« L’ASEC Mimosas a l’expérience des compétitions africaines »

Pourquoi, selon vous, après les deux premiers tours des compétitions africaines, sur les quatre représentants ivoiriens, l’ASEC Mimosas est le seul à poursuivre son aventure en Ligue des champions ?

 

Fernand DEDEH (Journaliste indépendant)
« L’ASEC Mimosas réussit ses matches en déplacement »

 « Le rythme de l’ASEC Mimosas en Ligue des champions me paraît bien curieux. L’équipe avance comme par coup de poker. Elle réussit à l’extérieur ce qu’elle est incapable de faire à domicile. Finalement, elle fait l’essentiel chez l’adversaire et se contente de peu chez elle. Maintenant, pourquoi est-elle la seule qui porte le flambeau ivoirien? Pas sûrement parce qu’elle est la meilleure, mais parce qu’elle sait gérer ou réussit ses matches en déplacements. Les éléments qui expliquent ses performances à l’extérieur sont à rechercher dans le rapport des joueurs à l’environnement du football ivoirien, le rapport des joueurs au public. Les joueurs se sentent peut-être libérés hors des stades ivoiriens. L’environnement du football ivoirien est stressant pour tout le monde:,dirigeants, athlètes, public, journalistes. Finalement, l’ASEC Mimosas porte la charge du football ivoirien. Elle s’en sort mieux parce que son organisation et l’expérience de ses dirigeants lui permettent d’avancer, même en eaux troubles. »

 

Olivier ASSEMAN (Supersports)
« L’ASEC Mimosas peut jouer la phase de poules »

 « Si malgré ses difficultés en Ligue 1, l’équipe de l’ASEC Mimosas a pu se qualifier pour les 16es, puis pour les 8es de finale de la Ligue des champions, c’est parce qu’elle dispose d’une bonne dose d’expérience sur le plan africain que les autres clubs qui ont représenté la Côte d’Ivoire dans les compétitions interclubs de la CAF de cette année tels que l’Africa Sports, l’AS Tanda et le SC Gagnoa n’ont pas. L’équipe de l’ASEC Mimosas sait tirer son épingle du jeu devant un petit public comme dans un stade plein et chaud. Quant à celle de l’Africa Sports, elle ne s’en est pas sortie parce qu’elle n’a plus le coffre de ses devancières. L’ASEC Mimosas s’appuie aussi sur une bonne organisation qui lui permet de gérer à la fois ses matches des compétitions nationales et ceux des compétitions continentales. Si l’ASEC Mimosas croit en son destin, elle peut jouer la phase de poules. »

 

ADOU Mel (Le Quotidien d’Abidjan et Afrikipresse (France)
« L’ASEC Mimosas a montré sa capacité à gérer ses matches de Coupe d’Afrique chez l’adversaire »

« L’ASEC Mimosas a tout simplement montré sa capacité à négocier ses matches de Coupe d’Afrique, surtout ceux qu’elle a joués chez les adversaires. Aujourd’hui, presque tous les joueurs ayant pratiquement le même niveau, la différence se fait sur des détails tels que le mental, la récupération des joueurs, la bonne gestion des matches du championnat et ceux de la Ligue des Champions, etc. Les grands noms ne comptent plus. Maintenant, l’ASEC Mimosas a-t-elle des chances d’accéder à la phase de poules et pour cela sur quelles qualités devra-t-elle s’appuyer pour passer l’obstacle d’Al Ahly Tripoli ? Tout dépendra du travail effectué par l’entraineur. L’équipe n’ayant pas de grands joueurs capables de faire à eux seuls la différence, c’est tout le groupe qui doit se montrer solide, soudé et solidaire. Il doit aussi être costaud dans le jeu.»

 

SANH Sévérin (Abidjan Sports)
« L’ASEC Mimosas a ses repères sur la scène continentale »

« L’ASEC Mimosas est l’équipe ivoirienne la plus constante sur la scène africaine. Même si ces dernières saisons, elle n’a pas montré grand-chose, elle a ses repères sur la scène continentale. Mieux, elle n’a pas la même pression en Ligue africaine des champions qu’en Ligue 1, où les dirigeants veulent coûte que coûte reconquérir le titre de champion de Côte d’Ivoire. En Ligue des champions, les jeunes joueurs de l’effectif actuel dont une grande partie est composée d’ex pensionnaires de l’Académie MimoSifcom n’ont pas la pression. Ils savent qu’ils sont en apprentissage et qu’on ne leur en voudra pas d’avoir échoué donc ils jouent tous les coups à fond. En plus, le système de jeu de l’équipe est plus musclé en Ligue des champions puisque l’ASEC Mimosas joue en 5-3-1. Les couloirs sont bien bouclés, la défense est très soutenue. Cela rend l’équipe plus costaud. Tout cela l’a aidée à rester en vie là où l’Africa Sports d’Abidjan, le Sporting Club de Gagnoa et l’AS Tanda sont tous tombés. »

 Propos receuillis par KONE Ismaël

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

1 × 2 =