« Nous décidons d’anticiper l’arrêt de notre participation»

L’équipe des U20 de l’ASEC Mimosas constituée par les jeunes de l’Académie MimoSifcom, a mis fin à sa participation au championnat de sa catégorie U20 organisé par la FIF. Julien CHEVALIER, Responsable de la Formation à l’Académie MimoSifcom, nous en donne les raisons dans cette interview.

Coach, pouvez-vous nous faire un point de la situation du Championnat U20 auquel participe l’Académie MimoSifcom ?

Disons que la situation est assez floue. Et, même si on ne peut pas dire que nous ne nous y attendions pas, car nous avons l’habitude de ce genre de mauvaises surprises… l’organisation arrive, hélas, toujours à nous surprendre !

On vous a laissé sur un match nul malheureux contre Bouake FC, le lundi 15 Juin dernier, et vous n’avez plus joué depuis.

C’est le cas, en effet, pour ce qui concerne la compétition organisée par la FIF ! Même si, en réalité, nous aurions dû jouer, mais nous ne l’avons pas accepté. Pendant que nous prenions part, sur le terrain, à notre dernière rencontre de championnat, la Fédération nous informait, par mail, comme c’est la pratique ici, qu’elle avait décidé de reprogrammer notre match en retard (l’ASEC avait demandé le report de son match du 8 juin dernier, contre le Stella Club, placé en pleine semaine d’examens scolaires (BEPC)).

Mais, vous ne vous êtes pas présentés à cette rencontre et vous avez été déclarés forfait.

Nous n’avons pas souhaité mettre nos jeunes en danger, principalement… Nous avons fini le match de lundi avec des blessés et des malades, et rejouer le mercredi matin (46 heures après la fin du match) n’était pas vraiment raisonnable. Surtout que nous n’avons reçu l’information que le lundi après-midi. Mais, c’est, hélas, caractéristique du manque d’anticipation des décideurs… et des difficultés rencontrées, en conséquence, par les clubs. Nous avons pourtant demandé un nouveau report, puisqu’en plus, les règlements de la Fédération interdisent pourtant cela (Article 50 du règlement spécial : « un joueur ne peut prendre part à plus d’un match en l’espace de 48 h sous peine de sanctions ». J’ai comme l’impression, que quand l’ASEC  Mimosas se tourne vers la Fédération, les choses deviennent trop compliquées, même pour appliquer le règlement.

Mais, Que faites-vous pour la suite de la compétition ?

Nous décidons d’anticiper l’arrêt de notre participation.

Comment ?

N’ayant pas reçu de réponse à nos différentes demandes officielles depuis le début de la compétition, nous pensons que nous n’en aurons, sûrement pas, encore, cette fois-ci. La vocation des clubs n’est pas d’aller jouer des matchs dans n’importe quelles conditions, juste pour satisfaire les exigences que tente de remplir la Fédération, pour obtenir ses financements… Il faut, surtout, que la Fédération ait plus d’intérêt pour le football des jeunes et un minimum de considération pour les pratiquants, les clubs et qu’elle tienne compte de ces derniers pour mettre en place son organisation. Les dirigeants sont dans une réalité trop différente de celle des pratiquants, on dirait.

 

Pouvez-vous nous expliquer un peu plus précisément, les raisons qui vous poussent à prendre cette décision ?

Depuis l’entame de la saison sportive, nous avons attendu le début des compétitions de jeunes. Jusqu’ à la fin du mois d’avril, nous n’avons rien vu venir. Déjà, on ne peut pas dire que cela nous convenait, puisque cela vient perturber toute organisation logique de notre structure. Pourquoi le debut de la saison sportive n’est pas la même pour le groupe professionnel et l’académie du même club ? C’est le premier exemple des contraintes inexplicables. Puisque, par la suite le déroulement des compétitions se fait en parallèle, chaque week-end. Qu’est-ce qui empêche donc de faire concorder les calendriers ?

Mais, vous avez, tout de même, démarrée la compétition…

La communication de la fédération quant aux dates de démarrage du championnat, son organisation pratique, les conditions de participation, leur forme… restant floues, jusqu’à la veille du début de ces compétitions, ce n’était pas facile de se préparer. Nous jouions les dernières années, le Championnat des réserves qui a, d’ailleurs, été annoncé avant d’être annulé, cette saison. Et, après réflexion, nous avons préféré ne pas frustrer nos jeunes et risquer de les voir se démotiver en les empêchant de participer à ce championnat, leur permettant de se confronter aux autres, c’est pourquoi nous avons accepté de participer, malgré toutes les difficultés à prendre en compte.

Mais, alors, pourquoi arrêtez-vous la compétition maintenant ?

Comme je le dis, l’organisation nous pose beaucoup de problèmes. Et, on en retire peu d’avantages pour le moment.

Quels genres de problèmes ?

Déjà, au quotidien… nous tenons à assurer une scolarité conséquente pour nos élèves. Et, nous avons du mal à comprendre que les jeunes soient sollicités pour jouer en semaine (le lundi ou le mardi), alors qu’ils sont en âge, d’étudier. Nous devons nous organiser depuis le début du championnat avec la bonne volonté des professeurs et modifier notre planification en permanence, puisque la Fédération a refusé nos demandes de voir l’organisation des matchs, moins aléatoire, en jouant chaque semaine au même moment. « Impossible », nous ont-ils dit. Les incompréhensions régulières nous font perdre du temps et de l’énergie. Les licences des jeunes ne sont toujours pas éditées et les clubs payent des photos, chaque semaine et j’imagine que personne ne les regarde, pour compenser un manque qui incombe à la Fédération. Nous avons, par exemple, eu du mal à convaincre la Fédération de déplacer notre rencontre programmée durant la semaine des examens du BEPC. Ils ont d’abord refusé avant de céder. Nous sommes souvent confrontés à ce genre de « conflits » inutiles. Et, c’est usant ! Comme cette proposition de la Fédération pour le match face au Stella Club, où nous sommes déclarés forfaits pour simplement avoir demandé l’application des règlements édités par la Fédération elle-même. On nous explique qu’ils doivent respecter les délais du calendrier. Mais, quand on leur a demandé les dates et échéances en début de compétitions, pour planifier notre fin de saison, ils n’ont pas été à même de nous répondre. Et çà fait quinze jours que le championnat est arrêté. C’est à se demander si ce n’est pas fait exprès ! Je ne vois pas d’autre logique là-dedans.

Vous étiez pourtant en tête de la compétition ?

En effet ! Même si, je l’ai déjà expliqué, ce ne sont pas uniquement les résultats qui nous importent. C’est la manière de les obtenir qui retient notre attention. Les obtenir par de bonnes performances collectives et individuelles doit primer. On ne pourra pas dire qu’on part parce qu’on est en difficultés sportives dans ce championnat (5 victoires et 1 match nul en 6 rencontres, 21 buts marqués contre 6 encaissés). Mais, j’aurais aimé qu’on puisse participer aux 2 derniers matches aller, pour confirmer cette situation. Maintenant, on nous déclare forfait de façon assez étonnante. Cette difficulté ajoutée aux suspensions des rencontres, semaines après semaines, prive les équipes de match, si elles ne peuvent pas s’organiser en urgence. On a donc juste, décidé d’avancer notre arrêt de la compétition.

Comment va s’organiser la suite de la saison ?

Nous pensions déjà à la possibilité de prendre cette décision à la fin des matchs aller, en essayant de terminer en tête et d’être invaincus après avoir rencontré toutes les équipes. Nous avons l’habitude de finir notre année et mettre les enfants au repos durant les congés scolaires. Cette décision va nous permettre de dérouler notre programme avec plus de visibilité. Nos jeunes ont commencé leur saison depuis Septembre, en même temps que la reprise du groupe professionnel. Ils ont besoin de repos et de se changer un peu les idées. Même si ce sont des jeunes gens qui ont une passion, ils ne sont pas différents des autres. Concrètement, j’avais déjà évoqué le fait que les matches amicaux nous permettaient de travailler aussi bien, voire mieux selon les oppositions, en choisissant nos adversaires afin de nous opposer à des équipes solides et intéressantes (D3, D2, voir D1 pour les plus grands et les équipes exemptes lors des journées du championnat élite pour nos jeunes) pour nous tester véritablement. Nous allons les utiliser pour confirmer et finaliser l’évaluation de nos joueurs avant de leur offrir un peu de repos mérité.

Et, à l’avenir ? L’ASEC Mimosas participera-t-elle aux prochaines compétitions ?

Nous le souhaitons. Cette décision est imposée par les difficultés pratiques rencontrées cette saison et des échéances inadaptées. Mais, si un championnat intéressant nous est proposé la saison prochaine, il sera le bienvenu. Il serait peut-être bon de consulter les acteurs et échanger sur les réalités du terrain, les attentes et les contraintes à prendre en considération pour éviter tant de flottements et d’incohérences afin d’offrir aux jeunes des compétitions correspondants à leur épanouissement et leur progression. Et, cela dans l’intérêt général du football national, à commencer par les équipes nationales de jeunes.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatre − 3 =