ASEC MIMOSAS doit avoir les meilleurs encadreurs sportifs du pays, j’y veillerai.

En plus de l’encadrement technique, je compte travailler à l’amélioration et au renforcement de la cellule de recrutement. A terme, l’ASEC MIMOSAS doit redevenir le CLUB regroupant les meilleurs joueurs de la place.

Toutes ces mesures doivent nous conduire à reprendre notre place de leader du football national et continental.

J’ai le même engagement et la même détermination qu’à mes débuts. Vous pouvez me faire confiance.

Je vous invite à garder la foi, notre travail est juste et finira par nous redonner chaque saison sportive de nombreux lauriers.

Je continue de rêver Grand pour notre famille, je travaille dur aujourd’hui pour préparer demain et nous redonner le sourire.

Je vous remercie pour votre confiance sans cesse renouvelée.

Vive l’ASEC MIMOSAS.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq + deux =