« Nos tests sont encourageants »

La terrasse du CNACO où l’on vend des repas et des boissons et la salle de jeux sont ouvertes au public, depuis quelques semaines, pour permettre aux responsables de cette structure de l’ASEC Mimosas de se faire une idée de l’affluence et des besoins des clients en attendant que le bar climatisé ouvre à son tour, demain vendredi, pour un test. Mais déjà, « les débuts sont encourageants », estime MESSOU Kouablan, le Coordonnateur du CNACO. Voici ce qu’il nous a confié à ce propos.

 Vous avez annoncé, il y a quelques semaines, que vous ouvririez la terrasse du CNACO pour un test. Quand ce test a-t-il débuté et comment se déroule-t-il ?

Le test de notre terrasse a débuté le jeudi 16 juillet dernier. Nous servons des sucreries, de la bière et du vin. Nous servons aussi des repas africains les midis. Pour les boissons, les ventes sont assez bonnes. Nous vendons une dizaine de casiers par jour. C’est concernant les repas que les ventes sont moins bonnes parce que beaucoup de personnes ne savent pas que nous servons des repas sur notre terrasse. Mais je pense qu’à ce niveau, les choses vont s’améliorer. Pour un test, les débuts sont encourageants.

Quelles sont les objectifs que vous vous êtes fixés dans la vente des boissons et des repas ?

Comme objectifs de départ, on aurait voulu commencer à vendre 50 plats et 15 casiers de boisson par jour. Grâce à une bonne communication, nous atteindrons rapidement ces objectifs. La propreté de notre terrasse et la qualité de nos services nous aideront également à attirer beaucoup de consommateurs.

Peut-on avoir une idée des repas africains qui sont servis au CNACO ?

Les repas africains que nous servons sont le tchep, le foutou banane, le riz, le kabato, le foufou, l’attiéké avec la sauce graine, la sauce claire, la sauce arachide, le gouagouassou ou le gnagnan.

 Y sert-on aussi des repas européens ?

Non, pas pour le moment parce qu’autour de nous, ce sont les repas africains qui sont demandés. Mais nous pourrons servir des plats européens à la demande des clients.

Quels sont les prix des repas et des boissons ?

Le prix minimum des repas que nous servons est 2500f CFA en raison du cadre propre, agréable et reposant de notre terrasse et en raison de la qualité des plats que nous servons. Les prix des boissons que nous vendons sont aussi à la portée de tout le monde.

Le bar climatisé est-il prêt aussi à accueillir les clients? Allez-vous le mettre en test ou allez-vous l’ouvrir après la réouverture officielle du siège du CNACO ?

Nous allons le mettre en test dès demain vendredi pour savoir ce que recherchent les personnes qui s’y rendront. Nous allons y servir du whisky, du gin, du vin, etc., mais à partir des demandes, nous adapterons nos boissons aux besoins de nos clients. Nos prix seront conformes à ceux du marché ivoirien en termes de bar climatisé.

Qu’en est-il de la salle de jeux ?

Elle est aussi en test. Elle est ouverte, mais elle n’est pas encore connue. Je dois rencontrer les responsables de Lydia Ludic pour mettre en place, d’un commun accord, une vigoureuse campagne de communication pour mieux faire connaître notre salle de jeux. A l’ASEC Mimosas, nous sommes toujours les pionniers dans les projets de développement du sport en Côte d’Ivoire. C’est aussi la première fois qu’un club sportif s’associe à une entreprise de jeux pour créer une salle de jeu comme la nôtre. Les Actionnaires peuvent s’y rendre pour jouer et gagner beaucoup d’argent s’ils ont la chance.

Vous aurez des charges élevées. Pensez-vous que les ventes du CNACO permettront de les couvrir ?

Nous allons nous battre pour réduire nos charges au maximum et générer des fonds pour aider l’ASEC Mimosas. Aider le club à avoir de l’argent pour financer ses activités est notre objectif majeur.

Que pouvez-vous dire pour clore cet entretien, Monsieur le président ?

 Nous aimons notre club. Nous avons créé ce nouveau cadre qui est un projet pilote dans notre souci de rechercher les moyens pour aider l’ASEC Mimosas à se construire davantage. S’il devient une réussite, nous allons en réaliser d’autres dans la ville d’Abidjan. Cela nous permettra de créer des emplois et des lieux où les Actionnaires pourront se retrouver pour parler du sport et de leur club. J’invite donc les Actionnaires de Treichville, de Port-Bouët, de Koumassi, de Marcory, du Plateau, d’Adjamé, d’Attécobé, de Cocody, d’Abobo, de Yopougon à venir boire et déjeuner au CNACO pour soutenir leur club.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

deux × trois =