« Rendons l’ASEC Mimosas éternel »

Le président du CNACO, MESSOU Kouablan, parle de l’enthousiasme des Actionnaires après la récente victoire historique de l’ASEC Mimosas face à Al Ahly SC d’Egypte, à Alexandrie. Dans cette interview, il encourage les Actionnaires à développer le réflexe de contribuer financièrement à la construction de leur club en payant la modique somme de 2400f CFA par personne et par an pour permettre à l’ASEC Mimosas de redevenir le grand club africain qu’il a été.

Vous avez relancé les activités du CNACO, il y a deux mois environ.  Que peut représenter pour l’ASEC Mimosas une victoire historique comme celle obtenue récemment le mardi 28 juin dernier, à Alexandrie, face à Al Ahly SC d’Egypte ?

Il est incontestable que la victoire face à Al Ahly SC d’Egypte a redonné le moral aux Actionnaires. Beaucoup d’entre eux comprennent aujourd’hui que si nous voulons que l’ASEC Mimosas retrouve son lustre d’antan, il va falloir apporter nos contributions financières au club. Depuis la récente victoire contre Al Ahly SC, on sent beaucoup d’enthousiasme chez les Actionnaires qui nous appellent ou qui payent leur cotisation annuelle de 2400f CFA.

Le match nul de Yamoussoukro face à la SOA n’a-t-il pas tiédi l’enthousiasme des Actionnaires ?

C’est vrai que les Actionnaires réagissent positivement quand l’ASEC Mimosas gagne. Mais ils doivent être présents aussi quand c’est difficile. S’ils réagissent bien seulement quand l’ASEC Mimosas gagne, sans chercher à les frustrer, je dis que l’ASEC Mimosas n’a pas besoin d’eux. C’est dans la difficulté que nous avons besoin du soutien de nos amis et de notre famille. Autant les Actionnaires aiment s’identifier aux victoires de leur équipe, autant ils doivent s’identifier aux difficultés de celle-ci. Le match nul de lundi dernier, face à la SOA, peut tiédir l’enthousiasme de certains soi-disant Actionnaires, mais, ne peut  pas tiédir l’enthousiasme des «Je suis ASEC Mimosas» que je suis en train de développer avec mes collaborateurs parce que ceux-là seront toujours présents aux côtés de l’ASEC Mimosas pour le meilleur comme pour le pire.

Votre franc-parler dérange parfois les Actionnaires qui, paradoxalement, reconnaissent la pertinence de vos idées. Ils s’étonnent même que vous ne leur demandez que 2400f CFA par personne et par an pour donner à l’ASEC Mimosas les moyens de ses ambitions sportives…

Nous avons tous été des enfants gâtés à l’ASEC Mimosas grâce au beau palmarès de notre club et aux belles réalisations de Sol Béni. Je sais très bien que mon discours dérange parfois, parce que l’Actionnaire n’est pas habitué à ce genre de discours. Nous avons caressé le supporter de l’ASEC Mimosas dans le sens du poil durant des années. Mais au lieu d’aider son club, celui-ci lui tourne le dos. Aujourd’hui, l’Actionnaire est devenu recruteur, entraîneur, dirigeant. Il est devenu tout, sauf un supporter. L’Actionnaire ne construit plus. Il détruit. Il insulte ses joueurs, il insulte ses dirigeants. Or, l’ASEC Mimosas est un modèle. Notre comportement doit être exemplaire. Je ne veux pas regarder les Actionnaires détruire ce que nous avons construit ensemble. Au-delà de mon discours, mes propos sont un cri du cœur. Je veux que l’ASEC Mimosas retrouve son lustre d’antan. La seule et unique voie que nous avons pour retrouver ce lustre, est que chaque Actionnaire donne la modique somme de 2400f CFA par année. Ce qui ne représente que 200f CFA par mois. Nous aimons notre club. Pour cela, nous devons nous y investir. Et le plus petit investissement que nous pouvons faire est de donner les 2400f CFA par an. J’entends des Actionnaires dire qu’ils souffrent. Nous souffrons tous. Nous avons diagnostiqué le mal. Et ce mal est un manque criard de moyens financiers. Ceux qui aiment l’ASEC Mimosas sont très nombreux. Mais nous travaillons sur un échantillon de 600 000 personnes. Nous demandons à chacun de donner seulement 2400f CFA par an. Je veux que les Actionnaires se lancent ce défi et le relèvent. Ils verront ce que nous ferons de l’ASEC Mimosas.

 

Malgré tout, vous recevez de plus en plus le soutien des Actionnaires dans vos actions à la tête du CNACO. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

C’est ce qui est encourageant et qui prouve que nous sommes dans le vrai. Le vendredi dernier, au cours d’une émission de libre antenne de Radio Côte d’Ivoire, sur 50 personnes qui ont appelé, 80% d’entre eux ont reconnu que le discours du Président du CNACO est dur, mais réaliste et pratique. Certains ont même dit que c’est ce qu’il faut pour réveiller les Actionnaires et les amener à aider l’ASEC Mimosas à retrouver son lustre d’antan. Les Actionnaires comprennent notre discours parce qu’il n’y a pas d’autres voies pour relancer la machine ASEC Mimosas que celle que nous leur indiquons. S’ils s’entêtent à ne pas payer les 2400f CFA par an, ils continueront de souffrir parce que l’ASEC Mimosas n’aura pas les moyens de recruter de grands joueurs ou de faire revenir des ex-académiciens du club qui sont en Europe pour bâtir une grande équipe et leur faire plaisir.

Quel est votre mot de fin ?

Le Conseil d’Administration actuel que dirige Me Roger OUEGNIN travaille pour la postérité. Quand Me Roger OUEGNIN est arrivé, il avait sa vision d’un grand club. Lorsqu’il parlait de Sol Béni, personne n’y croyait. Lorsqu’il parlait de refaire de l’ASEC Mimosas le meilleur club ivoirien, les gens en doutaient. Lorsqu’il parlait de construire le club pour remporter la Ligue des champions, cela paraissait illusoire. Il a réalisé tout cela. Maintenant, notre action, à la tête du CNACO, est d’œuvrer pour amener les Actionnaires à développer le réflexe de payer les 2400f CFA par personne et par an pour rendre l’ASEC Mimosas plus fort et éternel. Je voudrais qu’après moi, le prochain président du CNACO n’ait plus à demander aux Actionnaires de payer leur cotisation annuelle parce que cela devra être systématique pour nos supporters. C’est cette attitude vis-à-vis de l’ASEC Mimosas que nous voulons développer chez les Actionnaires. Pour cela, nous avons besoin de communiquer à travers tous les médias nationaux pour sensibiliser le plus grand nombre d’Actionnaires. En plus de cela, je souhaite que tous ceux qui liront cette interview deviennent des commerciaux de l’ASEC Mimosas pour motiver tous les Actionnaires autour d’eux à payer les 2400f CFA par personne et par an pour permettre à l’ASEC Mimosas de redécoller.

Interview réalisée par KONE Ismaël

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

15 + 17 =