« … faire progresser nos jeunes, pour observer un résultat … »

Avant de prendre son envol pour la France, son pays, pour les vacances de fin de saison, Julien CHEVALIER, le Responsable de la Formation à l’Académie MimoSifcom nous a accordé cette interview dans laquelle, il retrace le cours de ses activités de la saison écoulée et donne des indications sur ce que sera la saison prochaine. Interview.

 Bonjour Coach ! L’Académie MimoSifcom est officiellement en vacances depuis le début de la semaine dernière, mais nous vous trouvons encore dans vos bureaux. Que faites-vous encore dans ces lieux ?

La saison est sportivement terminée pour les pensionnaires, mais il y a encore tout un travail de bilan et de « préparation du terrain » à effectuer pour la saison prochaine. Nous avons finalisé le recrutement. Avec l’ensemble de mon staff, nous faisons le point de la saison et échangeons sur les améliorations que l’on pourrait apporter dès la reprise. J’ai toujours du mal à m’arrêter et je tenais à suivre un peu plus longtemps, malgré un calendrier sans cesse retardé, le dénouement de la saison en Ligue 1 et les performances de nos jeunes joueurs prêtés. Après un dernier point avec les dirigeants, le mardi, et le match en retard des quarts de finale de la Coupe nationale, le mercredi, viendra le moment pour un peu de repos.

 Justement, parlant du bilan, quels sont vos sentiments sur la saison, tant sur le plan technique, scolaire que médical ?

Il est difficile de s’évaluer, soi-même. Mais, j’ai le sentiment que nous avons fait de notre mieux et l’impression que le bilan est encourageant. Mais, il revient aux dirigeants de le juger. L’année dernière, nous avons eu une fin de cycle avec beaucoup de joueurs qui sont passés dans le monde professionnel et qui évoluent dans différents clubs, au sein de l’élite, en Côte d’Ivoire. C’était déjà un grand pas qui nous avait obligés à renouveler et rajeunir l’effectif de l’Académie MimoSifcom. Nous avions fait le choix de rajeunir le groupe et donner la possibilité à nos ex-pensionnaires de s’aguerrir à l’extérieur et de revenir dans le groupe professionnel de l’ASEC Mimosas plus tard. Nous avons donc travaillé, cette saison, avec un groupe assez jeune et nous savions que cela allait nous demander du temps pour les amener à postuler pour l’équipe première. On a l’impression de répéter la même chose tous les ans, mais cela est logique, puisque le groupe change avec pour but d’envoyer le plus régulièrement possible des joueurs vers le groupe pro.

Après, ce genre de bilan reste assez subjectif et demande un peu de recul. Nous ne sommes pas sur un plan purement comptable de victoires et de défaites, qui pourrait fausser la vision de notre bilan, mais plutôt dans un projet qualitatif. Nous avons participé à des compétitions qui n’étaient pas prioritaires pour nous. Le TIDA a été annulé et nous avons été obligés de mettre fin, à mi-parcours, à notre participation au championnat des U20 organisé par la FIF, alors que nous étions en tête de notre groupe. Notre objectif est de travailler le mieux possible et je pense que nous avons cherché à faire progresser nos jeunes, chaque jour, pour observer le résultat, après des années d’efforts.

Sur le plan scolaire, les résultats de l’Académie MimoSifcom ont été révélés dernièrement avec un résultat très positif (75% de réussite). C’est à bien souligner car, l’ASEC Mimosas fait beaucoup d’efforts pour l’éducation, la formation des jeunes, et aussi, sur le plan social et scolaire. Ces résultats mettent en avant le travail de nos professeurs.

 Pour chiffrer le bilan qui vous intéresse principalement, nous sommes à même de proposer 3 joueurs qui pourront intégrer le groupe professionnel, en cette fin de saison, après des tests. C’est acceptable, quand on sait que le pourcentage de réussite est de 16 %, en France, pays formateur dont les joueurs sont les plus représentés à l’exportation, dans les 5 grands championnats européens avec des moyens sans communes mesures à nos difficultés quotidiennes.

 Au niveau médical, nous avons mis en place un staff qui a été augmenté et réorganisé pour être plus performant et plus proche des joueurs. Malheureusement, ça ne pouvait pas empêcher les sérieux cas de blessure pour deux jeunes en qui nous fondions beaucoup d’espoir pour passer en professionnel, cette saison. Mais, on n’y peut rien et nous devons juste essayer de les suivre le mieux possible pour les accompagner vers une guérison optimale.

 Avec du recul, ne regrettez-vous pas d’avoir pris la décision de vous retirer du championnat U20,  privant ainsi vos joueurs de la compétition ?

J’aime la compétition, mais ce n’est pas une priorité. Il faut, surtout qu’elle ait de la valeur. La plus grande compétition doit être quotidienne afin de devenir meilleurs que ce qu’ils sont. Et puis, ce qui se passe actuellement nous donne raison. Le championnat est toujours à l’arrêt et on ne sait pas quand qu’il reprendra. A priori, ce n’est même pas sûr qu’il reprenne. Plutôt que d’être dans l’attente, nous avons pris le risque d’avoir « raison tous seuls », mais nous avons voulu donner de la cohérence à ce que nous proposons à nos jeunes. Ils vont pouvoir se reposer en même temps que les enfants de tout le pays (une partie des vacances scolaires) pour reprendre le travail, en septembre et avoir un calendrier cohérent par rapport aux saisons professionnelles normales. Maintenant, on s’aperçoit même que la fin de la saison pour le groupe professionnel est prévue pour le 16 août prochain… C’est difficile si on doit s’adapter à la Fédération et nous avons préféré maîtriser les délais. Après, j’ai eu la chance de rencontrer le nouveau Directeur Technique National, récemment, et nous espérons que les choses s’amélioreront. Nous ne sommes pas fermés à participer au championnat et à collaborer au mieux avec la Fédération. Mais il faut que les choses soient cohérentes et que le travail effectué par les clubs soit respecté.

 Pouvez-vous nous faire un point sur la détection qui s’est pratiquement étalée sur toute la saison ?

Tous les ans, c’est un renouvellement, comme je l’ai déjà signalé. En effet, nous avons travaillé pendant un an sur la détection avec de nombreuses étapes dans les quartiers pour essayer d’être au plus près possible des jeunes, du potentiel à détecter. Nous nous sommes donnés le plus de moyens possibles avec les conditions que nous avons. J’ai dû compenser le départ de Steve VILMIAIRE qui était très présents dans les quartiers, sur les matches de compétition. Le travail s’est déroulé avec une quinzaine d’étapes dans des quartiers avant de convoquer les joueurs retenus, à Sol Béni. Nous avons également fait une évaluation de notre effectif actuel et certains ont malheureusement été libérés (7) pour intégrer une douzaine de jeunes joueurs. De jeunes joueurs en qui nous avons détecté un certain potentiel. Maintenant, il va falloir que ceux-ci se préparent à travailler pour développer ce potentiel. C’est l’éternel recommencement de l’activité des formateurs et de l’équipe de l’Académie MimoSifcom. Et c’est toujours la grande interrogation que nous rencontrons tous les ans. Nous recrutons des joueurs qui ne savent pas réellement ce que c’est que de devenir professionnel et le travail que cela demande. Malheureusement, certains s’aperçoivent qu’ils ne sont pas capables de relever le défi.

 Quel sera le sort des joueurs de l’Académie MimoSifcom prêtés dans les différents clubs, la saison dernière ?

Ce qui fait d’abord plaisir, pour les avoir suivis cette saison, c’est de s’apercevoir que bon nombre de ces jeunes jouent régulièrement dans leur club. Et, on a pu le constater, le week-end dernier, lors du choc AFAD-ASEC Mimosas (24e journée de la Ligue 1) qu’ils évoluent plutôt bien, et se sont même permis de nous poser des problèmes en marquant, à l’aller (TRAORE Baba Lamine ; 11e journée), comme au retour (KRAMO Kouamé Aubin). C’est intéressant pour eux, pour l’Académie MimoSifcom et pour l’ASEC Mimosas! J’avais souligné, en début d’exercice, que le défi principal de l’Académie, cette saison, était entre les mains de ses joueurs. Nous espérions les voir confirmer pour redonner une impulsion au club et prouver que nous pouvons nous appuyer sur le travail qui est entrepris à l’Académie MimoSifcom. Je pense que nous ne travaillons pas moins et pas moins bien que les autres. Mais, pour voir les jeunes joueurs éclore, il faut prendre le risque de leur faire un peu de place. Il faudra donc étudier la situation de ces jeunes et s’interroger sur la possibilité de les voir revenir en faisant confiance à certains, dans le groupe professionnel de l’ASEC Mimosas, la saison prochaine.

 Quel est, pour vous, l’évènement marquant de votre saison ?

Nous avons très peu de temps pour être en contemplation. Le travail est énorme et continu, sur le terrain. Le travail de recrutement et d’observation m’a pris encore plus de temps.  J’ai également tenu à suivre les jeunes que nous avons prêtés en Ligue 1 et en Ligue 2. Il y a tellement de choses à faire et à observer que nous admirer est impossible. L’évènement le plus marquant de la saison serait la débauche d’énergie que nous avons mise avec mon équipe pour faire de notre mieux, parce que, ce n’est pas facile de travailler et guider les jeunes au quotidien.

 Quelles sont les perspectives pour la saison prochaine ?

Pour la saison prochaine, on va d’abord suivre l’évolution des choses en cette fin de saison, car, nous faisons partie intégrante du club. Nous en tirerons des enseignements pour améliorer le travail. Mais la seule perspective dont je sois sûr, c’est qu’il faut continuer à travailler dur, comme nous le faisons, en nous servant des expériences que nous offre le quotidien pour nous perfectionner.

 Un dernier mot ?

Mes derniers mots vont à l’endroit de tous les membres de la GRANDE équipe de l’Académie MimoSifcom. Merci et bravo, pour le travail abattu, pour leur dévouement et leur patience à mener à bien la formation et l’éducation de nos jeunes pensionnaires. Je leur souhaite de bonnes vacances en attendant de nous retrouver, plein d’énergies, pour reprendre cette mission.

Interview réalisée par H.K

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

5 × deux =