Un joyau à préserver

S’étendant sur une superficie de 8 hectares et comprenant un bâtiment abritant les bureaux et les vestiaires de l’équipe professionnelle, deux grands terrains de football en gazon naturel, trois petits terrains en pelouses synthétiques, des dortoirs et des salles de classe pour l’Académie MimoSifcom, un hôtel de luxe, un bâtiment du service communication abritant la rédaction du magazine ASEC Mimosas, du site Internet et les studios de RJN, la radio du club, Sol Béni, le complexe sportif de l’ASEC Mimosas, acquis il y a une vingtaine d’années, fait la fierté de l’ASEC Mimosas.  Mais le club vient de céder une partie de ce magnifique complexe sportif à son partenaire, le Groupe Sifca, à cause des difficultés de trésorerie. Les Actionnaires vont-ils rester indifférents ou voler au secours de leurs dirigeants pour les aider à préserver ce joyau?

Le Président Roger OUEGNIN l’a annoncé aux Actionnaires, à la dernière Assemblée Générale Mixte de l’ASEC Mimosas tenue, le dimanche 23 août dernier, sous le chapiteau de Sol Béni, avec une voix empreinte de grande déception. « C’est la dernière fois que nous tenons notre Assemblée Générale à cet endroit, sous le chapiteau. Nous avons été contraints, à cause des difficultés de trésorerie, de vendre à notre partenaire, le Groupe Sifca, une partie de Sol Béni qui comprend cet endroit où est dressé notre chapiteau. Mais nous avons d’autres endroits à Sol Béni, où nous pourrons dresser notre chapiteau ». La nouvelle avait plongé l’assemblée dans un silence de plomb. Les inconditionnels du club, ceux qui, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, sont toujours autour de leur club, ont accusé le coup. Mais à qui la faute ?

 L’appel de l’AGO du 17 août 2014 est resté lettres mortes

 Et pourtant, un an auparavant, lors de l’Assemblée Générale Ordinaire du dimanche 17 août 2014, Me Roger OUEGNIN, le PCA de l’ASEC Mimosas, avait informé les Actionnaires que les charges de fonctionnement de l’ASEC Mimosas sont de plus en plus élevées. Le club a besoin de 100 millions de francs CFA par mois pour y faire face. Les entrées financières se font rares. Où trouver l’argent? MESSOU Kouablan, alors Coordonnateur du CNACO, avait espéré que dans un sursaut d’orgueil, les Actionnaires sauveraient la situation grâce à un plan de sauvetage simple qui coûterait seulement 2000f CFA l’année à chaque supporter de l’ASEC Mimosas pour éviter la cession d’une partie de Sol Béni. MESSOU Kouablan avait alors multiplié les appels à la mobilisation, à l’esprit de famille et au sursaut d’orgueil pour sauver la situation. Ses appels de l’AGO du dimanche 17 août 2014 et ceux d’après sont restés lettres mortes.

 Quel héritage pour les générations futures ?

 Le Président Roger OUEGNIN, en guide visionnaire et bâtisseur a construit un grand club pour les Actionnaires en 26 ans. En plus de bâtir le club, il a embelli son palmarès, en a fait l’un de ceux qui peuvent se targuer d’avoir remporté au moins une Ligue des champions et une Supercoupe d’Afrique des clubs. Il a beaucoup donné et fait sa part en pensant aux générations actuelles et futures comme il l’a fait savoir à la dernière AGM, du dimanche 23 août passé. « Ce qui m’importe aujourd’hui, avait-il déclaré, c’est de laisser un club fort aux générations futures (…) On me reproche de m’accaparer l’ASEC Mimosas. Ce n’est pas vrai. L’ASEC Mimosas ne m’appartient pas. Les biens de l’ASEC Mimosas ne m’appartiennent pas. L’ASEC Mimosas appartient aux Actionnaires. C’est parce que les Actionnaires ont besoin d’être guidés qu’ils m’ont chargé de le faire depuis 1989 quand j’avais 38 ans. Et je fais ce que je peux pour mériter leur confiance. Sachez que l’essentiel, ce n’est pas moi, Maître Roger OUEGNIN, mais l’ASEC Mimosas et vous les Actionnaires, le merveilleux public de ce grand club ».

 Préserver Sol Béni, c’est préserver la pérennité de l’ASEC Mimosas

 Par leur bouderie et leur indifférence, les Actionnaires veulent-ils ramener l’ASEC Mimosas, le club de leur cœur à ce qu’il était avant l’ère Roger OUEGNIN, où l’ASEC Mimosas était un club SDF (sans domicile fixe), errant à la recherche de terrains de fortunes pour s’entraîner? Que l’on médite cette pensée du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, le père fondateur de la Côte d’Ivoire : « Le vrai bonheur, on ne l’apprécie que lorsqu’on l’a perdu. Faisons en sorte à ne jamais perdre le nôtre, mais plutôt à le préserver, à le renforcer sans cesse par le travail dans l’union et la discipline ». En aidant Me Roger OUEGNIN à préserver Sol Béni, les Actionnaires contribueront à préserver et à renforcer le bonheur et la fierté de leur club. Ils laisseront ainsi un grand héritage aux futures générations de supporters mimosas.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

15 − sept =