« Notre club est chaque jour un peu plus fort »

Comme de coutume et à chaque début d’année, Benoît YOU, le Directeur Général de l’ASEC Mimosas, dresse le bilan des activités du club avant de donner les grandes lignes des perspectives de l’année en cours. Cette année encore et à travers les médias du club que sont le magazine, le site internet et la radio, il s’est largement étalé pour communiquer sur ce bilan qu’il trouve positif, dans l’ensemble.  Interview

Quel bilan tirez-vous de l’année 2015 pour l’ASEC Mimosas ?

Comme vous le savez, les activités de l’ASEC Mimosas sont nombreuses et il est difficile de faire un bilan général. En effet, certaines activités peuvent avoir un bilan positif quand d’autres ont connu des résultats négatifs.

Cependant, une chose est certaine, notre club est, chaque jour, un peu plus fort et ne cesse de consolider ses acquis.

 Commençons donc par le bilan sportif du club.

Il est effectivement important de commencer par ce qui constitue le cœur de notre activité et il s’agit bien du domaine sportif.

Félicitons d’abord la Section volley-ball féminine pour ses 3 titres remportés en 2015. Il est important de le rappeler car notre club a toujours été omnisports, même si nous nous sommes concentrés sur le football depuis une quinzaine d’années.

Concernant l’équipe professionnelle de football, il faut être clair: la saison 2015 n’a pas été une bonne saison et pour la première fois depuis 1989, notre club n’a remporté aucun titre national ou international. Il est évident que ce n’est pas digne de notre rang et nous nous employons à prendre les bonnes décisions afin de redevenir compétitifs.

Cela passe par un travail encore plus important au niveau de la formation de nos joueurs. A ce titre, les résultats obtenus par l’Académie MimoSifcom, en fin d’année 2015, lors du TIDA, sont encourageants et nous laissent penser que l’avenir est prometteur.

Une des missions de notre Association est également de participer au développement de la pratique sportive et à travers les activités loisirs proposées à Sol Béni (Football, Tennis, Basket, Taekwondo, Judo, Natation, Gymnastique, Eveil au Sport, Zumba …), nous œuvrons de manière significative dans ce domaine. C’est une grande fierté pour notre club de permettre le développement de la pratique sportive auprès des populations, ce qui est gage de santé et de bien-être.

C’est donc un bilan sportif mitigé. Qu’en est-il du bilan des autres activités du club ?

En ce qui concerne les activités gérées avec le groupe Iroko avec lequel nous sommes en partenariat pour la gestion de l’Hôtel, du restaurant et de l’activité évènementielle, la première année d’exploitation a montré leur potentiel certain du fait de la qualité des investissements réalisés et de la situation géographique du complexe.

Une amélioration de la qualité du service a été remarquée même si les résultats financiers ne sont pas encore suffisants. Il faut également noter que nous devons faire face à une difficulté d’accès qui pénalise fortement cette activité mais nous espérons que des travaux de bitumage seront entrepris bientôt pour désenclaver Sol Béni.

Au niveau de la Communication, la situation est également assez difficile en ce qui concerne le magazine Mimosas, dont les chiffres de vente sont très bas, suivant en cela les chiffres d’affluence au stade. La Radio RJN poursuit quant à elle son développement et séduit chaque jour un peu plus d’auditeurs, amateurs de sport en Côte d’Ivoire. Il en va de même pour les annonceurs et les fédérations sportives.

Depuis le début de l’année 2015, nous avons attaché une attention particulière aux nouveaux médias et notamment aux réseaux sociaux. Ainsi, nous sommes passés de 3.000 à 21.000 « abonnés» à notre page Facebook au cours de l’année. Cet effort devra être poursuivi car il s’agit là des outils de communication de demain.

2015 a également été l’année au cours de laquelle les installations sportives de Sol Béni se sont encore développées.

Vous avez raison. L’espace M’BAHIA Blé Kouadio a vu le jour avec ses 3 terrains synthétiques. Ce fut une avancée remarquable pour notre complexe sportif. Cela a permis à nos joueurs et à nos visiteurs de pouvoir jouer dans de meilleures conditions et c’est très important.

Puisque vous parlez des installations, il ne faut pas oublier que l’ASEC Mimosas est propriétaire du site où se situe le siège du CNACO à Treichville-Arras et que ce siège a été totalement rénové en 2015, à l’initiative du Président du CNACO, Monsieur MESSOU Kouablan. De lourds travaux y ont été effectués et ont permis au CNACO de retrouver de l’éclat pour le grand bonheur des Actionnaires.

Enfin, l’ASEC Mimosas a signé de nouveaux partenariats en 2015. Comment expliquez-vous cet attrait des entreprises pour votre club ?

Nous travaillons depuis très longtemps avec les grandes entreprises pour participer au développement de leur image. Lors de nos échanges, il revient constamment l’importance pour ces entreprises de s’associer avec des structures qui gagnent, qui sont des modèles de réussite ou qui mènent une action sociale forte. L’ASEC Mimosas représente tout cela. A cela, il convient d’ajouter la stabilité de l’équipe dirigeante et l’image d’un club qui est managé.

Je tiens ici à remercier tous nos partenaires qui nous font confiance depuis plus de 25 ans pour certains. Un grand merci également à ceux qui nous ont rejoins cette année, notamment le groupe NSIA, OILYBIA, le groupe UTB, MILO, SOLIBRA … Cela démontre l’attrait pour notre club et soyez certains que nous continuerons à participer au développement de leur image. 

Il est intéressant de noter que certains nouveaux partenaires se sont rapprochés de l’ASEC Mimosas pour les nouvelles activités développées, ce qui montre qu’il est fondamental d’innover en permanence.

 Après un début de saison sportive 2016 compliqué, quelles sont les perspectives pour l’ASEC Mimosas pour cette année ?

Le championnat ne fait que débuter et nous ferons les comptes en fin de saison. Cependant, les objectifs sont clairement annoncés et cela démarrera par la Ligue des Champions dans quelques semaines au Tchad.

Comme l’a indiqué Me Roger OUEGNIN lors de ses vœux, je partage son optimisme quant à l’avenir de notre club. Je suis certain que le plus dur est derrière nous, tant au niveau sportif qu’au niveau financier même s’il faudra prendre les bonnes décisions concernant certaines activités en difficulté.

Au niveau sportif, notre expérience et la qualité de nos jeunes issus du centre de formation doivent nous permettre de retrouver les sommets au plus vite.

Au niveau des autres activités, les lourds investissements réalisés au cours des dernières années devraient porter leurs fruits et permettre au club de réduire ses déficits pour atteindre l’équilibre budgétaire. L’amélioration des procédures tant administratives que comptables et financières vont également nous aider dans notre gestion quotidienne.

Ainsi, dans un souci de performance, nous avons sollicité des compétences extérieures afin de procéder à des audits poussés de certaines de nos activités dans le but d’avoir une visibilité claire sur leur efficacité et prendre les mesures qui s’imposent.

 Un dernier mot pour les Actionnaires ?

Ils sont le cœur de l’ASEC Mimosas et même s’ils ne se déplacent plus très nombreux au stade, je sais que leur amour pour notre club n’est pas mort. Une récente enquête nationale a été menée pour connaître le club de cœur des ivoiriens et j’ai été très heureux de lire que l’ASEC Mimosas reste loin devant tous les autres clubs, qu’il s’agisse de clubs ivoiriens ou d’autres clubs africains et européens. C’est un signe important sur lequel nous devons continuer de nous appuyer.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

6 + cinq =