« Nous poursuivons la sensibilisation »

Les Actionnaires montrent peu d’engouement pour l’Opération 600 000 Actionnaires sans doute à cause du début de saison très moyen de l’ASEC Mimosas. Mais, le Président du CNACO, MESSOU Kouablan, est convaincu de mener à bien ce projet. Voici les raisons de son optimisme.

 – Monsieur le Président, comment se déroule l’Opération 600 000 Actionnaires que vous avez lancée, le samedi 28 novembre dernier, à Niablé ?

– Pour être honnête avec vous, l’opération se déroule timidement. On ne sent pas encore l’engouement des Actionnaires. Mais cette réaction timide des Actionnaires se comprend. Les 6 premières journées de Ligue 1 n’ont pas été favorables à l’ASEC Mimosas. Celle-ci a enregistré 1 victoire, 4 matches nuls et 1 défaite. Nous espérons qu’elle retrouvera ses marques dès la reprise de la Ligue 1 pour renouer avec les victoires. Cela pourrait amener les Actionnaires à s’impliquer davantage dans nos actions. En attendant, nous ne baissons pas les bras. Nous continuons à faire la sensibilisation.

 – Les débuts difficiles de l’ASEC Mimosas en Ligue 1 et la tiédeur des Actionnaires face l’Opération 600 000 Actionnaires sont certainement en-dessous de vos attentes. Etes-vous déçu ?

– Je ne suis ni déçu, ni découragé. Je peux même vous dire que les montants enregistrés dans l’Opération cartes de membres individuels et dans l’Opération 600 000 Actionnaires sont acceptables malgré les résultats moyens de notre équipe. Ces deux opérations ne sont qu’à leurs débuts. Nous avons 121 localités à visiter. Nous n’en avons visité que 3, notamment Niablé, Aboisso et Korhogo. Je pense que les choses iront nettement mieux dans les mois à venir. Nous sommes patients. Nous faisons un travail de fourmi pour réveiller les Actionnaires après une longue période de léthargie. De plus en plus d’Actionnaires nous appellent. Ils nous disent qu’ils comprennent notre concept. Qu’ils vont nous apporter leur contribution. Mais ils souhaitent que l’ASEC Mimosas renoue avec les victoires. Si cela se fait dès la reprise, notre équipe professionnelle nous aidera énormément à atteindre nos objectifs.

 – La collecte des fonds à travers le système d’Orange Collecte ne se heurte-t-elle pas à la méfiance des Actionnaires qui veulent bien payer les 2400f CFA, mais n’ont pas confiance aux nouvelles technologies ?

– Vous savez, les choses évoluent avec la technologie et il faut s’y faire. Ce que vous dites est réel. Je vais vous raconter une anecdote qui confirme vos propos. Un Actionnaire de Soubré a payé une partie de ses 2400f CFA en nous envoyant 1000f CFA sur notre compte Orange Collecte. Lorsque nous avons reçu cette somme, je l’ai appelé pour lui dire merci. Il s’est étonné en disant «Ah bon, vous avez reçu les 1000f CFA ? Maintenant que je sais que ce compte est réel, je vais payer ma cotisation. J’étais juste en train de faire un essai pour m’assurer que cet outil de collecte des fonds marche effectivement». Tout début est difficile. Mais en insistant sur notre concept, notre action finira par aboutir. 2400f CFA, ce n’est pas la mer à boire. J’ai expliqué aux Actionnaires de Korhogo qu’ils peuvent payer les 2400f CFA par tranches, soit 200f CFA par mois ou 600f CFA par trimestre. Nous essayons de faciliter la tâche aux Actionnaires. Nous essayons de leur faire comprendre que s’ils le veulent, ils peuvent payer cette cotisation qui est à la portée de tout le monde. Je suis convaincu qu’au fur et à mesure que nous leur expliquerons nos idées, ils vont payer les 2400f CFA.

 – Après Niablé, Aboisso, puis Korhogo, où vous rendrez-vous pour prêcher la bonne parole de l’ASEC Mimosas ?

– La prochaine commune où nous nous rendrons pour sensibiliser les Actionnaires sera celle de Port-Bouët. J’ai reçu également des appels des Actionnaires de Sandégué et de Bouna qui souhaitent nous recevoir chez eux. Nous irons partout où les Actionnaires nous inviteront pour chercher les moyens devant permettre à l’ASEC Mimosas de rejouer les premiers rôles en Côte d’Ivoire et en Afrique.

 -Quel est votre mot de fin ?

– Je voudrais demander aux Actionnaires de prendre leur club en main, de tendre vers « Je suis ASEC Mimosas ». C’est la seule et unique voie que nous avons pour donner à notre club les moyens de ses ambitions. Nous sommes une association privée. Nous devons chercher nous-mêmes nos propres financements. Ce que nous leur demandons n’est pas difficile. C’est 10f CFA par jour ouvrable. Je sais que les Actionnaires aiment leur club. Je suis convaincu qu’ils vont mettre la main à la poche et nous permettre de relever ensemble les défis que nous nous sommes fixés.

 

Interview réalisée par K.I

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

3 − 2 =